Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté
05/10/2021 09:26

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ : «L'eau fait barrage au carbone», selon l'ADEME

L'agence de la transition écologique entend valoriser la production d'énergie à travers la réhabilitation de moulins ou l'installation de microcentrales hydroélectriques.
Mardi 5 octobre, les acteurs de l’hydroélectricité en Bourgogne-Franche-Comté se réunissent à Beaune, à l’occasion de la 8ème rencontre. L’occasion de faire le point sur un atout méconnu de notre région, qui réunit sur son territoire à la fois des industriels compétents et des réalisations exemplaires.

En Bourgogne-Franche-Comté, l’énergie hydroélectrique installée alimente l’équivalent de 610 000 foyers, dont le quart provient des 200 installations petites et moyennes.

De nombreux sites, moulins à réhabiliter ou micro-centrales à construire de toutes pièces, sont encore à valoriser. Avec à la clé un complément de revenu pour les propriétaires et un coup de pouce à la production locale d’énergie décarbonée.


LA BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ, UN ACTEUR MÉCONNU DE L’HYDROÉLECTRICITÉ

L’énergie hydraulique est la deuxième ressource renouvelable après l’éolien en Bourgogne-Franche-Comté. Dans l’ombre du barrage de Vouglans (39), 235 centrales produisent l’équivalent de l’énergie issue d’un réacteur nucléaire. Les sites exploités par des propriétaires privés représentent 25 % de l’hydroélectricité produite dans notre région.

En Bourgogne-Franche-Comté, la filière est dynamique et tend à s’organiser de plus en plus solidement, accompagnée par l’ADEME, qui lui a consacré 230 000 euros l’an passé. Lilian Geney est chargé de missions à l’ADEME Bourgogne-Franche-Comté. Il coordonne les efforts de l’agence de la transition écologique en faveur de l’hydroélectricité. « L’énergie hydroélectrique représente un véritable savoir-faire régional. Nous sommes la seule région en France à développer une mission d’animation dédiée, dans le but d’accompagner les porteurs de projet et de favoriser le partage des meilleures pratiques. Sachant qu’il existe par ailleurs des financements d’études, pour évaluer la faisabilité des projets et valider leur potentiel. »

Les acteurs sont à la fois des exploitants de micro-centrales, particuliers propriétaires d’un moulin ou entrepreneurs passionnés à la tête de plusieurs sites. Mais ce sont aussi des industriels, producteurs d’équipements tels que des turbines ou des alternateurs, ou des constructeurs et bureaux d’études, spécialistes de la rénovation/construction des bâtiments qui les abritent.

Le développement de la filière hydroélectrique privée est donc bien à l’ordre du jour en Bourgogne-Franche-Comté, en dépit de difficultés liées à l’assèchement de certains cours d’eau. « À partir d’un seuil de chute de 1,50 mètre, tout site désaffecté mérite qu’on envisage une réhabilitation. Et de nombreux espaces restent à investir au bord des nombreux cours d’eau de notre région. »

Une centrale hydroélectrique ne consomme pas d’eau et ne perturbe pas la circulation des poissons ou des sédiments par la présence de passe à poissons et de vannes de décharge pour les sédiments. En effet, la turbine est alimentée par une dérivation, qui capte l’eau en amont et la restitue en quantité et qualité égales en aval. « Si l’on regarde la masse globale d’énergie électrique produite, il y a bien sûr un potentiel qui justifie notre investissement aux côtés des acteurs de la filière. Mais l’intérêt de l’hydroélectricité est aussi très local, puisqu’il permet la création d’activité dans des territoires très ruraux et alimente des projets novateurs d’autoconsommation à l’échelle de communautés. »

L’HYDROÉLECTRICITÉ, UNE ÉNERGIE RENOUVELABLE ET LOCALE

De nombreux acteurs privés produisent de l’électricité à partir d’équipements de petite puissance, installés sur des cours d’eau de faible à moyenne importance. Une chute d’eau en parallèle du cours principal fait tourner une turbine, l’antique roue des moulins de jadis, dont la rotation produit un courant électrique. Ce courant est soit injecté sur le réseau électrique et acheté à prix garanti, soit autoconsommé.

Lilian Geney démontre le contexte économique favorable d’un investissement hydroélectrique privé en trois chiffres. « 12, comme le nombre d’années nécessaires en moyenne pour amortir un projet. 20, comme le nombre d’années de contrat à prix d’achat garanti. 70 %, comme le taux des études financées par la puissance publique. »

Les réalisations récentes, comme à Émagny (25) ou à Foncine-le-Haut (39), témoignent de l’engagement des communautés locales et du savoir-faire des entreprises de la région. « Tout le monde connaît le savoir-faire industriel de Belfort en matière de turbines électriques. Mais derrière cette technologie de niveau mondial, de nombreux spécialistes ont émergé au fil du temps dans toute la région Bourgogne-Franche-Comté. Nous détenons localement des compétences dédiées aux micro-centrales, en matière de génie civil comme de composants industriels. L’abondance et la diversité de cet écosystème vient soutenir efficacement les initiatives les plus avant-gardistes, émanant de territoires à énergie positive comme de particuliers cherchant à valoriser leur patrimoine immobilier. »

LA RENCONTRE DE L’HYDROÉLECTRICITÉ, UNE JOURNÉE POUR CONFORTER LA DYNAMIQUE

Une dizaine d’installations nouvelles sont raccordées chaque année au réseau électrique de Bourgogne-Franche-Comté. Lilian Geney ne ménage pas ses efforts pour entretenir l’enthousiasme des pionniers et éveiller de nouvelles vocations. « Notre rôle, avec les associations qui nous relaient sur le terrain, dont l’ADERA est la plus importante, est de faire en sorte que la filière soit la plus dynamique et ambitieuse possible. »

Parmi les éléments de dynamique, le partage d’expérience et la prise en charge collective des difficultés à surmonter constituent évidemment des leviers majeurs. Cette année, la 8ème rencontre de l’hydroélectricité concentre les échanges autour de la conduite des projets.

Les 250 personnes réunies à Beaune le 5 octobre se verront proposer des tables rondes pédagogiques (les démarches ; les mécanismes de soutien) et des miniconférences plus techniques (technologies ; bonnes pratiques). En parallèle, le forum de l’hydroélectricité met en relation directement les professionnels et les porteurs de projet. « Cette journée annuelle, organisée par l’ADEME Bourgogne-Franche-Comté depuis 2013, a dû être délocalisée cette année pour tenir compte de la croissance de l’affluence ! C’est une bonne nouvelle pour la filière hydroélectrique de notre région et la promesse d’une montée en puissance des volumes produits.

L’ADEME en bref
À l’ADEME - l’Agence de la transition écologique -, nous sommes résolument engagés dans la lutte contre le réchauffement climatique et la dégradation des ressources. Sur tous les fronts, nous mobilisons les citoyens, les acteurs économiques et les territoires, leur donnons les moyens de progresser vers une société économe en ressources, plus sobre en carbone, plus juste et harmonieuse. Dans tous les domaines - énergie, air, économie circulaire, alimentation, déchets, sols... - nous conseillons, facilitons et aidons au financement de nombreux projets, de la recherche jusqu’au partage des solutions. À tous les niveaux, nous mettons nos capacités d’expertise et de prospective au service des politiques publiques.
L’ADEME est un établissement public sous la tutelle conjointe du ministère de la Transition écologique et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.
www.ademe.fr

Communiqué


Infos-dijon.com - Mentions légales