Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté
26/03/2024 03:14
4694 lectures

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ : Les défis de l'ARS pour faciliter l'accès aux soins

En Bourgogne-Franche-Comté, l’Assurance maladie protège 2,5 millions d’assurés et travaille avec plus de 4.000 médecins libéraux. L’accès aux soins est donc un enjeu majeur...
Lors d'un point presse organisé par l'ARS de Bourgogne-Franche-Comté,  le directeur départemental de la caisse primaire de l'Assurance Maladie,  Lillian Vachon s'est exprimé : « J’en ai assez de rencontrer des gens qui me disent que c’est plus facile pour eux d’avoir un rendez-vous pour leur animal de compagnie chez le vétérinaire que d’avoir un rendez-vous chez le médecin... », le ton était donné.

Il poursuit : « Je trouve qu’aujourd’hui, au 21ème siècle, en l’état d’avancée sociale dans laquelle nous sommes : c’est insupportable. C’est insupportable et c’est la raison pour laquelle nous avons l’ardente obligation de se mobiliser avec une conviction épatante pour faire en sorte que l’on arrive a respecter un principe constitutionnel depuis la fin de la seconde guerre mondiale, qui est celui de l’égal accès au soin pour tous. C’est quelque chose qui doit imprégner chacun des acteurs de ce territoire pour faire en sorte qu’aujourd’hui des Bourguignons-Franc-Comtois, qui soient n’importe où sur le territoire, du fin fond de la Nièvre jusqu’au coeur du Doubs, soit en capacité d’accéder à des oins de qualité et dans des délais convenable. »


À Dijon, la situation des services d'urgences, tant au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) qu'à l'Hôpital Privé Dijon-Bourgogne, reste préoccupante, notamment en ce qui concerne le recrutement de personnel, particulièrement au niveau des urgences adultes. Cette problématique a été abordée par Anne Guibelin, directrice territoriale pour la Côte-d’Or à l'Agence Régionale de Santé (ARS), mettant en lumière les défis actuels auxquels sont confrontés ces établissements.

Un besoin de solutions

Une des initiatives majeures pour faire face à cette pénurie de personnel médical est la mise en place d'assistants médicaux dans les cabinets de médecine. Sous la supervision de Lilian Vachon, cette stratégie vise à soulager les médecins généralistes dans leurs tâches médico-administratives, leur permettant ainsi de consacrer plus de temps à leurs patients. Les résultats sont prometteurs, avec une augmentation significative de la patientèle dans la région, témoignant de l'efficacité de ce dispositif.

En parallèle, l'ARS et l'Assurance Maladie encouragent le développement d'un exercice coordonné entre les professionnels de santé. La région Bourgogne-Franche-Comté se distingue ainsi par son engagement dans la création de maisons de santé pluridisciplinaires, favorisant la collaboration entre les différents acteurs de la santé. Cette approche intégrée répond aux aspirations des étudiants en médecine et contribue à renforcer l'attractivité de la région pour les professionnels de santé. 

La multiplication des centres de santé associatifs et des Communautés Professionnelles Territoriales de Santé (CPTS) offre de nouvelles perspectives en matière d'organisation des soins sur le territoire. En effet, l'émergence de nouveaux projets de santé portés par ces structures permettra à une part significative de la population d'accéder à des services de santé coordonnés et de qualité. La création de médicobus vient par exemple en renfort dans certains départements : « Trois médicobus ont été labellisés. Un dans la Nièvre, un dans le Territoire de Belfort et un en Haute-Saône. C’est une solution pour amener le soin au plus près de nos concitoyens. » explique Jerome Narcy. 

Vaccination et Prévention

En Bourgogne-Franche-Comté, l’Assurance maladie protège 2,5 millions d’assurés et travaille avec plus de 4.000 médecins libéraux. L’accès aux soins est donc un enjeu majeur pour l’Assurance maladie et l’Agence régionale de santé et cela commence dès le plus jeune âge comme la rappelé Alain Morin : « 5300 enfants ont été vacciné contre les HPV, c'est 35% de la couverture. À terme, nous devront arriver aux alentours des 80%.»

La vaccination reste l'une des meilleures armes de santé publique et la prévention aussi : « Nous allons mettre en place des rendez-vous de prévention. Le  professionnel de santé pourra évoquer avec son patient des sujets comme les addictions mais aussi le diabète ou encore l’activité physique. Cela permettra de mettre en lumière des problèmes que le patient ne suspectait pas et permettra de le diriger vers le professionnel compétant afin de traiter le problème rapidement et améliorer son quotidien. » explique Alain Morin.

L'accès au soin est donc un défi majeur pour l'ARS Bourgogne-Franche-Comté, qui cherche chaque jour de nouvelles solutions afin d'améliorer la qualité de vie des patients. 

Manon Bollery


Infos-dijon.com - Mentions légales