Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté
14/10/2021 16:47

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ : «Les questions sociales doivent rester en haut de la pile», insiste le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez

Le comité CGT de Bourgogne-Franche-Comté tient sa conférence régionale à Dijon ces 13 et 14 octobre. Le rendez-vous a été marqué par la venue du secrétaire général de la CGT Philippe Martinez, ayant défendu une organisation syndicale devant exiger des moyens pour renforcer son action en proximité.
La conférence régionale de la CGT est organisée tous les trois ans. Si celle à Dole dans le Jura en avril 2018 avait été consacrée au regroupement des deux comités régionaux de l’époque, la conférence programmée ces 13 et 14 octobre 2021 à la Bourse du Travail à Dijon permet de faire un bilan du fonctionnement de ce comité CGT de Bourgogne-Franche-Comté. Une centaine de militants des huit unions départementales, mais aussi les représentants CGT dans les différents organismes paritaires et autres, participent aux deux journées.

«Faire la transparence sur l’utilisation des aides publiques»



Sur l’aspect revendicatif, les discussions doivent porter notamment sur l’augmentation des salaires. Avec des exemples de mobilisations locales que Philippe Texier, secrétaire du comité régional, souligne : celle des salariés d’Aldi à Beaune ou bien de Casino à Fontaine-lès-Dijon, celle des soignants de la clinique Les Rosiers. Mais aussi des questions d’ordre disons plus structurel : «la fermeture d’entreprises, la restructuration du service public, la manière de suspendre les salariés de leur activité au seul motif du passe sanitaire».

Parmi les priorités devant être définies lors de cette conférence régionale : «La manière dont on va obliger le Conseil régional et l’Etat à faire la transparence sur l’utilisation des aides publiques. Le Conseil régional ne réunit pas le comité régional chargé de faire le point sur le plan de relance au niveau régional. Nous devons donner les chiffres sur lesquels les employeurs doivent s’engager en matière d’emploi et d’amélioration des conditions sociales», insiste Philippe Texier.

Pour la relève automatique des minima de branches


Invité majeur de cette conférence régionale, Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, se félicite «que les questions sociales soient toujours dans l’actualité». Alors que d’autres thèmes paraissent aujourd’hui obsessionnels dans les propos de certains candidats (ou futurs candidats) à l’élection présidentielle de avril 2022 - le thème de l’immigration notamment -, il juge encourageantes les mobilisations sociales et trouve que les candidats ne négligent pas ces questions. «La question des salaires est dans le haut du panier. Notre souci est de continuer à ce qu’elle reste en haut de la pile».

Cependant, le secrétaire général de la CGT note «une augmentation du Smic insuffisante, qui n’a aucune conséquence positive sur la vie des salariés». En justifiant : «Il y a la nécessité de l’automaticité du relèvement des minima dans les branches dès que le Smic augmente. La convention collective des hôtesses d’accueil n’a pas été renégociée depuis trois ans, ce qui fait que les cinq premiers niveaux de la branche sont aujourd’hui en-dessous du Smic, soit 80 % du personnel, sachant en plus que 50 % sont à temps partiel imposé et sont donc rémunérées sous le seuil de pauvreté. Ces questions sociales doivent continuer à être évoquées mais elles exigent en même temps des réponses immédiates».

Quant aux difficultés de recrutement des entreprises, Philippe Martinez rétorque : «Arrêtons de culpabiliser les privés d’emploi, arrêtons d’inverser les responsabilités. Le problème, c’est l’attractivité des métiers. Même l’Umih, en suggérant une augmentation des salaires, est obligée de convenir qu’il y a peut-être un problème concernant les conditions salariales. On estime aujourd’hui que 250.000 et 300.000 emplois sont à pourvoir, mais certains sont des prévisions de départs en retraite. En tous les cas, des chômeurs restent sur le carreau. Et puis aujourd’hui, on forme plus à un poste de travail qu’à une qualification qui permet de postuler à plusieurs emplois».
Phillippe Texier ajoute : «L’entreprise a-t-elle anticipé ces manques de personnels et ces difficultés de recrutement ? A-t-elle réfléchi à la manière de transmettre les savoir-faire aux jeunes ? Attention au plan de comm’ que nous sert le patronat».

Renforcer la présence de la CGT en proximité


À l’occasion de son déplacement pour toute la journée du 13 octobre, Philippe Martinez a aussi défendu la renommée de la CGT. Tout en s’exprimant pour le renforcement de sa présence en proximité : «Je trouve que la CGT a une bonne audience. Mais il y a trop de gens qui la voient encore de loin. On a besoin d’implantations dans des lieux historiques, comme ici à la Bourse du Travail, mais aussi des implantations au centre des lieux de travail, lesquels sont en dehors des agglomérations. On a un rôle d’utilité publique. On peut revendiquer des droits et des moyens comme toute autre organisation reconnue comme cela. C’est aussi valable dans les entreprises où il y a une remise en cause des droits syndicaux et une volonté de nous mettre en dehors».

Les propos sont appuyés par Philippe Texier qui souhaiterait que les choses avancent enfin en ce sens dans des centres commerciaux tels que ceux de Carrefour Quetigny, de la Toison mais encore au coeur de la zone industrielle de Longvic. «Dans le Code des collectivités territoriales, il est stipulé que celles-ci peuvent participer financièrement à cette mise en place. Il y a besoin d’une démocratie politique mais aussi d’une démocratie sociale. On ne peut pas verser des larmes de crocodile sur la faiblesse du syndicalisme si on ne met pas des moyens pour véhiculer la parole des salariés», lance Philippe Texier.

Au terme de cette conférence régionale, il doit passer la main et le flambeau à Sandrine Mourey au secrétariat du comité régional CGT de Bourgogne-Franche-Comté.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier








Infos-dijon.com - Mentions légales