Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté
23/07/2021 12:50

Conseil Régional : Au dérèglement climatique le Rassemblement National a opposé un dérèglement politique dénoncé comme «très démagogique»

En donnant la parole à chaque sensibilité politique, Marie-Guite Dufay a voulu tendre la main à la démocratie. Gilles Platret, Denis Thuriot et Jérôme Durain se sont voulus positifs et constructifs. Stéphanie Modde a relayé les menaces climatiques. Julien Odoul très virulent, dans la droite ligne de la précédente mandature.
Marie-Guite Dufay : «Oui il accélérer les transitions écologiques».
Gilles Platret (LR) : «Un esprit de construction».
Julien Odoul (RN) : «Vous représentez la reconduction du vieux monde».
Denis Thuriot (Majorité présidentielle) : «Des propos scandaleux et ridicules de l’extrême droite».
Stéphanie Modde (EELV) : «Notre mandat doit être celui des victoires».
Evelyne Ternant (PCF) : «Nous prendrons notre part».
Jérôme Durain (PS) : «Une volonté d’ouverture et de respect».
Un dernier jour d’école. C’est un peu ce qui était proposé ce vendredi, aux nouveaux élus du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté. A l’heure des vacances, ils se sont donc retrouvés ce vendredi à Dijon pour une séance sur fond de fin de campagne. Quelques semaines n’ont pas dissipé les aigreurs d’estomac, n’ont pas cicatrisé les plaies.
Julien Odoul avait envie d’en découdre. Car il n’a pas digéré que la présidence de la commission des finances soit donnée à Gilles Platret, le chef de file de la droite, alors qu’il demandait une co-présidence.
Cette première session suivant celle de l’élection de la Présidente, aura finalement été dans la droite ligne de ce que l’on avait vu au début de la précédente mandature. Sophie Montel n’est plus là. Elle a été éjectée en cours de mandat et remplacé par Julien Odoul, le verbe haut. Mais les propos restent les mêmes, avec des invectives, avec des propos volontairement limites.

Julien Odoul affirmant que ses électrices et électeurs l’ont élu pour être dans une opposition constante. Elle sera donc aussi enflammée. «Oui vous avez le droit de jouer votre rôle d’opposant, mais pas dans la démagogie», lui a rétorqué la Présidente. Jérôme Durain ajoutant : «Ne vous étonnez pas, Monsieur Odoul, de l’abstention quand vous continuez à salir la démocratie».
Gilles Platret assurant pour sa part : «On ne doit pas renoncer au rayonnement de notre région»
De toute évidence, au moins jusqu’à la Présidentielle, le climat devrait être délétère au sein de l’assemblée régionale. Car si le Rassemblement National dit ne pas vouloir refaire le match, il est très clair qu’il prépare les deux prochains : La Présidentielle et les Législatives.
Alain BOLLERY et 
Jean-Christophe TARDIVON



Marie-Guite Dufay :

«Oui il accélérer les transitions écologiques»

«J’ai souhaité, au nom de la démocratie, qu’un temps de parole soit accordé à chaque sensibilité, avant la mise en place des groupes.
Je me suis engagée à mieux répartir les commissions permanentes, entre Dijon et Besançon, mais aussi à une assemblée plénière décentralisée par an.
Une commission permanente suivra ce vendredi après-midi, avec 100 millions d’euros d’engagements.  La stratégie de mandat sera présentée d’ici la fin de l’année. Le vote du budget sera décalé.
Je veux aussi parler des intempéries et dire notre solidarité avec l’Allemagne, le Land de Rhénanie Palatinat, très durement frappé. On n’a pas de telles conséquences chez nous. Mais je pense aux agriculteurs qui sont les plus durement touchés dans notre région. Nous devons répondre très fort aux côtés de l’Etat. Je souhaite que notre collectivité avance vite, notamment accompagner durablement nos agriculteurs. On voit les premiers effets du dérèglement climatique. C’est une réalité avec des manifestations de colère d’une nature en péril. On a eu raison d’anticiper dans notre précédent mandat.
Oui il accélérer les transitions écologiques, ce n’est pas une option. C’est un enjeu.
Suite au green deal européen, le secteur automobile sera en première ligne. C’est avec acharnement qu’il faut travailler à la relocalisation de productions, créations de nouvelles filières, comme pour les batteries. Mais aussi agir sur des mobilités partagées. La Région doit être en première ligne. Nous avons besoin de solutions efficaces.
La filière automobile ne sera pas la seule concernée. Mais je veux marquer les choses de notre conscience et de notre responsabilité.
Le spectre du COVID et des variants ne doit pas être oublié. C’est maintenant qu’il faut agir pour mettre toutes les chances de notre côté»
 

Gilles Platret (LR) :

«Un esprit de construction»

«Félicitations de notre groupe pour votre victoire nette. N’oublions pas le scandale de la désorganisation des professions de foi. L’Etat n’a pas choisi le bon prestataire. La mesure du désastre est terrible.
Nous sommes heureux que les électeurs ont placé notre liste en deuxième position. Cela nous engage. Pour assumer nos obligations dans l’opposition. Nous le ferons dans un esprit de construction. C’est l’esprit avec lequel nous abordons le mandat. Madame la Présidente vous avez tenu votre engagement que la Présidence de la commission des finances soit attribuée au 1er groupe d’opposition. Mais aussi votre volonté de voir le site de Besançon accueillir les commissions permanentes, et votre volonté une fois l’an de décentraliser une séance plénière dans une ville. On souhaite qu’elle bénéficie de toute la publicité. Il serait donc bien que la presse puisse les suivre. Je me joins à vos propos sur les inondations. Chez nous des entreprises ont été inondées, des vignes ont subi des glissements de terrain, des milliers d’hectares ont été noyés, avec une crise d’approvisionnement en fourrage. Il a été constaté un système d’alerte obsolète. Nous serons vigilants pour que la Région joue tout son rôle. Je remercie Michel Neugnot qui a été à la manœuvre pour l’organisation. Il ne suffit pas de rouspéter. Il faut être là pour agir.
Nous sommes installés à gauche et la gauche à droite. La montagne permet de voir loin et parfois de faire tomber la foudre. Le tonnerre se fera entendre parfois dans un esprit de construction».



Julien Odoul (RN) :

«Vous représentez la reconduction du vieux monde»

«Le vote du pass sanitaire est scandaleux. Ceux qui n’ont pas été vaccinés sont condamnés à une mort civile. C’est un scandale dans notre Bourgogne – Franche-Comté. Ce pass est un carnage social. On n’a pas entendu la gauche et les syndicats.
Nous avons une pensée pour nos voisins. Récupération idéologique est indécente. Il ne s’agit pas du réchauffement climatique. Vous oubliez l’arficialisation des sols. Nos sols ne peuvent plus absorber à cause des aménagements, comme les éoliennes avec 1000 tonnes par mât.
Les élections étaient il y a un mois, mais on a l’impression qu’il y a un an. L’abstention est le seul vainqueur. Le vote vous engage à un peu d’humilité. Vous représentez la reconduction du vieux monde, du monde préhistorique, avec sectarisme, discrimination. Le groupe LR sera un groupe fantoche car ils ont reçu ce qu’ils voulaient, la Présidence de la commission des finances. Nous avons des élus dans tous les départements.
Vous êtes l’otage d’EELV, qui sont des extrémistes d’extrême gauche. Comme avec la subvention pour les défenseurs du loup. Plus d’éoliennes, zéro viande à la cantine, arrêt du soutien à l’industrie, soutien à l’installation des migrants. Vous nous trouverez face à vous».
Marie-Guite Dufay répondant à Julien Odoul : «On sera le rempart contre votre forme d’expression politique».


Denis Thuriot

«Des propos scandaleux et ridicules de l’extrême droite»

«Je m’associe à vos propos de solidarité pour les pays européens et départements touchés. Je vous félicite pour votre élection et vous remercie d’avoir accepté que nous puissions avoir un groupe. Il sera celui de la majorité présidentielle.
Je souhaite que l’opposition soit dans démagogie. Nous souhaitons plus d’innovation. Nous serons attentifs à ce qui servira l’emploi. La sécurité n’est pas une compétence.
Nous serons aussi défenseur de l’Etat quand il le faudra. Nous souhaitons plus de proximité et d’attention pour les territoires.
Un mot sur les propos scandaleux et ridicules de l’extrême droite : La vaccination est notre salut. Il y a des gens négatifs qui sont contre tout. Il y a des gens qui pensent qu’il y a des solutions. Il y a un an, on attendait tous une solution. Aujourd’hui le recul de la maladie est là. Sortons d’une forme d’égoïsme. La solidarité collective doit nous protéger».


Stéphanie Modde (EELV) :

«Notre mandat doit être celui des victoires»

«Je suis heureuse et fière du retour des écologistes. On veut répondre aux enjeux : Urgence climatique et urgence sociale. Aux pourfendeurs de l’écologie je leur dis de faire attention.
Il nous reste peu de temps pour agir. Des candidats se sont repeints en vert.
Nous devons accélérer les transitions. Nous sommes engagés et nous avons le devoir de nous engager dans la transition y compris industrielle. Nous devons prendre à bras le corps la crise démocratique. Nous allons devoir innover. Répondre aux besoins sociaux avec un projet fédérateur. On veut que la Bourgogne – Franche-Comté devienne une terre d’excellence écologique. Nous devons rompre avec l’inaction environnementale. On ne peut pas que déplorer les conséquences. On doit agir. Notre devoir est d’agir efficacement. Notre mandat doit être celui des victoires.
Nous serons auprès des communes forestières. Comptez sur les écologistes à vos côtés pour sauver le climat».


Muriel Ternant (PCF) :

«Nous prendrons notre part»

«C’est un moment singulier, avec le retour du PCF. Nous remercions la Présidente d’avoir rassemblé la gauche. Le 1er grand défi c’est la fracture démocratique. Nous prendrons notre part pour renforcer le dialogue social dans la Région. Il faut une charte pour le soutien aux entreprises»


Jérôme Durain (PS)

«Une volonté d’ouverture et de respect»

«Ce n’était pas une obligation de donner la parole à chaque sensibilité. C’est un climat et un état d’esprit. En choisissant d’abaisser le nombre d’élus pour créer un groupe. C’est une volonté d’ouverture et respect.
Il faut de la modestie dans la victoire ou dans la défaite. Notre majorité a gagné en diversité. La voix du PCF et de l’écologie nous a manqué dans le précédent mandat. Faut-il s’étonner de la virulence des propos de Monsieur Odoul. Ce n’est pas une tribune pour préparer les prochaines élections. On retrouve les mêmes outrances sur les éoliennes, les migrants. Le corps électoral en a tiré les conséquences. Vous nous annonciez un triomphe avant les élections. Si vous voulez être utiles à la Région, il faudrait vous intéresser un peu plus aux dossiers. La Présidente a évoqué les enjeux majeurs, notamment par rapport au climat.
Oui nous voulons être plus présents sur les territoires, dans la fraternité. Sur le plan sanitaire, nous sommes prêts à être constructifs.


Quid des commissions permanentes ?

Le Rassemblement National a proposé que les commissions permanentes soient ouvertures au public et à la presse. Ce qui n’a pas recueilli une majorité.
Marie-Guite Dufay : «Je n’ai pas peur du débat. La commission permanente ne décide pas, mais exécute les politiques. Les rapports sont rendus publiques».
Julien Odoul : «Vous considérez que notre assemblée est vertueuse. Nos concitoyens nous ont dit que la politique régionale est illisible. Il y a un impératif. Il y a des subventions votées en commission permanente. Comme 50.000 euros pour l’association SOS Méditerranée lors de la dernière commission avant les élections.
Gilles Platret : «Il y aurait un moyen technique assez simple d’ouvrir : La retransmission vidéo. Cela permettrait de suivre des décisions importantes».


Quand le RN invite la sécurité

Olivier Damien, pour le Rassemblement National, a proposé la création d’une commission traitant des questions de sécurité. Ce qui n’a pas été voté par les élus.
Marie-Guite Dufay : «Oui les questions de sécurité importantes, mais pas de notre compétence. Nous avons des leviers sur lesquels nous agissons, comme dans les lycées»
Denis Thuriot : «Il n’y a pas une augmentation des atteintes aux personnes partout. Dans la Nièvre elles sont en baisse»


LR ne vote pas si…

Gilles Platret a expliqué qu’au cours de la mandature, les élus de la droite et du centre participeront pas au vote sur des propositions du Rassemblement National : «On ne mêlera pas nos voix à un groupe présidé par un personnage aussi infâme que Monsieur Odoul».


Indemnités : On ne change rien

L’exécutif a décidé de reconduire le même régime indemnitaire que lors de la précédente mandature. Les indemnités avaient été augmentées de 10% au début du mandat. Seule la droite avait voté contre et le RN s’était courageusement abstenu. Il a changé de stratégie.
A noter que les élus du groupe de Denis Thuriot ont voté «pour», sauf Didier Paris et Rémy Rebeyrotte qui se sont abstenus.
René Lioret (RN) : «Nous ne voterons pas. Les élus ont vu leur image dégradée. Soupçonnés de penser à leurs intérêts privés. Une baisse des indemnités aurait été bien vue. Il est injuste qu’un conseiller régional touche 35% de plus qu’un Maire»
Gilles Platret : «Nos engagements étaient de revenir aux indemnités d’avant 2015, on votera contre»
Muriel Ternant (PCF) : «Les indemnités, ça permet aux salariés de s’extraire de leur travail»
Julien Odoul (RN) : «Les mêmes élus communistes, quand ils sont dans l’opposition, comme dans les Hauts de France, demandent que les indemnités soient abaissées».
Marie-Guite Dufay : «Ne comparez pas ce qui n’est pas comparable».


Les billets de train remboursés

Michel Neugnot a proposé que comme les indemnités de voiture, les billets de train soient remboursés à 100% pour les élus régionaux».


Le fantasme des voyages

Jacques Ricciardetti pour le RN a dénoncé la poursuite des voyages à l’étranger. «C’est comme avant, on ne sait pas à quoi servent ces voyages». Madame Dufay lui a rétorqué : «Vous ne changez pas, je me demande si ce n’est pas pire qu’avant. Arrêtez la démagogie». Et Patrick Molinoz de poursuivre : «Le Rassemblement National veut refaire le match dans la plus grande démagogie».
Gilles Platret : «En tant que Président de la Commission des Finances je m’engage à évidemment vérifier la validité des voyages. Notre région a évidemment besoin de rayonner à l’international».







































Infos-dijon.com - Mentions légales