Recherche
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté
31/07/2020 12:38

CORONAVIRUS : «L'épidémie reprend de la vigueur en Bourgogne-Franche-Comté» indique Pierre Pribile

Le directeur général de l'ARS a effectué un point presse ce vendredi 31 juillet dans le contexte de la période estivale. En Bourgogne-Franche-Comté, le nombre de cas confirmés augmente par rapport aux semaines précédentes.
Pour son panorama de la situation sanitaire en Bourgogne-Franche-Comté ce vendredi 31 juillet 2020, le directeur général de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté Pierre Pribile démarre par une «bonne nouvelle» : il n'y a plus de tension dans les établissements de santé de la région.

Pour autant, il y a encore quelques victimes de l'épidémie de Covid-19. 22 patients sont hospitalisés dont 3 en réanimation. Aucun décès n'est venu aggraver le bilan de l'épidémie depuis la semaine précédente. Néanmoins, on constate encore une nouvelle hospitalisation par jour de patients développant une forme sévère de la maladie.

«Porter un masque et se serrer la main, ça ne marche pas»


Le point négatif concerne ce que les tests révèlent de la circulation du virus. Sur les sept derniers jours, 18.600 tests PCR ont été effectués et l'ARS reconnaît une «nette hausse du nombre de résultats positifs» avec 124 cas confirmés durant la semaine écoulée. Selon Pierre Pribile, «l'épidémie progresse à nouveau» et,  même si «aucun seuil d'alerte n'est franchit», le «pourcentage de gravité n'est pas loin de ce qu'on observait lors de la première vague».

Actuellement, une douzaine de cas groupés en milieu professionnel ou familial, font l'objet d'une investigation par l'ARS. Depuis la fin du confinement, l'ARS a traité 380 situations de ce type et «aucune situation n'a donné lieu à une diffusion» signale Pierre Pribile.

Pour le directeur de l'ARS, «il n'y a pas de fatalité à ce que nous soyons confrontés à une deuxième vague». Il rappelle l'importance du respect des gestes barrières et souligne que le port du masque ne se suffit pas à lui-même : «porter un masque et se serrer la main, ça ne marche pas».

L'ARS invite l'ensemble de la population à «redoubler de précaution vis à vis des personnes les plus fragiles» et à «surveiller ses symptômes» pour être dépisté. D'autant plus que la prescription d'un médecin n'est plus nécessaire.

Pas de port du masque obligatoire en extérieur pour l'instant


Alors que l'arsenal législatif a été renforcé afin de permettre aux préfets de prendre éventuellement des obligations de port du masque en extérieur la préfecture de Bourgogne-Franche-Comté indique qu'une telle décision serait faite en concertation avec l'ARS et les maires. Pour l'ARS, cela n'apparaît pas nécessaire pour l'instant.

Plusieurs critères seraient envisagés pour une telle décision : qu'il s'agisse d'endroits de forte concentration de population en plein air et qu'il y ait un emballement de l'épidémie. Ce n'est pas le cas même si «épidémie qui reprend de la vigueur» rappelle Pierre Pribile.

La période estivale n'amène donc pas de différenciation entre les touristes et les résidents habituels en Bourgogne-Franche-Comté. «Les consignes sont exactement les mêmes» insiste le directeur de l'ARS : hygiène des mains, distanciation et port du masque dans les lieux clos. Des consignes qui se cumulent donc. De plus, même en vacances, il est possible d'accéder à un site de dépistage.

Jean-Christophe Tardivon

Liste des lieux de dépistage sur le site de l'ARS