Recherche
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté
15/05/2020 19:12

CORONAVIRUS : La Bourgogne-Franche-Comté passe virtuellement en vert

L'information a été donnée par le directeur de l'ARS ce vendredi 15 mai 2020. La mortalité diminue, la tension sur le système de santé aussi. La stratégie de test des personnes symptomatiques évolue et de nouveaux indicateurs de suivi du virus sont élaborés.
Lors d'un point de situation ce vendredi 15 mai 2020, Pierre Pribile, directeur général de l'Agence Régional de Santé de Bourgogne-Franche-Comté, est revenu sur le présent de l'épidémie et a précisé comment étaient construits les nouveaux indicateurs qui, à l'avenir, allaient permettre de suivre la circulation du virus.

À ce jour, les tensions sur le système de santé continuent de diminuer. 831 patients sont hospitalisés dont 94 dans un service de réanimation (contre 112 personnes le 8 mai dernier). Parmi ces hospitalisations, 45% des patients sont en soin de suite et préparent leur sortie. 2.955 personnes sont sorties d'hospitalisation.

«La mortalité a diminué même si de nouveaux décès sont enregistrés chaque jour» a souligné Pierre Pribile. Le nouveau bilan de l'épidémie en Bourgogne-Franche-Comté est de 1.594 morts dont 958 décès en établissements hospitaliers et 636 en établissements médico-sociaux (soit 57 victimes supplémentaires en une semaine).

La mortalité a diminué dans les EHPAD et peu de nouveaux cas de Covid-19 sont apparus ces derniers jours. Deux cents opérations de dépistage ont été menées dans les maisons de retraite. Depuis début avril, 17.000 tests ont été pratiqués.

Les indicateurs de Bourgogne-Franche-Comté sont passés du rouge au vert


Les indicateurs précédemment établis permettent de colorer la carte de France en rouge ou vert selon l'intensité de la circulation du virus et la tension sur le système de santé. La carte du 7 mai est valable jusqu'au 28 mai avec une deuxième phase de déconfinement débutant le 2 juin.

L'indicateur des patients en réanimation avait valu à la Bourgogne-Franche-Comté d'être colorée en rouge. Le nombre de places occupées dans les services de réanimation diminuant fait que «cet indicateur est passé au vert depuis maintenant quelques jours» a constaté Pierre Pribile. Il reste maintenant à attendre la synthèse nationale des indicateurs et l'actualisation des catégorisations rouge/vert par le gouvernement. Il se pourrait que la carte ne soit pas actualisée avant le 28 mai comme initialement prévu.

«Éviter une nouvelle vague de l'épidémie»


Le bon respect des mesures de confinement a conduit à une baisse de l'intensité de l'épidémie. L'ARS entre donc dans «une nouvelle phase» depuis le 11 mai dernier qui a pour objectif d'«éviter une nouvelle vague de l'épidémie».

La stratégie repose sur le fait de protéger, de tester et d'isoler. Il s'agit pour chacun de se protéger et de protéger les autres. «Les gestes barrières et les mesures de distanciation physique doivent devenir un réflexe» selon Pierre Pribile.

Chacun d'entre nous est invité à surveiller ses symptômes  (toux, fièvres, crampes, perte du goût ou de l'odorat...) et à contacter son médecin qui, le cas échéant, prescrira un test à réaliser au plus tôt dans un laboratoire de son choix (auquel il est recommandé de téléphoner au préalable). La capacité de test a été portée à 6.000 tests virologiques (ou PCR) par jour. Le site de l'ARS recense les lieux de prélèvement dans la région.

Tester les personnes en contact


Une fois une personne diagnostiquée positive, elle sera invitée à s'isoler à son domicile en première intention. Ensuite, les caisses d'assurance maladie de chaque département recherchons les personnes ayant été en contact avec cette personne positive (retrouver la présentation des brigades Covid-19 lors du point de situation du 8 mai 2020).

Cet appel vaudra prescription de test et la personne aura à se rendre dans un laboratoire pour un prélèvement après sept jours, le temps que sa situation virale se stabilise. Pour les personnes qui ne peuvent pas se déplacer, un prélèvement à domicile est possible.

«L'objectif est d'apprendre à vivre avec le virus»


Le directeur de l'ARS a insisté que les tests virologiques ne sont pas réalisés par convenance personnelle : «l'objectif n'est pas de rassurer mais d''éviter les chaînes de transmission» car «l'objectif est d'apprendre à vivre avec le virus». Pierre Pribile a relayé la communication de l'OMS qui laisse penser que le SARS-CoV-2 va être durablement là : «il faut que l'on apprenne à vivre avec».

Pour l'ARS, les résultats des tests constituent l'indicateur le plus «précis». Dans les hôpitaux et les principaux laboratoires, il est constaté 2% de tests positifs. Un «chiffre faible» en lien avec «une politique de tests assez large».

De nouveaux indicateurs du suivi de l'épidémie


Les nouveaux baromètres de l'épidémie s'appuieront donc sur ces tests virologiques dont les résultats seront centralisés. Les premières indications depuis le lundi 11 mai 2020, qui ne sont pas encore consolidées, prouvent que «le virus est là». 3.500 tests ont été réalisés dans la région et 48 cas ont été positifs (soit 1,34%). Tous les départements comptent au moins un cas et certains plusieurs.

Conséquemment à ces 48 personnes positives, 220 personnes ont été contactées afin de leur prescrire un isolement. Par ailleurs, une vingtaine de cas ont été signalés parmi les agents de collectivités territoriales.

Le rythme des entrés à l'hôpital sera aussi pris en compte. Depuis trois jours, il s'établit pour l'instant à 8 entrées par jour en moyenne (contre 150 entrées par jour fin mars). L'ensemble des service de réanimation ne comptent, eux, qu'une entrée par jour.

Jean-Christophe Tardivon