Recherche
POUR JOINDRE INFOS-DIJON
redaction.infosdijon@gmail.com (à privilégier)
SMS et MMS au 07 86 17 77 12
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté
11/12/2020 14:29

CORONAVIRUS : Pierre Pribile attentif à «un réservoir de circulation virale»

La situation s’améliore en Bourgogne-Franche-Comté mais le virus est encore très présent. La circulation virale n’est pas en sommeil selon le directeur général de l’ARS Bourgogne-Franche-Comté Pierre Pribile.

«La situation est meilleure que celle de début novembre», admet le directeur général de l’ARS Bourgogne-Franche-Comté. Mais le taux d’incidence à 169 pour 100.000 habitants a de quoi encore alerter selon lui (ce taux était de 200 fin novembre).

Les hospitalisations ne diminuent pas


L’intégration cette semaine des résultats des tests antigéniques dans les données de Santé Publique France donnent un taux d’incidence à 180 au 7 décembre.
Pierre Pribile retient : «Nous avons le taux d’incidence le plus élevé de France». Les départements de l’Yonne et du Jura présentent même un taux à 200, et le Doubs est à près de 240.

Pour la région Bourgogne-Franche-Comté, le taux de positivité est à 8,9%, (15% fin novembre) «alors qu’il n’est que de 6,4% au niveau national», compare toutefois Pierre Pribile.

Le directeur général de l’ARS insiste aussi sur une stagnation : «Plus de 1.700 personnes (1.732 le jeudi 10 décembre, 1.739 fin novembre) sont encore hospitalisées cette semaine dans la région. Ce chiffre ne diminue pas depuis des semaines. On peut quand même noter une légère baisse en réanimation (194 cette semaine)».

«Le plateau sur lequel nous sommes est inquiétant»

«L’épidémie est meurtrière», poursuit Pierre Pribile. Le pic de mortalité est franchit mais encore 130 décès à l’hôpital et 100 dans les établissements médico-sociaux sont à déplorer cette semaine (150 et 100 fin novembre).
Le directeur général de l’ARS Bourgogne-Franche-Comté commente : «Le plateau sur lequel nous sommes est inquiétant car il est très élevé. On observe un réservoir de circulation virale qui pourrait provoquer un rebond de l’épidémie». Les transferts de patients continuent pour permettre de faire de la place à des opérations urgentes.

Interrogé sur la période de fêtes - et par conséquent de congés - qui se profile, y compris donc potentiellement pour les personnels médicaux, Pierre Pribile assure : «Tous les hôpitaux font tout pour préserver les temps de repos nécessaires. C’est sûr qu’il faut se préparer à encaisser les fêtes de fin d’année, mais oui les personnels ont droit aux congés».

Pour résumer, plusieurs indicateurs baissent mais ils restent à surveiller de près. «Il n’y a pas d’autre solution que de garder le bon réflexe du dépistage», selon Pierre Pribile, qui insiste aussi sur l’isolement, «dès les premiers symptômes, avant même le test».

Alix Berthier

«C’est une course de fond que nous menons tous pour maîtriser l’épidémie», déclare Fabien Sudry