Recherche
POUR JOINDRE INFOS-DIJON
redaction.infosdijon@gmail.com (à privilégier)
SMS et MMS au 07 86 17 77 12
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté
07/01/2021 06:57

CORONAVIRUS : Une campagne de tests antigéniques aura lieu sur les campus de Bourgogne-Franche-Comté

Le recteur de la région académique Bourgogne-Franche-Comté Jean-François Chanet a évoqué ce mercredi 6 janvier la prochaine annonce gouvernementale d'un dispositif destiné à «tester de façon massive» la population étudiante en février.

En anglais, on parle de teasing. En langage académique, on évoque «l'annonce d'une future annonce». Toujours est-il que, lors d'un échange avec des représentants d'étudiants à Dijon, Jean-François Chanet a indiqué ce mercredi 6 janvier 2020 qu'une campagne de tests antigéniques pourrait être déployée en février prochain dans tous les campus de Bourgogne-Franche-Comté.

Dans «un contexte anxiogène» où, de surcroît, apparaissent «des formes nouvelles» du coronavirus SARS-CoV-2 qui «semblent atteindre autrement les jeunes, créer un risque plus grand de contagion même si les jeunes restent asymptomatiques mais porteurs néanmoins», le gouvernement envisage de «tester de façon massive» les étudiants sur la base du volontariat a expliqué Jean-François Chanet.

Le recteur de la région académique Bourgogne-Franche-Comté a précisé qu'il s'agissait de «tester en tant que de besoin, c'est à dire, très largement, très systématiquement, de façon répétée s'il le faut avec des délais courts de communication des résultats». D'où le recours a des tests antigéniques, moins fiables mais plus rapides que les tests PCR.

Mobilisation des étudiants en santé

Le dispositif répondrait à une territorialisation de lutte contre l'épidémie de Covid-19 avec un déploiement régional en fonction de la circulation du virus. Il serait organisé par les établissements en lien avec l'ARS. Fin janvier, des volontaires parmi les étudiants en santé seraient formés pour devenir des «médiateurs TAP» (pour tester-alerter-protéger) et pour participer à cette campagne de dépistage. Les campus ne disposant pas de faculté de médecine pourraient recourir au service sanitaire.

L'objectif est de casser rapidement les chaînes de transmission du coronavirus afin de permettre une large reprise des enseignements en présentiel. Se pose alors la problématique de l'isolement, les représentants des étudiants signalant que des étudiants rechignent à s'orienter vers un dépistage par crainte de ne plus pouvoir assister à certains cours ou travaux pratiques, voire même de ne pas pouvoir passer des examens, durant la période d'isolement.

Le recteur de la région académique a tenu à les rassurer sur la solidarité à attendre entre étudiants pour récupérer des cours et sur l'éventualité de passer une session de rattrapage, comme il est déjà possible de le faire en cas de maladie.

Jean-Christophe Tardivon

Le CROUS de Bourgogne-Franche-Comté renforce l'accompagnement social des étudiants