Recherche
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté
23/06/2020 19:33

ÉDUCATION : Forte hausse de la fréquentation des collèges de l'Académie de Dijon

Malgré le «caractère obligatoire» de cette nouvelle phase de la rentrée scolaire, une marge d'appréciation est laissée à l'égard des familles. L'assouplissement du protocole sanitaire et le bouche-à-oreille des premiers rescolarisés ont fait bondir le taux de fréquentation des établissements. Exemple à Dijon lors d'une visite de la rectrice au sein du collège Jean-Philippe-Rameau.
Le collège Jean-Philippe-Rameau, dans le quartier de la Fontaine-d'Ouche, est presque revenu à son effectif habituel «en cette période de l'année» indique le principal Philippe Brassac en accueillant la rectrice de l'Académie de Dijon ce mardi 23 juin 2020.

Au niveau national, l'exécutif a envoyé des signaux contradictoires en évoquant une rescolarisation des élèves au «caractère obligatoire» avant d'ajouter «sur la base du volontariat». Une consigne venue inciter les familles qui hésitaient encore à faire retourner en classes leurs enfants.

Ce que les familles, et les enfants, ont évidemment retenu, c'est surtout que les consignes sanitaires ont été assouplies pour tenir compte de l'évolution de la circulation du virus, toujours présent mais moins intense. Le principe de distanciation demeure et, au collège, le port du masque est obligatoire quand il n'est pas possible d'éloigner les élèves les uns des autres.

66% de fréquentation des collèges de l'académie


«On est heureux de reprendre» confie Philippe Brassac. Ce mardi, ce sont 81% des effectifs qui sont présents au collège, bien plus que les 45% du 2 juin dernier. L'annonce de l'obligation de scolarité a donc produit son effet dans ce secteur scolaire. Comme le précise Alban Boitel, principal adjoint, certaines classes étaient déjà quasiment au complet quand d'autres sont passées de deux à vingt élèves.

En deux semaines, la situation a considérablement évolué sur l'ensemble de l'académie. Le 11 juin, les taux de fréquentation étaient de 36% dans le premier degré et de 22% en collèges. Le 23 juin, s'établissent ainsi les taux de présence des élèves dans l'Académie de Dijon, pour le premier degré : 85% (Côte-d'Or : 91,5%), pour les collèges : 66% (Côte-d'Or : 73%).

Au collège Rameau, l'équipe pédagogique a remarqué que le bouche-à-oreilles a bien fonctionné pour faire revenir progressivement les élèves après la rentrée du 2 juin et le même phénomène devrait jouer pour atteindre 90% de présence d'ici les grandes vacances.

«Ceux qui étaient déjà revenus ont pu dire aux autres que ça se passait bien» constate la rectrice qui insiste sur l'importance pour les élèves de troisième de revenir dans leur établissement : «il y a quelque chose de très symbolique dans le passage entre collège et lycée, revenir dans l'établissement pour mieux préparer l'après me semble essentiel». La rectrice félicitant les équipes du lycée du travail accompli en ce sens.

Préfigurer la rentrée de septembre


Le collège Rameau compte 480 élèves, 42 enseignants ainsi qu'une vingtaine de personnels techniques et administratifs. Les élèves arrivent dès 8 heures en transports scolaires et la première séquence de la journée concerne l'hygiène des mains. Les classes restent dans leur salle, ce sont les enseignants qui se déplacent. Le brassage des populations est évité et les grands espaces donnant sur le paysage de la combe à la Serpent facilite la distanciation lors des récréations. Ce sont d'ailleurs les enseignants qui accompagnent les classes jusqu'à l'extérieur et qui viennent les chercher à la fin de la pause.

Si l'éducation physique et sportive est maintenue en étant adaptée, de nombreuses activités sont supprimées (travaux pratiques, théâtre, chant...). L'ensemble de ces mesures pourrait préfigurer de ce qui se passera à la rentrée de septembre.

«Je suis à l'écoute»


Au gré des salles de classe, Nathalie Albert-Moretti échange avec les enseignants et les élèves. Des cours d'histoire puis de français de deux classes de sixième ainsi que des cours de sciences de la vie et de la terre puis de mathématiques de deux classes de troisième sont passés en revue.

«Ils sont heureux d'être dans un bel établissement mais on a besoin d'avoir les moyens de pouvoir continuer de les accueillir» lance Céline Maglica, professeure de français, à la rectrice. En ajoutant «on compte sur vous» avant de reprendre le cours sur Adam et Ève à partir d'un tableau de Guido Reni, peintre italien du XVIIème, exposé au Musée des Beaux-arts de Dijon.

Lors de cette visite de rentrée, plusieurs enseignants portent effectivement une étiquette par-dessus le masque indiquant : «création d'une classe de 6ème au collège Rameau, c'est 32 h, pas 22 ! Rendez-nous nos 10 h (ce n'est pas pour nous, c'est pour eux».

La rectrice réagit à cette demande d'attribution d'heures de classe supplémentaires en évoquant la période en cours d'ajustement des moyens d'enseignement qui seront alloués aux établissements à la rentrée prochaine : «on sera dans le dialogue comme on l'est toujours. (...) On est à l'étude de toutes ces questions pour faire mieux au regard des moyens dont on dispose, sachant qu'on n'aura sans doute pas de moyens supplémentaires par rapport à ceux qui ont déjà été annoncés. Dans cette enveloppe, il nous incombe de gérer au mieux en termes d'équité entre les établissements, de bonne répartition territoriale et de prise en compte des projets d'établissement. On affine. (…) Je suis à l'écoute.»

Cap sur les vacances apprenantes


En fin de visite, Philippe Brassac remet à Nathalie Albert-Moretti de petits pots de miel du collège. L'établissement scolaire exploitant quatre ruches.

Le collège Rameau participera aux vacances apprenantes en ouvrant trois jours en juillet pour les élèves de troisième et une semaine au mois d'août pour tous les élèves qui, en petits groupes, prépareront ce qui pourra être utile spécifiquement selon leur orientation.

Jean-Christophe Tardivon