Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté
07/09/2022 03:52
9752 lectures

ÉDUCATION : Passe d'armes entre Fadila Khattabi et Océane Charret-Godard autour de la réforme du lycée professionnel

Une nouvelle réforme de la voie professionnelle est en germe. Les représentantes de la majorité présidentielle et de la majorité régionale se sont opposées à fleurets mouchetés, ce jeudi 1er septembre, lors d'une pose de première pierre dans un lycée professionnel à Dijon.
La dernière réforme du lycée professionnel a succédé à celle du bac général pour commencer à s'appliquer à la rentrée scolaire 2019 avec, comme aspect emblématique, pour la première fois la présentation du chef d’œuvre par les élèves en juin 2022.

Pour les apprentis, la réforme a ouvert la possibilité de préparer un CAP en un, deux ou trois ans au sein d'un lycée en ayant un parcours de formation mixte. Comme l'explique l’Éducation nationale, les parcours de formation mixtes dans les établissements de l'Éducation nationale offrent la possibilité aux jeunes de commencer leur formation professionnelle sous statut scolaire puis de l'achever en apprentissage ou inversement.


Un baccalauréat professionnel peut se préparer la première année sous statut scolaire et les deux années suivantes sous contrat d'apprentissage ou bien les deux premières années sous statut scolaire puis la dernière année sous contrat d'apprentissage. Par ailleurs, des jeunes dont le contrat d'apprentissage serait rompu peuvent terminer leur formation sous statut scolaire.

«Trop de jeunes sortent avec un diplôme mais pas d’emploi»


Durant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron a expliqué vouloir une nouvelle fois «réformer le lycée professionnel sur le modèle de ce qu’on a fait pour l’apprentissage» car «trop de jeunes sortent avec un diplôme mais pas d’emploi».

Le candidat avait appelé à «un partenariat beaucoup plus étroit avec les entreprises» en évoquant une rémunération des lycéens professionnels par les entreprises.

Une fois l'élection passée, la Première ministre Élisabeth Borne a nommé Carole Grandjean ministre déléguée chargée de l'Enseignement et de la Formation professionnels en la plaçant sous la double tutelle de l’Éducation nationale et du Travail.

Vers une nouvelle réforme du lycée professionnel


Le 25 août dernier, en s'adressant aux recteurs des différentes académies réunis à la Sorbonne, Emmanuel Macron a déclaré que «la voie professionnelle ne doit pas être une voie par défaut, mais une voie de choix » avant d'annoncer une «transformation profonde» du lycée professionnel.

Constatant que seulement «41 % des titulaires d’un CAP ont un emploi deux ans après l’obtention de leur diplôme, 53 % pour les bacs pro», Emmanuel Macron a fixé l'objectif de «ré-arrimer très en profondeur et en amont le lycée professionnel avec le monde du travail».

Lors de la rentrée scolaire, Carole Grandjean a lancé les premières pistes pour susciter le débat comme l'augmentation des temps de stage en bac pro et en CAP et l'amélioration de la rémunération des stages. Depuis, l'ensemble des acteurs, institutionnels, politiques et syndicaux s'emparent du débat.

La «vigilance» de la Région Bourgogne-Franche-Comté


La réflexion autour de l'avenir du lycée professionnel a fait l'objet d'une passe d'armes entre Fadila Khattabi (Renaissance), députée de la Côte-d'Or, et Océane Charret-Godard (PS), vice-présidente du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté en charge des lycées, de l’offre de formation, de l’apprentissage et de l’orientation, lors d'une cérémonie de pose de première pierre d'un nouvel atelier au lycée professionnel Hippolyte Fontaine, à Dijon, ce jeudi 1er septembre 2022.

«On est fier de la voie professionnelle en Bourgogne-Franche-Comté, (…) ce sont des filières d'excellence pour nos territoires», a déclaré Océane Charret-Godard. Environ 30% des lycéens de Bourgogne-Franche-Comté sont inscrits dans la voie professionnelle.

«À l'heure où il y a en projet une réforme de la voie professionnelle, la Région Bourgogne-Franche-Comté est volontariste pour participer à cette transition écologique qui nécessitent de nouvelles compétences et d'adapter l'organisation du travail au niveau des entreprises», a poursuivi Océane Charret-Godard.

«Ce n'est pas qu'un enjeu de formation. À l'heure où l'on parle beaucoup des problématiques de recrutement, c'est un écosystème et cela touche aussi la dimension ressources humaines et le rapport au travail», a-t-elle ajouté.

Et de s'adresser tout particulièrement à la députée de la majorité présidentielle : «au niveau de la Région, on sera vigilant. On travaillera le plus en coopération possible sur la réforme de la voie professionnelle. On sera extrêmement vigilant puisque l'on croit davantage à une hybridation de la voie professionnelle avec l'apprentissage». La socialiste a manifesté néanmoins une crainte : que cela aboutisse à «un système concurrentiel».

La majorité présidentielle entend «réhabiliter la voie professionnelle»


«Nous votons les lois, nous votons le budget de la nation», a glissé tout d'abord Fadila Khattabi en se félicitant d'être présente à cette cérémonie d'autant plus qu'elle a siégé au conseil d'administration du lycée de 2004 à 2012. Durant la législature précédente, la députée avait plusieurs fois protesté faute d'être invitée à des événements organisés par le conseil régional.

La députée s'est, à son tour, adressée directement à la représentante de la Région. «Depuis les années 80, on a voulu privilégier l'enseignement généraliste et on a sacrifié la voie professionnelle», a lancé Fadila Khattabi en choisissant de positionner son curseur temporel au moment où le socialiste François Mitterrand était président de la République.

«Il en va de notre responsabilité de réhabiliter la voie professionnelle, sous forme de formation continue – parce que l'enjeu est aussi de répondre à la formation des demandeurs d'emploi – et, également, sans mettre en concurrence, l'apprentissage. Il ne faut pas opposer la formation par apprentissage et la formation dans un lycée professionnel sous statut scolaire. L'objectif, quand on est un pays moderne, c'est d'être à l'écoute de nos jeunes», a-t-elle développé.

«On est tous à vouloir faire en sorte qu'il y ait une formation d'excellence»


«Il y a une réforme qui se profile. Vous veillerez. Je veillerai. On est tous à vouloir faire en sorte qu'il y ait une formation d'excellence dans de beaux établissements, souvent avec des métiers pointus, non délocalisables, pour lesquels il y a énormément de demandes», a insisté la député.

«Une carte des formations a besoin d'évoluer, de répondre aux enjeux et d'anticiper les mutations de demain», a-t-elle conclu.

Parler après la représentante de la Région a donné à la députée de la majorité présidentielle un avantage substantiel : celui d'avoir le dernier mot, au moins pour cette séquence à fleurets mouchetés.

«Il y a des marges de progrès»


Représentant de l’Éducation nationale, le recteur de l'académie de Dijon Pierre N'Gahane a clôturé les discours. «La voie professionnelle doit être tout aussi noble dans les choix de nos jeunes que la filière générale et technologique», a-t-il déclaré à son tour.

«Il n'en demeure pas moins que la filière souffre quand même», a-t-il concédé en relayant l'argument des faibles taux d'employabilité. «Il y a des marges de progrès.»

Le recteur a rappelé alors qu'Emmanuel Macron a effectué son premier déplacement officiel de campagne durant la présidentielle à Dijon, au sein d'un lycée professionnel, en l'occurrence les Marcs d'Or.

Selon Pierre N'Gahane, «le signal était donné qu'il y aurait un chantier qui serait ouvert avec un travail en amont sur l'orientation dès la cinquième qui devrait permettre aux jeunes de s'ouvrir davantage à l'ensemble des possibilités pour que les choix soient les plus positifs possible».

Jean-Christophe Tardivon

Pose de première pierre au lycée Hippolyte Fontaine


L'encadrement des élèves s'améliore dans l'académie de Dijon



Fadila Khattabi (Renaissance), députée de la Côte-d'Or


Océane Charret-Godard (PS), vice-présidente du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté


Infos-dijon.com - Mentions légales