Recherche
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté
06/02/2020 03:10

ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : L'IAE Dijon, «une école de commerce publique dans l'université» selon Samuel Mercier

Nouveau directeur de l'IAE Dijon, Samuel Mercier présente cette école de management située sur le campus de l'Université de Bourgogne. L'offre de formations, allant de la licence au doctorat, est prisée des bacheliers de la Côte-d'Or et de la Saône-et-Loire.
Fondés en 1955, les Instituts d'Administration des Entreprises se présentent aujourd'hui comme des «écoles universitaires de management», des structures publiques proposant des diplômes d’État qui viennent compléter l'offre de l'enseignement supérieur en matière de commerce, de management et de gestion.

L'IAE Dijon accueille 1.100 élèves – des effectifs qui ont presque doublé en moins de dix ans – propose trois licences, douze masters et un doctorat en Sciences de gestion. Interviennent une trentaine d'enseignants permanents et deux cents vacataires.

L'école a un nouveau directeur depuis le 15 janvier dernier : Samuel Mercier. Il succède à Fabrice Hervé (en poste de 2015 à 2020). Pour mieux connaître cette école et découvrir les orientations qu'il lui donnera Infos-Dijon a interrogé le nouveau directeur.

«Le taux de réussite en licence a beaucoup augmenté»


Bien qu'ayant une relative autonomie, l'IAE est une des composantes de l'Université de Bourgogne depuis 2015. L'école a son conseil d'administration présidé par Gwénola Malicet et gère son propre budget mais les salariés sont rémunérés par l'Université de Bourgogne. «L'idée, c'est que c'est une école de commerce publique dans l'université».

Une fois le bac en poche, le bachelier bourguignon a plusieurs possibilités pour se former au management. Parmi les formations gratuites à l'université, il a le choix entre l'IUT où les études se font en petits groupes abordant rapidement des spécialisations et entre l'IAE pour s'inscrire en licence de gestion.

Les bacs S et ES, ou leur équivalent en enseignements de spécialité, sont privilégiés du fait «d'un niveau de mathématiques assez élevé» afin «de comprendre les mécanismes économiques» pendant le cursus. Un bon niveau en langue est souhaité ainsi qu'une culture du monde de l'entreprise.

Il existe au sein de l'IAE des formations plus poussées comme, par exemple, un master Comptabilité Contrôle Audit très apprécié des experts-comptables. Il est ainsi possible de passer huit ans à l'IAE puisqu'un doctorat permet de prolonger avec de la recherche.

Samuel Mercier revendique la sélectivité de l'école, «avec Parcoursup, on se rend compte qu'on a énormément de très bons dossiers dès l'entrée en L1». De ce fait, «le taux de réussite en licence a beaucoup augmenté depuis deux ans , passant de 50% à 60% en première année.

Les élèves sont principalement originaires de la Côte-d'Or, de la Saône-et-Loire et de l'Yonne. Quelques-uns viennent de Franche-Comté. À noter que les étudiants du département Techniques de commercialisation de l'IUT du Creusot peuvent postuler en licence 3 à l'IAE.

«Former des cadres en management»


«La mission de l'IAE, c'est de former des cadres en management, des personnes qui vont être en support de la direction de l'entreprise» : directeur marketing, directeur financier, responsable des ressources humaines, contrôleur de gestion, expert-comptable, chef de projet... Certains de ces métiers pouvant être en tension comme celui d'expert-comptable (lire notre article).

Une licence professionnelle forme aux métiers de la distribution avec une insertion rapide, par exemple en tant que chef de rayon avec l'objectif de devenir, à terme, directeur de magasin. Une autre licence est cogérée par l'IAE et l'Institut Universitaire de la Vigne et du Vin. Le master Management du tourisme et de la culture forme spécifiquement aux différents emplois des entreprises de ce secteur ou des structures collectives comme les comités de tourisme. La plupart des masters fonctionnent en alternance pour la deuxième année, les entreprises embauchant les étudiants (rémunérés à hauteur de 80% du SMIC).

Samuel Mercier est fier de souligner que six mois après leur sortie de l'IAE, 80% des diplômés ont trouvé un poste. Le salaire médian est d'environ 30.000 euros bruts annuels avec une grande disparité, allant de 23.000 à 40.000 euros suivant le poste et la taille de l'entreprise. Formant à certains métiers en tension, les masters CCA ou Contrôle de gestion atteignent 100% de recrutement dans les six mois.

Les nouveaux professionnels trouvent principalement des débouchés en Bourgogne-Franche-Comté voire dans tout le grand est. «C'est un des atouts régionaux de l'IAE : on a une vocation sociale de permettre à des étudiants qui ne pourraient pas financer une école de commerce privée à plus de 10.000 euros l'année».

Développer la mobilité internationale


L'offre de formations étant déjà importante, Samuel Mercier va «consolider l'existant». Il envisage de faire évoluer le master Gestion des ressources humaines pour être en alternance sur les deux années. En interne, il souhaite «renforcer l'expérience IAE» pour accroître la collaboration entre les écoles du réseau. Un autre réseau est à développer, celui des Alumni, les anciens élèves.

Du côté de l'international, Samuel Mercier espère atteindre les 10% d'élèves qui partent en mobilité à l'étranger. Le réseau de partenaires est déjà conséquent. Les étudiants peuvent être accueillis à Bruxelles (Belgique), à Shanghai (Chine), dans le comté de Hedmark (Norvège), à Tokyo (Japon), à l'université McGill (Canada) ou encore dans le Kentucky (États-Unis). À noter que les étudiants de confession musulmane sont très intéressés par des stages en Indonésie ou en Malaisie. «L'étudiant de l'IAE a la capacité selon ses moyens, selon son goût pour l'aventure, à aller plus ou moins loin».

Le parcours de Samuel Mercier


Ancien élève de l’École Normale Supérieure de Cachan, Samuel Mercier a obtenu un doctorat en Sciences de gestion à l’université Paris Dauphine en 1997. Il est aujourd’hui professeur en Sciences de gestion depuis 2003 et en poste à l’université de Bourgogne depuis 2005. Il est responsable du master Gestion des ressources humaines de l’IAE Dijon depuis 2002. Ses recherches portent sur l’institutionnalisation de l’éthique et de la responsabilité sociale dans la gouvernance des entreprises.

Au sein de la gouvernance de l'Université de Bourgogne, Samuel Mercier est vice-président délégué à la Responsabilité sociétale des Universités et au Développement durable depuis 2018, après avoir été successivement vice-président délégué aux Ressources humaines, à la Vie sur les campus et à l’Action sociale et vice-président délégué à l’Internationalisation des formations universitaires.

Jean-Christophe Tardivon


Le Pôle Économie et Gestion sur le campus dijonnais de l'Université de Bourgogne


L'ancien Institut d'Administration des Entreprises et devenu une école universitaire de management


Samuel Mercier dirige l'IAE Dijon depuis le 15 janvier 2020