Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté
06/09/2023 03:54
7833 lectures

FORMATION : Les chambres de métiers demandent à reporter la baisse de la prise en charge financière des contrats d’apprentissage

D'un côté, l'autorité nationale de financement de la formation professionnelle et de l’apprentissage France Compétences a présenté un déficit de 3,4 milliards d’euros en 2022. De l'autre, l'inflation et la hausse des salaires des formateurs pèsent sur les CFA.
Actualisé : Emmanuel Poyen, président de la CMA Bourgogne-Franche-Comté, alerte sur «une nouvelle baisse des coûts contrats qui menace 100 % des formations aux métiers de l’artisanat».
Communiqué de la chambre de métiers et de l'artisanat Bourgogne-Franche-Comté du 5 septembre 2023 :

Alerte rouge sur l’apprentissage dans l’artisanat !

Une nouvelle baisse des « coûts contrats » qui menace 100 % des formations aux métiers de l’artisanat.

Le réseau des Chambres de métiers et de l’artisanat tire la sonnette d’alarme sur l’avenir de la formation par apprentissage dans l’artisanat. La baisse des niveaux de prise en charge des « coûts contrats », envisagée par le gouvernement, et susceptible d’entrer en vigueur dans les tous prochains jours, menace clairement le modèle de cette voie d’excellence.


Depuis le mois de juillet, le réseau des CMA et la CMA de Région Bourgogne Franche-Comté alertent sur les risques que représentent cette baisse pour le secteur de l’artisanat. Ce qu’il faut bien comprendre ici, c’est qu’aujourd’hui notre outil de formation fonctionne, fait l’objet d’investissement et permet de former à des métiers rares, en proximité, parce que ces formations qui sont déficitaires restent minoritaires. Les marges qui existent nous permettent d’équilibrer la charge qu’elles représentent. Demain, cela pourrait ne plus être le cas.

Concrètement, cette nouvelle baisse se traduirait par :
• Une baisse de près de 8 % du financement des formations emblématiques de l’artisanat de premier niveau (CAP)
• Ce qui signifie que 57 % des formations deviendraient déficitaires
• Ce qui représenterait 55 % de l’effectif des apprentis

Par exemple :
• Demain les CAP de boulanger, de charcutier, de peintre en carrosserie, de plombier, de coiffeur ou en esthétique deviendraient déficitaires.

Les conséquences de la baisse annoncée seraient absolument désastreuses pour nos CFA en Bourgogne Franche-Comté.

A court terme :
• Baisse de la qualité des formations
• Arrêt des formations à faibles effectifs et déjà fortement déficitaires
• Fermeture des CFA de proximité

A moyen terme :
• Impossibilité de poursuivre les formations déficitaires (majoritaires)
• L’appareil de formation est menacé

Pour le réseau des CMA, l’incompréhension est totale au regard :
• Du besoin de main d’œuvre et de compétences des entreprises artisanales
• De l’enjeu que représente la reprise d’entreprise
• De la volonté affichée par le Président de la République d’atteindre le million d’apprentis à l’horizon 2027
• Et de l’objectif fixé par le gouvernement de favoriser les premiers niveaux de formation qui ont la plus forte plus-value en matière d’insertion dans l’emploi

« En tant que plus grand CFA de la Région BFC, avec plus de 2 600 apprentis, les conséquences de la baisse des NPEC serait désastreuse pour l’outil de formation, pour le territoire Bourgogne – Franche-Comté et pour nos jeunes. » Emmanuel Poyen, Président de la CMA de Région Bourgogne Franche-Comté.

Face à cette menace, le réseau des Chambres de métiers et de l’artisanat et la CMA de Région Bourgogne Franche-Comté demandent instamment au gouvernement :
• Un report de cette baisse
• Et réitère son appel à lancer une véritable concertation sur le financement durable de l’apprentissage en France.

Communiqué de la chambre de métiers et de l'artisanat Bourgogne-Franche-Comté du 26 juillet 2023 :

Baisse des « coûts contrats » des apprentis !

Pourrons-nous encore former des apprentis dans l’Artisanat ?

Le réseau des CMA alerte sur les risques comme sur les conséquences dramatiques que cette nouvelle baisse ne manquera pas d’avoir sur l’apprentissage dans l’artisanat.

France compétences a diffusé dernièrement une liste de recommandations avec l’objectif de conduire à une baisse globale de 5 % de la dépense de financement de l’apprentissage. Or, très concrètement, cette nouvelle baisse, cumulée aux différentes augmentations de charges, va engendrer pour la plupart des formations dispensées un déficit que nos CFA ne seront pas en mesure de supporter !

C’est donc la qualité de l’apprentissage mais aussi et surtout l’existence même de formations ou de CFA, qui sont directement menacés.

Pour rappel, la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de région Bourgogne Franche-Comté (CMAR BFC) est le leader de l’apprentissage en BFC avec + de 2 600 apprentis au sein de son CFA sur les sites de Gevingey (39), Vesoul (70) et Mercurey (71).

Si le réseau des CMA est favorable à une régulation de la dépense afin de garantir la soutenabilité du système, nous défendons également l’idée que l’apprentissage dans l’artisanat est un investissement pour l’avenir.

Les élus de la CMA Bourgogne-Franche-Comté expriment leurs plus vives inquiétudes sur l’avenir de cette modalité de formation qui a pourtant fait toutes ses preuves.

« Il est crucial d’ajourner cette mesure et ouvrir une réelle concertation sur le financement de l’apprentissage en France », déclare Emmanuel Poyen, Président de la CMA Bourgogne-Franche-Comté.

« Cette baisse pénalise beaucoup plus les formations de l’artisanat, qui répondent aux besoins de l’économie de proximité et aux besoins de tous les territoires, que des formations de l’enseignement supérieur qui n’ont pas les mêmes charges ni les mêmes enjeux sur les métiers en tension.

Le réseau CMA, premier formateur par apprentissage en France et en Bourgogne-Franche-Comté, est pleinement mobilisé pour défendre les métiers de l’artisanat et les filières de formation qui y conduisent. »


Infos-dijon.com - Mentions légales