Recherche
POUR JOINDRE INFOS-DIJON
redaction.infosdijon@gmail.com (à privilégier)
SMS et MMS au 07 86 17 77 12
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté
08/10/2020 18:57

RÉGION : Avec un plan de relance de 435 millions d'euros, Marie-Guite Dufay veut «alimenter la machine économique»

L'exécutif du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté soumettra un plan de relance au vote de la session du 9 octobre. Ce jeudi 8 octobre, la présidente a présenté ce plan dans les locaux de l'association Bourgogne Énergies Renouvelables à Dijon.

Après l'urgence, la relance. Après le gouvernement et son plan France Relance, l'exécutif régional proposera au vote ce vendredi 9 octobre un plan d'accélération de l'investissement régional doté de 435 millions d'euros pour financer une centaine de mesures.

En avant-première ce jeudi 8 octobre 2020, la présidente du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, Marie-Guite Dufay (PS), esquisse les grandes lignes du plan régional pour réagir aux conséquences économiques de l'épidémie de Covid-19.

Un second volet de réponse


Le nouveau plan représente le second volet de la réponse de la Région à la crise économique. Au printemps, les conseillers régionaux avaient voté la mobilisation de 100 millions d'euros pour intervenir au début de la crise. À ce jour, 90 millions d'euros ont été engagés et 70 millions réalisés. «Un taux de réalisation très fort» selon le premier vice-président Michel Neugnot.
L'objectif était de soutenir les acteurs économiques et associatifs en soulageant la trésorerie des entreprises et en coordonnant les mesures d'urgence avec les partenaires nationaux et régionaux. Cela complète aussi le «pacte régional pour l'économie de proximité», lancé en juin dernier en partenariat avec les intercommunalités, dégageant 27 millions d'euros en faveur des artisans, des commerçants et des entreprises de moins de dix salariés.

Utiliser l'effet de levier


Aujourd'hui, la situation est sérieuse : «il y a une dégradation des indicateurs économiques au niveau national comme dans notre région : il y a une perte d'activité considérable» indique Marie-Guite Dufay. D'autant plus que les consommateurs se montrent prudents faute de visibilité concernant l'issue de la crise sanitaire : «il y a une épargne immense qui s'est constituée chez les Français qui ne se traduit pas par de la consommation». À cela s'ajoute la perte de pouvoir d'achat des plus fragiles qui «sombrent dans la précarité».

Face à cela, la présidente de la Région veut «alimenter la machine économique». Ce qui est visé, c'est «l'effet levier» des financements publics qui entraînent des financements privés. Dans le développement d'un projet industriel, une aide régionale d'un million d'euros peut entraîner la mobilisation de trois millions d'euros au final.

Quand la collectivité intervient pour soutenir les fonds propres d'une entreprise endettée, ce sont huit fois plus de capitaux qui peuvent finalement être attribués pour sauver de l'activité et de l'emploi. Le plan régional de 435 millions d'euros pourrait donc à terme contribuer à drainer 2 milliards d'euros en direction de l'économie régionale.

«Nous avions des marges de manœuvre avec une capacité de désendettement bien en-dessous d'autres régions» lance Marie-Guite Dufay comme pour se justifier d'investir. Après le vote de ce plan, la capacité de désendettement de la Région passera de trois à neuf années.

25 millions d'euros dès la fin 2020


L'annonce de ce plan de relance avait été faite dès la session du mois de juin (retrouver notre article). Durant l'été, une concertation a eu lieu avec les différentes filières économiques, les branches professionnelles et les partenaires institutionnels. 68% des mesures de ce plan correspondent à des nouvelles mesures et 32% correspondent à des mesures existantes qui seront «renforcées» comme dans le secteur de la rénovation énergétique des bâtiments.

Les financements du nouveau plan régional seront répartis selon trois thématiques :
237,05 millions d'euros pour la transition écologique
113,45 millions d'euros pour l'emploi
84,5 millions pour les territoires et la solidarité

Les projets prêts à être activés seront priorisés. Dès la semaine suivant le vote, les procédures seront ouvertes et les appels à projet seront lancés d'ici la fin de l'année. 25 millions d'euros sont prêts à être engagés pour des projets à financer d'ici la fin de l'année. L'ensemble des 435 millions d'euros seront à programmer d'ici la fin 2022. Pour cela, le conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté recrutera des 30 agents supplémentaires afin de gérer l'exécution du plan régional.

Capter 4 milliards de France Relance


Ce plan d'accélération de l'investissement régional sera articulé avec France Relance et les fonds européens grâce aux «très bonnes relations qui existent entre l’État déconcentré et la Région» selon la présidente qui prend pour exemple ce qui s'est déjà fait avec le dispositif Territoires d'Industrie. Précédemment, la Bourgogne-Franche-Comté a reçu 6 millions d'euros pour avoir rapidement répondu à un premier appel à projets, ce qui a permis de créer 200 emplois.

Sur les 100 milliards d'euros de France Relance, Marie-Guite Dufay espère capter 4 milliards d'euros pour l'économie de la Bourgogne-Franche-Comté bien que le plan national ne soit pas territorialisé. En ce qui concerne les fonds européens, déjà 105 millions d'euros vont venir s'ajouter afin de porter le plan régional à 540 millions d'euros.

Les entreprises devront signer une charte de sécurisation de l'emploi


Marie-Guite Dufay entend «encadrer ces financements par le dialogue social» même si l'échelon national du MEDEF ne lui facilite pas les choses alors que les discussions au niveau régional ce sont bien passées, tant avec les organisations patronales qu'avec les organisations de salariés.

La présidente de la Région demandera aux entreprises bénéficiant d'aides de plus de 50.000 euros de signer une charte quadripartite (Régions, État, organisations patronales et salariales) afin de sécuriser les emplois. «S'il y autant d'argent public qui est mis, il faut qu'il y ait un droit de regard des instances dans l'entreprise, l'emploi doit être sécurisé» insiste Marie-Guite Dufay.

À côté de cela, «les politiques ordinaires continuent» rappelle la présidente. En décembre prochain sera voté le budget 2021 qui «ne sera pas réduit en matière de fonctionnement».

Bourgogne Énergies Renouvelables guichet unique de FAIRE


C'est dans les locaux de Bourgogne Énergies Renouvelables qu'a lieu la présentation du jour. L'association est présidée par Jean-Marc Zambrotto. BER informe les particuliers souhaitant réaliser des travaux de rénovation énergétique. Il s'agit d'un des huit Espaces Info Énergie de Bourgogne-Franche-Comté.

La Région accompagne ensuite les travaux, principalement afin d'aider à obtenir un prêt auprès d'une banque. Jusqu'à présent, la collectivité accompagnait des personnes au revenu «très modeste» indique Marie-Guite Dufay. À la faveur du plan de relance, les soutiens seront «élargis».

Durant l'automne, une campagne de communication sur la question de la rénovation énergétique et les économies d'énergie contribuera à promouvoir le travail des Espaces Info Énergie.

De son côté, l’État souhaite créer le service d'accompagnement de rénovation énergétique (SARE) ce qui amène la création d'un guichet unique appelé FAIRE pour «comment faire les travaux ?».

«La question des énergies renouvelables est centrale» souligne la vice-présidente Frédérique Colas qui a pour objectif d’accompagner la rénovation de 48.000 logements par an pour aller vers des bâtiments basse consommation (dans une logique appelée «BBC par étapes»), cela afin «de redonner du pouvoir d'achat à nos concitoyens».

Jean-Christophe Tardivon