Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté
21/05/2022 03:17

RÉGION : Bourgogne-Franche-Comté Tourisme mise sur «un tourisme durable, social et solidaire» en 2022

Bourgogne-Franche-Comté Tourisme a lancé la saison 2022 jeudi 19 mai à Dijon. Grandes orientations et nouveautés ont été présentées par Patrick Ayache, président du comité régional du tourisme, et Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté.
La crise sanitaire s’est très largement atténuée, même si l’imprévisibilité du virus et surtout de ses variants potentiels laissent toujours planer une inquiétude. Cela dans un contexte international autrement marqué, par une attaque russe à l’est de l’Europe qui n’inspire pas confiance.
Pas forcément facile suivant ces paramètres aléatoires et incertains de lancer une saison touristique.

«Nous ne sommes plus dans la sinistrose de l’année dernière»


Bourgogne-Franche-Comté Tourisme n’a pas éludé de les mentionner, son président Patrick Ayache ayant même parlé sur certains points d’un lancement de saison «dans l’expectative», tout en exprimant quand même un optimisme.

«Nous sommes revenus à la normale», a-t-il fait remarquer en s’appuyant sur la période du 1er janvier au 4 mai de cette année (toutes les données sont à retrouver en bas de l'article), en assurant que «la fréquentation touristique est globalement légèrement au-dessus de celle de 2019».

Une enquête nationale réalisée fin mars sur les intentions des touristes pour la période estivale, menée par les comités régionaux du tourisme et ADN Tourisme, est elle encourageante. 71% des Français disent avoir des projets pour les vacances estivales, la Bourgogne-Franche-Comté captant 5% de part de marché selon ces prévisions, «le taux d’avant-Covid» d’après BFC Tourisme.
Les réservations en ligne sur les différentes plateformes pour des destinations dans les grandes agglomérations et en milieu urbain sont elles «en avance» par rapport à 2021. «Nous ne sommes plus dans la sinistrose de l’année dernière», a apprécié Patrick Ayache.

Pour en revenir la région, la fréquentation des touristes français aujourd’hui compense la baisse de la clientèle étrangère. Les touristes venant de l’hexagone mais d’autres régions ont généré sur la période évoquée 8,5 millions de nuitées, marchandes et non marchandes confondues, contre 7 millions en 2019.
Les touristes étrangers en avaient enregistré 8 millions il y a trois ans, contre 6,5 millions en ce début d’année. Leur retour est plutôt attendu pour le début de l’été, même si Patrick Ayache a noté que «les Belges, Suisses, Britanniques et Néerlandais sont revenus».

«On voit un premier bilan et des perspectives plutôt positives»


La tendance est ainsi donnée. L’activité touristique a plutôt bien démarré et l’optimisme peut être de mise, avec une certaine mesure devant être de rigueur.

«On voit un premier bilan et des perspectives plutôt positives mais tout est flottant. Ces chiffres annoncés sont sous réserve», a résumé Patrick Ayache. Des propos appuyés par la présidente de la Région Marie-Guite Dufay : «C’est rassurant. C’est la première fois depuis trois ans qu’on aborde la saison dans un contexte optimiste, mais aussi dans un contexte totalement anormal. L’inquiétude est là, au fond de tout le monde, des acteurs économiques comme des citoyens et donc des touristes. On n’aborde pas les perspectives de voyage de la même façon qu’il y a trois ans».

Aux facteurs du Covid et de la guerre en Ukraine, Marie-Guite Dufay a ajouté deux autres difficultés à prendre en compte, «l’augmentation des prix qui met tout le monde à mal» et «la difficulté à trouver les compétences». En déplorant : «Des restaurateurs sont obligés de fermer, ils s’en tirent en fermant car ils n’arrivent pas à recruter. J’en vois même fermer les week-ends».

Trois volets touristiques majeurs


Eu égard à la tendance globale, l’optimisme a été exprimé à plusieurs reprises lors de la conférence de presse du lancement de la saison touristique régionale ce jeudi 19 mai 2022 dans les locaux de Dijon Congrexpo. Orientations et nouveautés ont été présentées suivant trois volets majeurs, sur lesquels s’est arrêtée Marie-Guite Dufay.

La présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a parlé d’un tourisme durable, «dans une région qui veut porter les valeurs du développement durable, qui veut être à la tête du combat contre le réchauffement climatique, par la promotion des mobilités douces et de l’agrotourisme notamment», sans oublier un tourisme social, manifesté en l’occurrence par la mise en place d’un tarif solidaire, à moitié prix, concernant le pass découverte valable pour plus de 120 offres touristiques. Le pass est cette année à 40 euros par an pour un adulte et à 20 euros par an pour un enfant (de 6 à 16 ans).
Ce pass s'adresse aux particuliers dont le quotient familial est inférieur à 605 euros mensuels. 2.000 pass à tarif réduit seront mis à disposition cette saison.

Marie-Guite Dufay a aussi souligné que «déjà 20 projets de villages et centres de vacances sont soutenus par la Région pour la mise aux normes de leurs sites et l’accompagnement à la transition énergétique».

Le troisième volet que la Région entend ouvrir pour cette saison 2022 est le développement du tourisme d’affaires, en sachant que près de 15% des touristes français viennent en Bourgogne-Franche-Comté dans le cadre d’un motif professionnel.

Événementiel et tourisme d'affaires


Pour accentuer ce phénomène ou en tout cas en faire un capital touristique pérenne, la Région Bourgogne-Franche-Comté se porte sur le soutien à l’événementiel. La collectivité territoriale a investi un million d’euro pour la mise en place d’une plateforme numérique permettant l’organisation de salons et autres événements, proposés souvent en formats hybrides depuis la crise Covid.

Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si Bourgogne-Franche-Comté Tourisme a lancé la saison dans une salle de Dijon Congrexpo, l’association portant avec Micropolis à Besançon cet outil digital «Connect Events» dans l’intérêt de faire de cette plateforme et du centre de services numériques qui y est associé un pôle événementiel en Bourgogne-Franche-Comté en le mettant progressivement à disposition d’autres structures.
«La démarche est très intéressante surtout que nous avons observé avec la crise une digitalisation de nos métiers. Et nous constatons que 30% des congressistes reviennent ensuite en tant que touristes», s’est exprimée Nadine Bazin, directrice générale de Dijon Congrexpo.

Autre base de développement pour ce qui est du tourisme d’affaires, le collectif Bourgogne-Franche-Comté Séminaires & Events, fort de 125 membres d’après les derniers chiffres de fin mars 2022. Sur la base de l’activité en 2021, «62% des manifestations recensées sont des séminaires rassemblant 42% des clients qui sont 100% des acheteurs français».
Le 16 juin prochain, le collectif a rendez-vous à Dole pour la deuxième édition de ses rencontres visant à relancer l’organisation d’événements professionnels en Bourgogne-Franche-Comté.

Les habitants de la région, premiers touristes


Dans cette saison touristique, les habitants de la région auront eux aussi du choix et des possibilités de découvertes. Ils sont «les premiers touristes de la région» en ayant par exemple généré plus de 14 millions de nuitées dans les huit départements en 2021.
Le slogan «Sortez chez vous» n’est plus seulement une impulsion post-confinement donnée par BFC Tourisme il y a deux ans, mais c’est devenu une manière de «montrer aux habitants qu’on peut prendre des vacances chez nous, dans notre belle région», a souligné Patrick Ayache, en précisant que la démarche est relayée par les offices de tourisme de plusieurs territoires.

Pour accompagner, embellir et booster le lancement de cette saison touristique 2022 en Bourgogne-Franche-Comté, des campagnes d’affichage et de communication suivront.
Pour inciter les touristes étrangers à revenir, BFC Tourisme a choisi encore cette année d’investir auprès d’Atout France, près de 360.000 euros, pour la valorisation des marques La Bourgogne et Les Montagnes du Jura.

Dans le contexte actuel marqué d’incertitudes de plusieurs ordres, le comité régional du tourisme de Bourgogne-Franche-Comté mise sur «un tourisme durable, social et solidaire». Autant de volets que la Région souhaite inscrire et décliner dans sa stratégie 2023-2028 au travers de son schéma de développement du tourisme et des loisirs.  

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier




Activité touristique et prévisions 2022 en Bourgogne-Franche-Comté

Notes transmises par BFC Tourisme

Sources : Orange Flux Vision tourisme (données provisoires), AirDNA, ADN Tourisme.

Jamais dans l’histoire moderne, l’activité touristique ne s’est trouvée aussi brutalement confrontée à une crise si aigüe. Elle a pris chacun par surprise et menacé tout un écosystème complexe d’activités et de revenus essentiels aux entreprises, aux associations et aux territoires.

Le début 2022 semble marqué par une reprise de la fréquentation touristique dans la région.

La Bourgogne-Franche-Comté retrouve ce printemps un niveau de fréquentation proche des années pré-Covid.
Globalement, les nuitées réalisées par des clientèles extra-régionales entre le 1er janvier 2022 et le 4 mai sont revenues à leur niveau de 2019, après deux années fortement perturbées par les différents confinements (printemps et automne 2020 et printemps 2021) et restrictions liées au covid.





C’est la fréquentation française qui permet ce retour général au niveau de 2019, alors que les nuitées étrangères restent en retrait d’environ 20% en ce début d’année 2022 (par rapport à 2019). L’Allemagne et le Japon progressent par rapport 2021, mais restent en deçà des niveaux de 2019.

En revanche, les touristes suisses, belges britanniques et néerlandais sont plus proches de leur niveau de fréquentation pré-crise.



Les touristes français provenant des principaux bassins de clientèles (Ile-de-France, Auvergne- Rhône-Alpes, Grand-Est), sont tous en progression. Le début d’année 2022 constitue le volume de nuitées enregistrées le plus élevé depuis 2019 pour chacune de ces 3 régions.

Le volume du marché intra-régional est lui en recul d’environ 20% par rapport à 2019, mais reste meilleur qu’en 2021.




Ces données globales de reprise de fréquentation par rapport à 2021 sur le territoire régional sont corroborées par les éléments de fréquentation sectoriels du début d’année :

-  Sur les plateformes de réservations de particuliers à particuliers, les volumes vendus, les taux d’occupation et l’offre ont ainsi progressé par rapport à 2021 : le taux d’occupation a ainsi gagné plus de 5 points entre janvier 2021 et janvier 2022, et 1 point entre février 2021 et février 2022, alors que l’offre s’est très fortement accrue (environ 30% d’offre supplémentaire). En mars 2022, le taux d’occupation est stable par rapport à 2021. Sur le premier trimestre, environ 100 000 nuits-logement supplémentaires ont été vendues par rapport à 2021 (soit un gain d’environ 250 000 nuitées). En avril 2022, les résultats sont également en forte hausse par rapport à avril 2021 qui était placé sous confinement.

-  Dans l’hôtellerie, si janvier 2022 est resté en deçà de janvier 2019, aussi bien en termes de volume que de remplissage, en revanche, février 2022 s’est rapproché du niveau de fréquentation et de remplissage pré-Covid.

Les perspectives pour l’été

Les perspectives pour la suite de l’année 2022 restent plutôt bien orientées, malgré les incertitudes liées à la guerre en Ukraine.

L’enquête sur les intentions de départ des Français réalisée au printemps par les CRT et ADN tourisme montre que les Français veulent renouer avec la normale. En mai 2021, 72% des Français prévoyaient de partir à l’été. Fin mars 2022, ils étaient déjà 71% à avoir des projets pour les vacances estivales. Dans ce contexte de projets de voyages, l’étude positionnait la part de marché de la Bourgogne-Franche-Comté à un niveau de 5%, habituel pour la région. Les Français resteront vigilants aux démarches sanitaires mises en œuvre pour 81% des partants, et réserveront en priorité un hébergement qui proposera une grande souplesse de conditions d’annulation. L’inflation jouera également un rôle très important sur la gestion budgétaire des vacances des Français.

Les réservations enregistrées à ce jour pour les vacances d’été sur les plateformes de réservation en ligne de particulier à particulier (Airbnb, Abritel, etc...) sont d’ores et déjà nombreuses sur les principaux lieux de villégiature de l’été.
En milieu urbain, dans les grandes agglomérations, le niveau des réservations est également en avance par rapport à l’an passé à la même période.



Annexe – La fréquentation régionale par les principaux marchés français et européens – du 1er au 4 mai de chaque année

Source : Orange Flux Vision Tourisme – Données provisoires



*Pour le marché allemand, le système de captation des données a été modifié fin 2019. Les données 2019 sont ainsi surévaluées.

Infos-dijon.com - Mentions légales