Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté
12/06/2021 11:06

RÉGIONALES : Les propositions sur le développement de l'agriculture biologique

Cinq candidats se sont exprimés le 3 juin dernier devant les représentants du réseau Bio Bourgogne-Franche-Comté.
Communiqué de la Fédération régionale de l'agriculture biologique Bourgogne-Franche-Comté du 11 juin 2021 :

Jeudi 3 juin les différentes listes en lice aux élections régionales étaient invitées à Saint-Jean-de-Losne par le réseau Bio Bourgogne - Franche-Comté pour un débat sur le thème : “Quelle ambition pour l’agriculture bio dans notre région”. Seules deux listes n’ont pas envoyé de représentant : celle du Rassemblement National et celle de Lutte Ouvrière.

Les candidats ont pu exposer leurs projets et échanger avec Philippe Camburet, co-président de la Fédération Régionale d’Agriculture Biologique de Bourgogne - Franche-Comté et nouveau président de la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique (FNAB), Laure Beauffigeau, administratrice de Bio Bourgogne et Laurence Henriot, présidente du Groupement d’agriculture biologique de Côte d’or (GAB 21).


Ce débat ouvert à tous s’est tenu devant un public d’une trentaine de personnes qui ont également pu interroger les candidats. Il a eu lieu dans un contexte national particulier puisque, la veille, les agriculteurs bio de toute la France avaient manifesté à Paris contre les arbitrages du gouvernement concernant la Politique Agricole Commune (PAC) : suppression de l’aide au maintien en bio, aide environnementale identique pour les agriculteurs certifiés bio et ceux certifiés HVE (Haute valeur environnementale).

Le réseau Bio Bourgogne - Franche-Comté remercie les candidats présents pour leur participation à ce débat très riche. Si tous ont reconnu le rôle primordial que joue aujourd’hui l’agriculture bio, les approches comme les objectifs restent très différents et plus ou moins ambitieux.

L’agriculture Bio en Bourgogne - Franche-Comté
Chiffres Agence Bio pour l’année 2019.
2 666 fermes
dont 358 nouvelles en 2019 (+14,5%).
10 % des fermes de la région sont en bio.
195 753 hectares de surfaces conduites en bio
dont 59 991 ha en conversion .
8,12 % de la surface agricole régionale.
25% des installations se font en bio

Sarah Hassan
Liste “La région partout et pour tous” conduite par Denis Thuriot.

« L’agriculture bio est à la fois une boussole et un moteur, mais la collectivité doit répondre aux enjeux et aux attentes de tous les agriculteurs. »

La candidate a reconnu le rôle pionnier des agriculteurs bio, qui ont été les premiers « à intégrer l’agriculture à des enjeux comme l’alimentation, l’environnement, la santé, le travail ». Mais, la transition écologique « ne doit pas oublier ceux qui peinent à changer leurs modes de production » et la région doit accompagner tous les agriculteurs vers des pratiques vertueuses par un soutien technique et en aidant à la structuration de filières, plus que par des aides. La candidate a plaidé pour que les agriculteurs bio soient représentés dans les comités locaux des SAFER et mis en avant la volonté de la liste qu’elle représente d’accompagner les communes et intercommunalités sur les enjeux environnementaux.

Interrogée sur les arbitrages du gouvernement concernant la PAC, la candidate de la liste LREM a confié qu’à titre personnel elle ne pensait pas que bio et HVE soit au même niveau. Mais pour elle « la certification bio est assez solide pour ne pas prendre ombrage de la HVE » et il est important de créer un système qui ne dépende pas des aides : « Je crois à l’effet tache d’huile de la bio pas à la bataille de chapelle. »

Concernant la problématique de l’eau et la pertinence des retenues collinaires, Sarah Hassan s’est dite attachée au modèle français de bassin et a plaidé en faveur de décisions prises en fonction des enjeux locaux.

Juliette Guespin
Liste “Le Temps des cerises” conduite par Bastien Faudot.

« La région doit favoriser l’installation de fermes à échelle humaine. L’aide au maintien en bio doit être rétabli et l’aide à la conversion maintenue à 5 ans et si possible revalorisée. »

« Nous sommes convaincus de la capacité du monde agricole à revitaliser les territoires », a souligné la candidate, qui plaidé pour une implication forte de la région en matière d’installation et transmission pour lutter contre l’agrandissement des fermes et favoriser la diversification, dans un objectif environnemental, d’emploi et de souveraineté alimentaire. Elle s’est prononcée pour une “agriculture paysanne” dont la bio fait partie. Pour favoriser celle-ci elle a notamment évoqué : l’extension de l’aide JA (Jeunes Agriculteurs) aux plus de 40 ans, la modification des critères CDOA (Commission Départementale d’Orientation Agricole), le rétablissement par la région de l’aide au maintien en bio, la mise en place d’un service de soutien aux agriculteurs avec des animateurs de territoires.

Juliette Galpin s’est également prononcée pour la mise en œuvre du droit de préemption des terres par les communes, notamment afin de créer des surfaces de maraîchage pour approvisionner les cantines scolaires.

Sur la problématique de l’eau, avec sa colistière, Marie-Anne Guillemain, présente dans le public, elle s’est fermement prononcée contre les retenues collinaires.

Pascal Blain
Liste “Ecologiste & solidaire” conduite par Stéphanie Modde.

« Nous sommes dans un moment de mutation et l’avenir c’est l’agriculture bio. La politique des petits pas ne fonctionne pas, il faut passer à la vitesse supérieure. »

Pour le candidat, « il faut faire de l’installation une cause régionale d’utilité publique. » La Région doit lutter contre l’agrandissement des fermes et soutenir les installations bio et les conversions « non seulement comme une priorité, mais comme une urgence ». Pascal Blain a cependant noté que si la Région disposait d’un rôle d’impulsion et de coordination ses moyens étaient limités et que les grandes orientations agricoles restaient prises à l’échelle européenne et nationale.

Parmi les leviers sur lesquels la région peut agir, le candidat a cité : l’implication de la région au sein des SAFER, l’extension du plafond de la DJA (Dotation Jeunes Agriculteurs), la création d’espaces communaux sur le modèle des pépinières d’entreprises pour développer notamment le maraîchage ou encore la création d’un fonds régional de réserve foncière pour faciliter la préemption de terres par les communes.

Il a insisté sur le levier que représentent les cantines des lycées pour lesquelles le cap doit être 100% en bio et local, ce qui pourrait créer 180 emplois. « Ça ne se fera pas du jour au lendemain, mais ça doit être un horizon», a-t-il expliqué.

Concernant les retenues collinaires, Pascal Blain a estimé que non seulement elles aggravaient à terme la sécheresse mais qu’elles retardaient l’adaptation des pratiques agricoles aux réalités climatiques.

Daniel Prieur
Liste “Pour la Bourgogne & la Franche-Comté ” conduite par Gilles Platret.

« Il n’y a pas de paysan sans revenu et pas de revenu sans prix. L’agriculture bio est une solution pour les gens qui ont des terres à potentiel limité. Il ne faut pas être exclusif, on peut faire du bio et du conventionnel sur une même exploitation. »

Le candidat a défendu un ciblage fin des aides régionales : « Il faut s’appuyer sur les PAT (Plans Alimentaires Territoriaux) pour créer des micro-zones et apporter des réponses spécifiques en fonction des problématiques locales. » Le candidat a également fait part de la volonté de sa liste de créer un Parlement régional de l’Agriculture rassemblant toutes les organisations représentatives de la profession et où le réseau Bio Bourgogne Franche-Comté aurait toute sa place pour aider à définir la politique agricole de la région. « Toutes les agricultures doivent coexister », a-t-il affirmé considérant que si l’agriculture bio amenait du revenu et du bien-être, la liste qu’il représentait, si elle remportait les élections, serait « capable de le reconnaître et de la valoriser ». Lui-même agriculteur, il a tenu a apporter son témoignage sur l’enseignement agricole : « On a appauvri la connaissance en délaissant l’observation. L’une des grandes vertus de l’agriculture bio c’est d’avoir remis en avant l’observation. L’agriculture bio ce n’est pas du conventionnel sans pesticide, c’est une approche système importante. »

Sur la problématique de l’eau et les retenues collinaires, Daniel Prieur a plaidé pour une approche pragmatique et concertée à l’échelon local en mettant en avant que « les gens sont en attente de réponses ».

Stéphane Woynaroski
Liste “Notre région par cœur ” conduite par Marie-Guite Dufay.

« Nous voulons continuer à soutenir l’agriculture bio avec la signature d’une nouvelle convention avec Bio Bourgogne Franche-Comté, la création d’un "Pass bio BFC" pour favoriser les conversions et un objectif 50% en bio dans les cantines des lycées. »

Le candidat a insisté sur la nécessité de « réconcilier biodiversité et économie, biodiversité et agriculture ». Outre la volonté de signer une nouvelle convention avec le réseau bio et la création d’un "Pass Bio", il a mis en avant d’autres points du programme pour l’agriculture biologique de la majorité sortante : la réouverture de l’aide au maintien au bio pour la période 2021-2023, la bonification de la DJA (Dotation Jeunes Agriculteurs) aux installations en bio. Pour atteindre l’objectif de 50% de produits locaux dont 50% en bio dans les cantines de lycée (50 millions de repas par an) sa liste mise notamment sur le développement la mise ne place d’une aide incitative dans la dotation des lycées pour s’approvisionner en bio et local ainsi que le développement de la plateforme numérique mangerbiobfc.fr.

Concernant les retenues collinaires, c’est pour Stéphane Woynaroski dans la plupart des cas une « fausse bonne idée » qui fait fi du cycle naturel de l’eau. Il s’est prononcé en faveur de la prise de la compétence eau par la région afin d’en faire une grande cause régionale.

«Ce qui va compter, c’est avant tout la façon dont vous allez mobiliser des fonds propres et comment vous allez les prioriser. L’agriculture bio lutte contre la pollution, le réchauffement climatique, les cancers... Nous comptons sur vous pour nous soutenir. »
Philippe Camburet
Co-président de la Fédération Régionale d’Agriculture Biologique de Bourgogne - Franche-Comté, Président de la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique (FNAB).

Le plaidoyer du réseau Bio Bourgogne - Franche-Comté pour les élections régionales est ici : http://bit.ly/PlaidoyerBioBFC


Infos-dijon.com - Mentions légales