Recherche
> Campus > Sur le campus
13/05/2020 19:28

CAMPUS UNIVERSITAIRE : La vente à emporter est ouverte sur le site de Dijon

C’est à la cafétéria Lamartine qu’a été installé le dispositif de vente à emporter. Un repas, sous la forme d’un menu à 3,30 euros, est proposé aux étudiants et personnels de l’université de Bourgogne depuis ce mercredi 13 mai.
Fin avril, le CROUS de Bourgogne-Franche-Comté nous avait parlé de sa mobilisation durant le confinement (retrouvez notre article en cliquant ici), dans l’intérêt d’assurer un lien avec les étudiants restés dans les résidences notamment. Cette mobilisation se poursuit post-confinement, avec le lancement ce mercredi 13 mai de la vente à emporter.

«C’est notre mission. On est là pour les étudiants», assure Céline Cunin, directrice du Pôle Restauration à Dijon. Décidé à rouvrir un point de restauration sur ce site universitaire ainsi que sur le campus universitaire de Besançon, mais seulement sous la forme d’une vente à emporter selon les recommandations nationales, le CROUS BFC a réfléchi à deux options : permettre aux étudiants de venir acheter leur repas en aménageant un point de restauration, ou bien installer un food-truck à l’air libre.
La première option a donc été retenue : c’est au pavillon Lamartine, au sein de la cafétéria du même nom, que la vente à emporter est organisée. «On avait proposé cette forme-là deux jours avant que tout s’arrête, on savait que les locaux se prêtaient bien à cette configuration», fait remarquer Céline Cunin.

Depuis ce mercredi 13 mai, les étudiants venant acheter un repas se voient ouvrir la porte par un agent de la restauration. La première table en évidence est celle sur lequel est posé le gel hydroalcoolique. La distanciation réglementaire en cas d’affluence est marquée au sol. Le service est ensuite effectué par des personnels équipés de visières, de masques et de gants. Après chaque paiement en caisse, une désinfection est faite.

«Il nous reste de quoi faire des menus équilibrés»


L’étudiant aura droit à un menu chaque jour, au tarif de 3,30 euros sur présentation de la carte délivrée par l’université de Bourgogne. Était proposé ce 13 mai le menu suivant : macédoine de légumes mayonnaise, une pasta box (pâtes à la bolognaise) et un dessert au choix (compote au beignet au chocolat ou une pomme).
«On va essayer de varier les menus avec ce qu’on a en stock, ça va être un peu au jour le jour. Nous avons fait plusieurs dons à la banque alimentaire durant ce confinement mais il nous reste de quoi faire des menus équilibrés. On fait en sorte de vendre un repas froid, que les étudiants peuvent manger à leur convenance, le midi ou même le garder pour le soir. Un micro-ondes est à leur disposition avant de repartir», explique Fernando Monteiro, chef de cuisine au restaurant universitaire Montmuzard.

Pour cette première depuis le début du confinement, 40 repas étaient disponibles. Une heure et demie après l’ouverture du point de vente à emporter, seulement deux personnes étaient venues chercher un menu. Peut-être le temps que l’opération se sache sur le campus. Celle-ci a fait l’objet d’un affichage sur les portes de chaque restaurant universitaire. La vente à emporter est annoncée de 11h30 à 13h30.

Une adaptation si besoin


«Quand nous avons plus de 30.000 étudiants présents sur le campus de Dijon, nous enregistrons 5.000 repas par jour. La proportion n’est pas énorme et sans doute que certains étudiants peuvent définitivement quitter le campus sachant que les cours ne reprendront pas en présentiel et que des examens se feront à distance. Et par exemple, nous sommes aussi en période de Ramadan. On verra l’affluence sur cette première semaine voire sur ces quinze premiers jours et on s’adaptera, avec pourquoi pas des retours et des demandes de la part des étudiants», disent Céline Cunin et Fernando Monteiro.

«Toutes les autres structures de restauration du Crous de Bourgogne Franche-Comté restent fermées jusqu'à nouvel ordre», indique également le CROUS, qui a donc choisi les deux campus où le nombre d’étudiants est potentiellement le plus important dans le contexte pour mettre en place cette vente à emporter.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier