Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Campus > Sur le campus
11/04/2021 18:21

UNIVERSITÉ DE BOURGOGNE : La FEBIA fédère les bonnes volontés pour accompagner les étudiants à sortir de la précarité

La Fédération étudiante de Bourgogne inter-associative s’est engagée dans l’aide alimentaire plus tôt que prévu en raison de la crise sanitaire. Elle permet aujourd’hui à plus de 200 étudiants de profiter de produits à prix réduits.
La Fédération étudiante de Bourgogne inter-associative a vu le jour en janvier 2020. Dès le départ, dans le cadre de ses missions, l’idée d’ouvrir une épicerie solidaire étudiante était évoquée. Quelques mois de crise sanitaire plus tard, celle-ci ouvrait, le 4 décembre 2020 pour être exact.

Ouverture de l’épicerie 9 mois plus tôt


«La crise sanitaire a impacté le projet dans sa globalité puisqu’il a dû être mis en place plus tôt et nous a amenés à nous adapter avec les gestes barrières à respecter notamment», explique Louis Octobon, pour parler d’une ouverture qui s’est finalement faite dans des locaux prêtés par l’université de Bourgogne qui faisaient office de salles de cours (campus Montmuzard, préfabriqué Z, rue Edgar Faure). L’ouverture de l’épicerie solidaire dans un lieu dédié, suite à des échanges constructifs avec le CROUS, doit se faire en septembre 2021.

La FEBIA, avec le soutien logistique de La Croix-Rouge, accueillait alors environ 150 étudiants dans le besoin en début d’année 2021. Aujourd’hui, plus de 200 étudiants bénéficient de produits alimentaires mais pas seulement, à des prix allant de 10 % à 30 % de ceux du marché (soit 70 % à 90 % moins chers). Dans ses locaux actuels, l’épicerie pourrait accueillir 300 étudiants au maximum.

Ces derniers peuvent venir plusieurs fois par semaine, «dans la limite du raisonnable». Le barème fixé en amont fait que l’épicerie est ouverte aux étudiants - de l’université de Bourgogne ou plus largement en formation post-bac dans un établissement pas forcément sur le campus de Dijon - devant composer avec un reste à vivre quotidien entre 1,80 euro et 7,50 euros.
Des entretiens individuels et des évaluations sont menés par les travailleurs sociaux du CROUS afin de repérer ces étudiants dans le besoin. En dessous du reste à vivre quotidien de 1,80 euro, les étudiants peuvent être orientés vers des associations comme les Restos du Coeur ou le Secours Catholique.

Des liens à renforcer avec les restaurateurs dijonnais


Engagée ainsi dans l’aide alimentaire, notamment au travers de partenariats avec la Banque Alimentaire de Bourgogne mais aussi Pomona - TerreAzur (fruits et légumes frais), la FEBIA est attentive à ce que les produits soient adaptés aux moyens de préparation des étudiants ainsi qu’au bien manger de ces derniers. Des paniers de légumes «plus que bio» de 4-5 kg sont proposés au tarif de 5 euros, d’autres de première nécessité sont accessibles via le groupement des épiceries solidaires de Bourgogne-Franche-Comté.

Pour aller plus loin dans une démarche d’apporter une qualité alimentaire aux étudiants dans le besoin, la FEBIA s’est aussi rapprochée des restaurateurs dijonnais. Elle a a pu compter sur la mobilisation de plusieurs d’entre eux, en particulier les restaurants du centre-ville, comme Au Grand Café et Peppuccio avec l’association A2ROO qui permettent l’approvisionnement de l’épicerie avec des paniers repas gratuits.
Système U lui a fait un don de 15.000 euros en denrées alimentaires. Adjointe au maire de Dijon délégué notamment au commerce, Nadjoua Belhadef salue la démarche et encourage à renforcer ces liens.

Une commission d'activité sociale et culturelle interentreprises regroupant trois associations Acodège, CREAI et IRTESS, a remis quant à elle un don de 5.000 euros à la Fédération le 19 mars dernier.

Quentin Genelot, président de la FEBIA, et son équipe annoncent poursuivre un engagement «pour accompagner les étudiants à sortir de la précarité». Se définissant également comme un acteur de l’économie sociale et solidaire, la Fédération poursuit un objectif en phase avec l’agrément AGORAé : faire de l’épicerie solidaire un tiers-lieu.
L'épicerie est aujourd'hui forte de 5 coordinateurs et une trentaine de bénévoles.

Dans un rôle facilitateur, la FEBIA fait aussi le lien entre les associations étudiantes, les institutions et les acteurs économiques du territoire. Durant la crise sanitaire, la Fédération a participé activement à la distribution de matériel informatique aux étudiants initiée par l’université de Bourgogne. Elle prépare par ailleurs un dossier sur le coût d’une rentrée universitaire, fait appel à des ambassadrices et ambassadeurs de l’orientation afin d’aider les lycées dans leurs parcours et réfléchit à un dispositif permettant de valoriser l’engagement des étudiants.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier





Infos-dijon.com - Mentions légales