Recherche
> Campus > Sur le campus
16/04/2020 03:22

UNIVERSITÉ : Les opérateurs téléphoniques sollicités «pour de la data supplémentaire aux étudiants»

Le président de l’Université de Bourgogne Vincent Thomas a adressé une lettre à quatre opérateurs de téléphonie et d’accès à internet afin de leur demander la mise à disposition de volumes de données supplémentaires au bénéfice des étudiants. Les retours sont positifs.
La lettre date du 30 mars 2020 et elle a été partagée sur les réseaux sociaux quelques jours plus tard, en forme d’appel à la solidarité des opérateurs téléphoniques.

Revenant sur le contexte national de l’enseignement supérieur lié au confinement et soulignant la mobilisation des enseignants, des enseignants-chercheurs et des étudiants dans la continuité pédagogique de l’uB - université à distance aujourd’hui comme pour d’autres établissements et entités ailleurs en France -, Vincent Thomas en vient à évoquer «un problème majeur : l’inégal accès des étudiants aux data».

«Leur offrir à titre gracieux ou pour une somme modique

une quantité de data suffisante»


«Je me permets d’en appeler à votre solidarité. En effet, certains de nos étudiants ne disposent pas des moyens pour régler un abonnement data en adéquation avec la nécessité impérieuse de poursuivre leurs études à distance. Il vous est possible de manifester à la communauté nationale votre attachement à la formation de notre jeunesse, mais aussi votre souci de participer à l’effort collectif induit par la lutte contre le Covid-19, en proposant de leur offrir à titre gracieux ou pour une somme modique une quantité de data suffisante», poursuit le président de l’université de Bourgogne.

C’est «un geste parfaitement exceptionnel», sur la période du confinement et sur justificatif, que demande Vincent Thomas. Un geste qui favoriserait selon le président de l’uB la poursuite des études dans cette année particulière ainsi que la réussite aux examens.

Depuis, les opérateurs téléphoniques ont répondu plutôt favorablement à la demande.

Par la voix de sa déléguée régionale Véronique Morlighem, Orange a rappelé que 10 giga supplémentaires sont offerts à ses abonnés depuis le 1er avril. Pour aller plus loin en direction des étudiants, des discussions entre l’uB et Orange devraient se prolonger sur de possibles gestes de solidarité de la part de la Fondation Orange.

Avec Bouygues Telecom - qui est aujourd’hui le titulaire du marché public à l’université pour ce qui est de la téléphonie -, des échanges avec l’appui de l’UGAP voit l’opérateur téléphonique cité proposer trois abonnements : un seulement téléphonique à 75 centimes d’euros par mois, un autre pour smartphone avec 25 giga pour 4,15 euros par mois et un troisième pour smartphone avec 25 giga de data pour 6,15 euros par mois (prix HT).
«Pour les étudiants n’ayant pas la possibilité financière de prendre ces abonnements, même s’ils sont sans engagement, l’uB pourra le faire pour eux», annonce-t-on du côté de l’université de Bourgogne.

Quant à SFR et Free, si les interlocuteurs sont plus difficiles à joindre chez le second opérateur du fait de l’absence de direction régionale, les discussions sont engagées avec SFR, ayant invité l’uB à se rapprocher de son prestataire d’actions solidaires, à savoir Emmaüs Connect.

La distribution de matériel est lancée


Après recensement des besoins en matériel informatique et numérique dont nous avait aussi parlé Vincent Thomas dans l’entretien fin mars, la distribution d’ordinateurs et de tablettes a débuté ce mardi 14 avril.
250 à 300 étudiants sont identifiés dans le besoin sur cette question de précarité numérique, «de l’ordre de 10 à 20 étudiants sur chaque site territorial et 180 à 200 pour le campus universitaire de Dijon». Les étudiants en difficulté sur ce point peuvent en faire part via l’adresse mail suivante : don.materiel@u-bourgogne.fr.

Ces offres téléphoniques et d’accès à internet spéciales, elles sont temporaires mais «elles pourraient se prolonger au-delà du 11 mai», dit-on à l’université de Bourgogne, devant désormais réfléchir très sérieusement aux bonnes formules d’examens puisque les cours en présentiel ne seront pas autorisés avant le mois de septembre.
Des propositions seront faites en Commission Formation et Vie Universitaire ce vendredi 17 avril. Si des options à distance sont possibles dans plusieurs filières et formations, la tenue du concours devant clôturer la première année de médecine, compte-tenu notamment du nombre d’étudiants (environ 1.150 en PACES cette année à l’uB) mais aussi des mesures de distanciation, pourrait donner lieu à un dispositif forcément exceptionnel occasionnant des moyens supplémentaires d'ampleur.

Alix Berthier
Photo : Eric Paul

«La priorité dans le temps, c’est celle de permettre aux étudiants de garder le cap»

Retrouvez l’interview de Vincent Thomas en cliquant ici