Recherche
POUR JOINDRE INFOS-DIJON
redaction.infosdijon@gmail.com (à privilégier)
SMS et MMS au 07 86 17 77 12
> Côte d'Or > Côte d'Or
23/10/2020 16:55

ARTISANAT D’ART : Félix Galland et Matthieu De Gregorio lauréats du prix des métiers d’art de Côte-d’Or

Le céramiste à Saint-Martin-de-la-Mer et le vannier ont séduit le jury.

L’Artisanat d’Art n’a de cesse de se renouveler. Ces professionnels imaginent, conçoivent, façonnent ou restaurent des pièces d’exception à la croisée du beau et de l’utile.

Comme la plupart des secteurs d’activité, l’artisanat d’art a été durement impacté par la crise sanitaire à laquelle nous faisons face. L’annulation de nombreuses manifestations cet été et cet automne, ainsi que les risques qui pèsent sur la fin d’année rendent la situation financière de nombreuses entreprises délicate. Le soutien à ces métiers par le réseau des Chambres de Métiers et de l’Artisanat n’en est que plus important.

Pourquoi un prix dédié aux métiers d’art ?


Nos territoires regorgent de professionnels des métiers d’art de grande qualité, qui souffrent d’un déficit de notoriété flagrant. Pour promouvoir ces professionnels d’exception, La Chambre de Métiers et de l’Artisanat (CMA) organise, chaque année, le prix des métiers d’art, à destination des professionnels des métiers d’art.

Qui peut candidater ?


Ce prix est réservé aux professionnels des métiers d’art de Bourgogne-Franche-Comté, qu’ils soient chefs d’entreprises ou salariés d’une entreprise immatriculée au Répertoire des Métiers.

Comment s’organise ce concours ?

Chacun des 8 départements de notre Région organise au cours du mois d’octobre un jury permettant d’attribuer les prix départementaux. Les huit lauréats représenteront leur territoire lors d’un jury régional pour l’attribution du prix Métiers d’Art de Bourgogne-Franche-Comté 2020 qui se déroulera en fin d’année.

Trois catégories sont retenues et se succèdent chaque année :
        -  La création contemporaine ;
        -  Les métiers de la tradition/fabrication d’exception ;
        -  Les métiers de la restauration.

L’année 2020 est consacrée aux métiers de la tradition/fabrication d’exception.

Mais qu’entend-on par tradition/fabrication d’exception ?


Ce sont tout d’abord des professionnels qui consacrent, tout ou partie, de leur activité, à la réalisation d'objets d'art traditionnels de qualité d’exception, en petite et moyenne série, et selon le respect des matériaux et des techniques traditionnelles pour réaliser des œuvres traditionnelles et/ou d’exception.
Par cette définition, la possibilité est offerte à de nombreux professionnels de tenter leur chance, quel que soit le ou les matériaux travaillés.

Ce prix est organisé avec le soutien financier des partenaires métiers d’art de la CMA de région Bourgogne Franche-Comté, à savoir, le Crédit Agricole, MAAF Pro et le Conseil Régional Bourgogne-Franche-Comté. Chaque lauréat départemental se voit attribuer une dotation financière de 500€.

L’attribution du Prix Métiers d'Art de Côte-d’Or s’est faite par un jury comportant une représentation équilibrée du monde professionnel, culturel et éducatif (professionnels des métiers d’art, partenaires financiers, éducation nationale, représentants de la CMA). Le jury était présidé par Régis PENNEÇOT, en qualité de Président de la délégation Côte-d’Or de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de région Bourgogne Franche-Comté.

Ce jury s’est réuni mardi 20 octobre 2020 dans les locaux de la CMA à Dijon.

Ils étaient quatre candidats à briguer le titre départemental, Izabela OZIEBLOWSKA, vitrailliste, Eve GEORGE, souffleur de verre, René PEYROUS, luthier, et Félix GALLAND & Matthieu DE GREGORIO, céramiste & vannier.

Après étude du dossier, chacun des candidats a présenté sur place son travail aux membres du jury (œuvre réalisée depuis moins de 4 ans) et échangé avec lui sur son travail, sur les techniques utilisées, sur les difficultés rencontrées, etc.
Les professionnels des métiers de la conservation/restauration ont été évalués :
- sur dossier-type présentant non seulement l’œuvre, mais également son auteur et son entreprise,
- sur la réalisation en elle-même que chaque professionnel aura apportée et présentée aux membres du jury.

Et c’est finalement Félix GALLAND, céramiste à Saint-Martin-de-la-Mer, en partenariat avec Matthieu DE GREGORIO, vannier, qui remportent le prix des métiers d’art de Côte-d’Or 2020, ainsi qu’une dotation financière de 500€.

Partenaire du prix des métiers d’art de Côte-d’Or, le Conseil Départemental de la Côte-d’Or a également octroyé un prix « coup de cœur » à Eve GEORGE. Ce coup de cœur se matérialisera par une dotation financière de 500€.

Félix GALLAND et Matthieu DE GREGORIO : artisans, spécialisés en céramique et vannerie à Saint-Martin-de-la-Mer
Oeuvre présentée : SORA NO, une création qui joue sur le contraste de deux matières. La base en céramique renvoie à la solidité de la terre et le tressage en osier inspire la légèreté.
       
Eve GEORGE : gérante de l’Atelier George, spécialisée en soufflage de verre à Mont-saint-Jean
Oeuvre présentée : Solaire, une suspension lumineuse, composée d’un globe de verre blanc opalin veiné d’ambre, et de trois planètes en verre de couleurs veinés aux teintes bleues, grises et ocres, reliées par des arcs de laiton.

Quelques mots sur les lauréats


Le parcours professionnel des lauréats :

Félix GALLAND :


C’est en 2005 qu’il découvre la céramique, la terre. Ce métier ancestral qui permet de façonner de l’argile avec les mains et d’en figer sa forme et sa couleur pour toujours.

Sa formation commence au lycée de la céramique à Longchamp, elle durera 5 ans. Période durant laquelle il obtient un CAP ainsi qu’un BMA dans le tournage céramique.
Il finit son cursus de formation par un BEP modeleur maquettiste afin d’aborder ses projets avec une nouvelles palette d’outils et de techniques.
En 2012 il intègre la formation Émail au CNIFOP, à Saint Amand en Puisaye. Formation qui durera un an et qui lui permettra de fabriquer ses émaux par la suite.

Suite à l’obtention de ces diplômes et différentes expérience chez des céramistes, il s’installe en 2015 dans un petit hameau du Morvan, situé à quelques kilomètres de Saulieu.
Dans son atelier il décide de réaliser des céramiques utilitaire, mais aussi décorative. Il utilise plusieurs techniques, différentes argiles, différents mode de cuisson pour réaliser des projets personnalisés et répondre à différentes commandes. Il travaille le grès, la faïence et la porcelaine. Ces terres sont cuites dans un four électrique, au gaz ou encore au bois selon le résultat final souhaité. Chaque technique est différente et demande de nombreuses recherches en amont pour trouver l’équation finale qui plaira a l’œil et satisfera l’usage qu’on attend du projet.

Il développe à travers son activité différents partenariats comme celui avec Sophie Dries ou encore Bernard Loiseau, cela stimule sa passion du questionnement et de la recherches créatives qui font selon lui, l’essence de son métier.

Matthieu DE GREGORIO :


Matthieu de Grégorio est artisan vannier installé à son compte depuis 2016. Pleinement investi dans l’évolution de son savoir-faire, il a trouvé dans la vannerie d’osier les techniques et la matière propices à ses envies de création d’objets utiles et originaux.

Amoureux de la nature, cette dernière lui offre sa matière première. C’est également un fervent militant des pratiques manuelles ancestrales. Il s’inspire humblement des travaux réalisés par des grands vanniers tels Jean Paul Bavoillot, Jean-Marc Blanchard et François Desplanches.

Depuis plusieurs mois, il intervient sur des projets artistiques avec l’entreprise « Déambulons », spécialisée dans le design d’espaces et la création de structures sur mesure en bambou.

La coopération des lauréats :

Le projet « TERRE ET SAULE » est une coopération artistique de deux amis de longue date, amoureux des arts et profondément soucieux de partager leurs savoir-faire respectifs pour que perdurent ces fabuleux métiers ancestraux que sont la poterie et la vannerie.
C'est en 2016 que les deux amis décident d'unir les matières que sont la céramique et l'osier, alliance magique, profondément connectée au vivant. C'est ainsi que nait le collectif « Terre & Saule ».

Ce projet s'inscrit dans la prise de conscience sociale et artistique qui s'oppose avec virulence à notre société consommatrice à l'excès, pressée et insensible aux dégâts écologiques qu'elle génère.
A cela ils assument fièrement leurs valeurs humanistes en se concentrant sur un travail de patience avec une utilisation de matériaux nobles et responsables.

Leur engagement dans ce projet relève d'un militantisme artistique, aujourd'hui plus que jamais, à l'heure ou la nature tire avec violence la sonnette d'alarme. Ils trouvent dans ce tumulte actuel, au plus proche de la nature et des éléments qui la composent, l'inspiration et la matière première pour réaliser des œuvres uniques.

Ce contact primaire et vital leur permet, au travers de leurs créations, de poser les bases d'une véritable échelle des valeurs. Devant ce merveilleux équilibre biologique ils puisent la force de créer des pièces à l'esthétique organique. Sans cesse en quête d'ouverture, d'apprentissage et de découvertes, le projet « Terre & Saule » est et restera une belle aventure humaine et artistique qu'ils continueront de faire vivre.

Les premiers mots des lauréats


Fabrice LEMOINE : Quelle a été votre première impression à l’annonce du résultat ?

Félix GALLAND : C’est génial ! C’est notre première participation à un concours, on ne savait pas à quoi s’attendre.
Matthieu DE GREGORIO : Etonné, je ne m’y attendais pas. C’est une fierté car c’est en plus notre première distinction.

FL : Comment avez-vous vécu ce jury ?

FG : C’est bien d’être face à des gens réceptifs et curieux. Notre travail a été regardé par des personnes intéressées. C’était un bon moment.
MDG : Ces échanges nous motivent, cela va bien nous booster. On a des projets et ça nous conforte dans nos choix.

FL : Savez-vous à quoi sera utilisée votre dotation ?

FG & MDG : Nous allons acheter de la matière pour développer de nouveaux projets de création.

FL : Et après ?

FG : c’est parti pour mon projet de création de local. J’envisage installer mon entreprise dans un nouveau local, toujours dans le Morvan, avec pignon sur rue afin de disposer d’un espace atelier, d’un espace pour les cours, mais également d’un show-room. L’objectif est de pouvoir ouvrir avant l’été 2021.
MDG : on va se remettre au travail créatif pour développer ces nouveaux projets, notamment des œuvres encore plus volumineuses. Sans oublier également le volet commercial.

Communiqué