Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Côte d'Or > Côte d'Or
26/09/2021 16:34

CHENÔVE : La République fêtée avec la jeunesse de la ville

La Ville de Chenôve a organisé mardi 21 septembre la 4ème édition de la Fête de la République. Une manière de réaffirmer que celle-ci s’enrichit de la diversité et d’une jeunesse d’origines différentes.
C’était donc la quatrième année que la Ville de Chenôve invitait ses habitants et plus largement les citoyens de tous âges à la Fête de la République. Une fête à nouveau placée sous le signe à la fois de la diversité et de la fraternité.

Mardi 21 septembre 2021 (le 21 septembre 1792, la monarchie était abolie en France), la République fut célébrée notamment devant une fresque réalisée par l’artiste Kogaone. En écho au festival d’art urbain porté par le collectif du M.U.R Dijon et Zutique Productions, c’est une oeuvre traitant de la diversité qui a été réalisée sur l’une des façades du gymnase Herriot. Une oeuvre portant le nom de «Herriot de Janeiro».


Cette fresque vient compléter un parcours de street-art à Chenôve, agrémenté des voix de jeunes les commentant selon leurs ressentis. Un travail mené avec l’association Les Voix d’Ici de Mélanie Antoine qui a rassemblé une cinquantaine de jeunes du centre de loisirs, des ateliers de théâtre et la troupe de hip hop Figure 2 Style.

À l’écoute de leurs commentaires, élus municipaux et habitants ont apprécié les traits et regards de cette fresque illustrant en quelque sorte le ton que souhaitait à nouveau donner la Ville de Chenôve à cette Fête de la République.
Pour ces jeunes, «Herriot de Janeiro raconte la diversité dans la ville. Et ça peut redonner le sourire».

«Ça fait taire tous les Z. du monde»


Le maire de Chenôve, Thierry Falconnet, qui sortait d’une visite de la classe d’élèves primo-arrivants du lycée Antoine, a insisté sur la pertinence des ressentis des jeunes.

«Ces visages entremêlés, de couleurs différents, c’est la France, c’est la République de fraternité telle qu’on l’aime», a-t-il déclaré, avant d’ajouter : «Au lycée Antoine, quand je vois ce que disent les jeunes primo-arrivants sur l’accueil qui leur a été réservé, ça fait taire tous les Z. du monde. Ce sont des jeunes qui viennent d’ici et d’ailleurs, qui sont d’ici aujourd’hui et qui viennent enrichir notre République, notre France».

Un après-midi d’animations étaient concocté sur la place de la République, devant le Cèdre où s’est produit l’Orchestre national de Barbès pour conclure la journée.
Le Cèdre, dont la rue le longeant (entre la structure culturelle et les voies de tramway) porte désormais le nom de Shirin Ebadi, juge et avocate iranienne à qui a été décerné le prix Nobel de la paix en 2003 pour sa défense des droits de la femme, des enfants et de la démocratie.

À quelques mètres de la nouvelle plaque dévoilée, les jeunes ont eu droit à des démonstrations de hip-hop ou bien à du théâtre, d’autres à des moments de lectures en face à face avec un conteur. Les cerfs-volants réalisés par les enfants du périscolaire avec Nasser Volant surplombaient la place en étendard.
Les Mariannes de Le Pèse-Nerf veillaient sur celle-ci et les jeunes pouvaient même s’exprimer sur le sol dans un concours de mandalas colorés.
En fin d’après-midi, c’est l’Harmonie municipale qui a rassemblé le monde à l’entrée du Cèdre. Avec une Marseillaise entonnée à l’unisson par l’auditoire.

À l’occasion de cette Fête de la République, une charte de la laïcité a aussi été signée avec l’État, représenté par Danyl Afsoud, directeur de cabinet du préfet de la Côte-d’Or.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier





















Infos-dijon.com - Mentions légales