Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Côte d'Or > Côte d'Or
31/03/2021 03:17

CHENÔVE : «Nous souhaitons un choc des solidarités pour les habitants», annonce le maire Thierry Falconnet

Dans le contexte actuel, la Ville de Chenôve lance un plan de cohésion sociale avec le souci d’anticiper et d’amortir des conséquences économiques et sociales impactant les habitants de la commune. Dix mesures majeures sont portées par la majorité municipale.
Faire face humainement et individuellement à la situation sanitaire actuelle peut se résumer au respect des gestes barrières et autres mesures en vigueur. Au niveau d’une collectivité, faciliter et encourager la vaccination est une des mobilisations possibles.

Thierry Falconnet, maire de Chenôve et président de l’association Ville et Banlieue, ajoute cependant : «C’est d’abord sur le plan économique et social que nous aurons collectivement à faire face à des conséquences terribles pour nos populations. Ces conséquences se remarquent déjà».

Des indicateurs préoccupants


À Chenôve, le maire s’appuie sur des données pour dresser un constat préoccupant : «Le taux de pauvreté atteint jusqu’à 25 % de la population, et 38,1 % concernant le QPV du Mail. Ce taux chez les plus de 75 ans s’élève à 12 %, quand il est en moyenne de 5,6 % sur le territoire de Dijon Métropole. Le taux de chômage atteint 37 % chez les moins de 24 ans, 17,9 % chez les 24-54 ans et 15,2 % chez les plus de 55 ans. 33 % des familles chenevelières sont monoparentales, pas loin de 43 % le sont dans le quartier du Mail. Le taux de vulnérabilité des enfants de moins de 10 ans s’élève à 29 % de la population de Chenôve, contre 15,4 % sur le territoire de la métropole dijonnaise, et jusqu’à près de 53 % sur un des secteurs du quartier politique de la ville. Un quart des jeunes de 15-24 ans ne sont pas scolarisés et sans emploi. 48 % des 18-24 ans sont scolarisés, contre 68,8 % sur le territoire de Dijon Métropole. Et on évalue à le nombre de jeunes âgés de 15 à 24 ans qui ne sont ni en formation ni en emploi à 350».

Voici pêle-mêle les indicateurs livrés par Thierry Falconnet, qui note aussi «+12,69 % de bénéficiaires du RSA depuis début 2020, +68,7 % de bénéficiaires des Restos du Coeur entre février 2020 et aujourd’hui, +2,14 % de demandeurs d’emploi et +13 % de demandeurs d’emploi de moins de 25 ans».

«Nous avons décidé d’anticiper ce que serait la sortie de crise. Nous souhaitons un choc des solidarités pour les habitants», a alors annoncé Thierry Falconnet lors d’une conférence de presse lundi 29 mars 2021. Le maire était entouré de Patrick Audard, adjoint délégué à la vie de la cité, à l’administration générale, aux finances et à la commande publique ; Christiane Jacquot, adjointe déléguée à la solidarité, à l’inclusion et à l’action sociale ; Nouredine Acheria, adjoint délégué à la jeunesse, à la formation à l’accompagnement vers l’emploi, au commerce et au marché ; Didier Girard, conseiller municipal délégué à la santé ; Caroline Carlier, conseillère municipale déléguée au revenu municipal garanti ; Yves-Marie Brugnot, conseiller municipal délégué à la jeunesse et aux loisirs.

«La volonté de lutter plus que jamais contre l’accroissement des inégalités»


Par «choc des solidarités», ces membres de la majorité municipale entendent mettre en place des actions de compétence communale afin que tous les Cheneveliers soit dans le radar de la solidarité tout en appelant à des partenariats avec l’État et les collectivités territoriales pour être en capacité de décliner des mesures dans l’efficacité et la pertinence.

Thierry Falconnet insiste d’ailleurs : «Ce plan doit s’adresser à tous les Cheneveliers avec la volonté de lutter plus que jamais contre l’accroissement des inégalités. C’est un plan que nous voulons pour la cohésion sociale, car c’est bien celle-ci qui est en danger aujourd’hui et elle doit être le ciment de notre société. Nous avons la volonté de dépasser les simples prérogatives de la ville en matière de politiques publiques. Après les échéances électorales évidement, on aura besoin du Conseil départemental de la Côte-d’Or pour travailler sur les questions autour du RSA. On aura besoin de Dijon Métropole pour sa compétence sociale dans le premier accueil. On aura besoin de la Direction de l’emploi. La demande a par exemple été faite pour que la ville de Chenôve bénéficie du dispositif Cités de l’emploi. Tout cela doit se coordonner, en innovant dans les politiques publiques».

Dix mesures majeures sont ainsi annoncées dans le cadre du plan (à retrouver ci-dessous) et le financement de plusieurs d’entre elles est stipulé dans le budget voté lundi dernier en conseil municipal. La majorité municipale rappelle que certaines étaient inscrites dans les orientations municipales de la liste «Chenôve pour Tous».

L’ambition pour la majorité municipale est notamment de limiter le nombre de personnes vivant en-dessous du seuil de pauvreté à Chenôve.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier

Les 10 mesures du plan de cohésion sociale


1. La création d’une mutuelle municipale accessible à toutes et tous
Elle favorisera l’égalité d’accès et de recours aux dispositifs de soins notamment pour ceux qui ne peuvent bénéficier du droit commun. Cette mutuelle viendra en complément de la mesure d’accompagnement financière obsèques proposée par le CCAS.

2. L’engagement d’une réflexion sur un Revenu Municipal Garanti (RMG) avec l’objectif du lancement d’une expérimentation à partir de 2023
Cette mesure permettra d’agir activement contre la précarité et la pauvreté, et de redonner à nos concitoyens des conditions de vie dignes, condition sine qua none d’une véritable démocratie où chacun peut s’épanouir et développer son propre pouvoir d’agir. Une étude sera prochainement lancée à ce sujet à travers la démarche d’analyse des besoins sociaux (ABS) confiée au cabinet COMPAS avec lequel nous avons déjà travaillé qui nous permettra de préciser le cadre général d’une telle démarche et les coûts induits pour la collectivité, au regard de la composition sociologique de notre territoire, mais aussi à partir de l’évaluation d’expériences développées ailleurs, dans d’autres communes, Grande-Synthe par exemple.
Le RMG qui ne peut être un Revenu Universel car les conditions de sa mise en œuvre relève d’un choix politique à l’échelle nationale, sera une aide sociale facultative et temporaire basée sur les revenus du ménage et adaptée à leur situation.

3. La lutte contre la fracture numérique avec le renforcement du Plan numérique dans les écoles et la mise à disposition d’ordinateurs chromebook à chaque élève de CM1
Les élèves de CM1 conserveront ce matériel informatique jusqu’à leur entrée au collège et pourront l’utiliser autant dans le cadre scolaire qu’à la maison avec leurs parents. Des cycles de formations des enseignants, des parents et enfants seront le prérequis pour avoir accès à ces ordinateurs.

4. La création d’un service et d’actions spécifiques dédiés à la jeunesse de notre ville
Cette nouvelle direction aura pour mission la mise en œuvre de la politique à destination des jeunes à Chenôve avec la mise en œuvre de moyens importants dédiés aux jeunes de notre ville. 382 000 € de crédits sont dédiés à la création de ce nouveau service (fonctionnement + charges de personnel).

5. La mise en œuvre d’une action de prévention sociale forte pour prévenir la récidive avec le renforcement d’une présence humaine sur le terrain
Le Maire de Chenôve a eu confirmation de la part de Monsieur le Préfet que Madame Nadia Haï, Ministre en charge de la Ville, venue à Chenôve le 1er février dernier, a identifié cette commune pour bénéficier de 6 médiateurs de prévention et 6 éducateurs spécialisés.

6. La poursuite du dispositif du Revenu Minimum Etudiant (RME) avec l’intégration d’une aide à la mutuelle municipale pour les étudiants
Le Revenu Minimum Etudiant (RME) créé en 1989 par Roland Carraz, ancien Maire de Chenôve, a pour objectif de venir en aide financièrement aux étudiants issus de familles modestes afin qu’ils puissent poursuivre leurs études supérieures dans de bonnes conditions. Dispositif social innovant inventé à Chenôve, le RME contribue toujours à garantir l’égalité des chances et constitue un outil d’intégration
En 2018, les critères d’attribution du dispositif ont été réévalués pour permettre aux classes dites moyennes, ceux qui se retrouvent constamment au-dessus des seuils d’aides, de bénéficier de cet accompagnement. 80 000€ sont aujourd’hui mobilisés pour cette mesure de soutien.
Une mutuelle municipale sera intégrée au dispositif du RME pour permettre à ses bénéficiaires d’avoir accès à des compléments de remboursements sur des soins de santé couteux.
Le renoncement à la complémentaire santé est en progression en France et notamment chez les jeunes de 18 à 24 ans, et plus particulièrement, chez les étudiants qui n’ont plus d’obligation d’affiliation à une mutuelle étudiante.

7. La création d’une Maison des Solidarités pour favoriser l’accès aux droits et l’accompagnement social
Elle va s’appuyer sur le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) devenu CCAS pivot dans le cadre de son partenariat étroit avec la Direction de l’action sociale de Dijon Métropole qui déploie ses Points d’Accès aux Droits sur les territoires, suite au transfert de certaines compétences du département depuis juin 2020.
Cette Maison des Solidarités assurera, dans la logique du guichet unique, un service public de solidarité au plus proche des habitants et des usagers, en un lieu bien identifié et identifiable
Ce sera un lieu qui permettra à chacun de bénéficier, quand le besoin s’en fait ressentir, d’une écoute, de conseils et d’accompagnement par des professionnels de l’action sociale afin de prévenir les difficultés individuelles et familiales, et l’insertion des personnes.

8. La création d’une Maison Sport-Santé pour développer les pratiques sportives et agir pour la santé publique
Unique maison sport-Santé de Bourgogne Franche-Comté, la maison sport santé de Chenôve fait désormais partie des 288 Maisons Sport-Santé aujourd’hui reconnues en France. Lieu d’informations et de ressources pour tous, cette maison permettra de contribuer à développer l’action en faveur des pratiques sportives avec un objectif de santé publique et de lutte notamment contre l’obésité.

9. La création d’un logement d’urgence pour accueillir les victimes de violences intrafamiliales
Un logement communal a été identifié et fléché pour créer d’ici la fin de l’année ce logement d’urgence qui sera accessible en partenariat avec les autorités et les associations actives dans ce domaine. La Ville de Chenôve contribue ainsi à l’aide aux victimes avec les acteurs du territoire qui sont à leurs côtés et avec lesquelles la commune travaille en partenariat au quotidien dans la lutte contre les violences et les discriminations.

10. Le soutien actif au monde associatif chenevelier, aux acteurs l’Economie Sociale et Solidaire (ESS)
La Ville de Chenôve maintient année après année, et ce, malgré le contexte contraint d’un point de vue budgétaire pour les collectivités, le niveau des subventions allouées aux associations soit plus de 900 000 euros annuellement.
La municipalité soutient également les acteurs de l’ESS avec la création prochaine d’un « garage du cœur » à Chenôve et l’aide renouvelée au « Cœur Bombis », épicerie sociale pour les plus démunis.








Infos-dijon.com - Mentions légales