Recherche
> Côte d'Or > Côte d'Or
10/05/2020 03:17

CHENÔVE : «Un rythme de respiration avec l’école» est à reprendre selon Thierry Falconnet

Le maire de Chenôve Thierry Falconnet fait le point «à la veille» du retour à l’école, démarche dans laquelle dit s’engager pleinement la municipalité. En voulant rassurer les parents sur la mise en oeuvre des conditions sanitaires et les convaincre du bien-fondé de ce retour à l’école.
Du 13 avril et le discours d’Emmanuel Macron à ce début du mois de mai et les dernières interventions du Premier Ministre Edouard Philippe ou encore du ministre de l’Education Nationale Jean-Michel Blanquer, la question du retour à l’école a certes évolué dans plusieurs de ses modalités. Toujours est-il que les communes étaient «invitées» peut-on dire à travailler en ce sens.
À Chenôve, le maire Thierry Falconnet, par ailleurs IEN, s’est fait à cette idée et confirme : «La décision du retour à l’école a été prise par l’État… Pour les maires, il y avait deux possibilités, celle de faire en sorte que la reprise de l’activité scolaire puisse se faire dans le respect des conditions sanitaires, école par école, et que l’ensemble des mesures soit respecté, ou de dire que ce n’est pas possible de le faire. Nous, on a pris la décision de rouvrir les écoles sur la base de plusieurs principes. D’abord, le respect des préconisations de l’Education Nationale en matière de protocole sanitaire (gestes barrières, règles de distanciation sociale, protection des enfants, des enseignants, des agents et des familles). À partir du moment où nous étions en capacité de répondre à ce double objectif, à la fois de respect des conditions sanitaires et le retour progressif à l’école, nous avons travaillé dans cet état d’esprit-là avec les services de l’Education Nationale».

Les écoles de la ville, sur les sites des six groupes scolaires, ouvriront donc leurs portes aux élèves le jeudi 14 mai. Les lundi 11 et mardi 12 mai seront consacrés à la pré-rentrée des enseignants, du personnel éducatif mais aussi des personnels communaux.
En maternelle, la limite est fixée à 10 élèves par classe, et 15 élèves en élémentaire. «Une rentrée progressive» est annoncée, sur quatre jours par semaine, avec d’abord le 14 mai la reprise des élèves de grande section de maternelle, CP, CE1 (uniquement dans les établissements identifiés dans le réseau d’éducation priorité REP+) et CM2. Les écoliers de CE2 et CM1 ne rentreront pas en classe et devraient quant à eux reprendre à partir du 2 juin.
«La restauration scolaire sera assurée mais pas comme d’ordinaire. Des repas froids seront servis aux enfants à leurs postes de travail. Les temps d’accueils périscolaires et extra-scolaires sont remis en place. Les parents pourront déposer et venir chercher leurs enfants dans les mêmes conditions qu’avant le confinement», précise le maire de Chenôve. En ajoutant à propos de l’accueil dans les écoles : «Les écoles accueilleront les enfants des personnels prioritaires (soignants, commerçants, personnels de secours et d’assistance, enseignants, travailleurs sociaux) qui oeuvrent pour la gestion de la crise sanitaire ; ceux dont les parents doivent être impérativement sur leurs lieux de travail quotidiennement ; les enfants repérés en situation de décrochage scolaire».

Un taux de retours aux alentours de 20%


À l’approche de cette rentrée, Thierry Falconnet assure que les conditions - certes spéciales - sont réunies pour permettre le retour à l’école. Sauf que beaucoup de parents restent à convaincre… : «Aujourd’hui, les retours que nous avons (à la suite d’une consultation menée par la Direction de l’éducation auprès des parents d’élèves) nous indiquent un taux de retours potentiellement très bas, aux alentours de 20%. Ce serait à peine 300 élèves accueillis sur les 6 groupes scolaires le 14 mai au matin (environ 1.500 écoliers sur la commune). Nous ne sommes que sur des intentions mais c’est selon moi, trop peu. D’autant plus que si l’on observe la répartition, les enfants qui reviendront le moins à l’école sont ceux qui sont en quartier prioritaire. Ce sont les enfants qui ont le plus besoin de l’école, qui seront le moins nombreux à y retourner. Mon objectif est de mettre tout en oeuvre pour que ce chiffre évolue à la hausse. Il faut rassurer les parents pour les inciter à remettre leurs enfants à l’école. Il faut lever leurs craintes au maximum et je veillerai au respect du protocole sanitaire».

Quand à la prise de risque du maire sur cette réouverture dans le sens où le cadre des écoles dépend de la municipalité, elle ne se pose pas vraiment selon lui : «À partir du moment où on nous transmet un protocole sanitaire de 43 pages et que, à Chenôve, nous serons en mesure de le respecter, j’estime que la municipalité, en lien avec les services de l’Education Nationale, aura fait le maximum et son devoir. Mais je ne veux pas juger les décisions prises par d’autres maires. En milieu rural par exemple, on n’a pas nécessairement le personnel municipal pour se mobiliser. S’ils ne rouvrent pas, c’est qu’ils ont de bonnes raisons».

Au-delà des positions de chacun, relevant aussi l’ambiguïté du Président de la République et des ministres sur le volontariat du retour à l’école, qui n’aide sans doute pas à convaincre du bien-fondé de cette recommandation, et surtout pour en revenir à la décision prise à Chenôve, il insiste : «Nous avons une vraie responsabilité, c’est celle de l’éducation et de la socialisation de nos enfants. De toute manière, ça va être un retour à l’école particulier… N’oublions pas que nous avons des enfants qui ont perdu le contact avec l’école depuis huit semaines. Il y a tout un travail de reprise de contacts, de consolidation des acquis d’avant-confinement. Il est important que ces enfants qui ont perdu contact avec l’école, qui ont été confinés parfois dans des conditions difficiles, enfermés dans des appartements exigus, reprennent un rythme plus ordinaire, un rythme de respiration avec l’école. On va encourager ce retour à Chenôve».

40 agents de la Ville mobilisés quotidiennement


Du côté de la municipalité, 40 agents de la Direction de l’éducation seront mobilisés quotidiennement. Thierry Falconnet assure : «Les agents seront équipés de masques. Nous avons installé des solutions hydroalcooliques dans tous les groupes scolaires. Il y aura à disposition des enseignants des kits de désinfection pour nettoyer les postes de travail et les matériels… C’est important que les enfants reviennent à l’école».

Une réussite pour finir : Chenôve fait partie des dix nouvelles villes à être retenue dans l’opération nationale «1.000 livres pour les cités éducatives». Une dotation de 1.000 livres jeunesse, pour des enfants et adolescents de 3 à 18 ans, est promise à chacune des villes retenues par le ministère chargé de la ville et du logement, en lien avec l’association d’élus Ville & Banlieue. «Un apport supplémentaire de matière culturelle», apprécie le maire de Chenôve.

Alix Berthier
Photo d’archives : Alix Berthier