Recherche
POUR JOINDRE INFOS-DIJON
redaction.infosdijon@gmail.com (à privilégier)
SMS et MMS au 07 86 17 77 12
> Côte d'Or > Côte d'Or
06/11/2020 17:40

CONFINEMENT : «L'objectif est de protéger la santé des Français» déclare Fabien Sudry

Constatant que le confinement était respecté, le préfet de la Côte-d'Or est revenu ce vendredi 6 novembre sur le maintien des services publics et l'engagement des agents de la fonction publique. Plusieurs arrêtés municipaux concernant la situation des commerces ont été contestés devant le tribunal administratif.

Lors d'un point de situation ce vendredi 6 novembre 2020, le préfet de la Côte-d'Or Fabien Sudry s'est largement fait l'écho de la communication gouvernementale. «La vague est rapide et violente» a-t-il indiqué en reprenant les propos tenus la veille par le ministre de la Santé. Une vague «plus rapide que ce que l'on avait pu imaginer» a-t-il concédé.

L'épidémie de SARS-CoV-2 continue effectivement de se répandre en Bourgogne-Franche-Comté avec une prédilection pour le sud de la Bourgogne du fait des échanges avec la région Rhône-Alpes (lire notre article).

Le préfet a insisté sur les enjeux du confinement : «l'objectif est de protéger la santé des Français et de permettre d'être soigné dans les meilleures conditions possibles». Le second confinement, qui a débuté le vendredi 30 octobre dernier, devrait produire ses premiers effets autour du 18 novembre.
Les principales mesures concernent l'instauration d'une autorisation de déplacement, la fermeture des établissements recevant du public et la fermeture des commerces non essentiels. «Les concitoyens comprennent les enjeux et appliquent dans leur immense majorité les consignes» a constaté Fabien Sudry.

Maintien des services publics


Du fait d'un équipement en masques et tests, les autorités abordent «cette reprise épidémique dans un contexte différent». Ce qui justifie aux yeux du préfet le maintien des services publics et le fonctionnement des établissements scolaires. «Ces services publics tiennent le coup parce qu'animés par des agents conscients de leur mission de service public» a insisté le préfet, ajoutant «nous devons ça à nos soignants».

Les différents protocoles sanitaires permettent aux industries, aux exploitations agricoles et aux structures du BTP de poursuivre leurs activités même si, par ailleurs, les entreprises sont incitées à développer le télétravail.

Un numéro vert permet de s'informer sur la situation liée au coronavirus : 0 800 130 000. La préfecture a mis en place un email dédié : pref-cip@cote-dor.gouv.fr. En une semaine, 350 réponses ont été fournies à des demandes d'explication. «Le rôle des services de l’État est d'expliquer la réalité telle qu'elle est» a précisé Fabien Sudry.

Passés la tolérance du retour des vacances scolaires, les vérifications des attestations de déplacement a commencé avec 150 points de contrôles quotidiens dans toute la Côte-d'Or (lire notre article). Depuis le lundi 2 novembre dernier, 1,622 véhicules ont été contrôlés et 31 verbalisations dressées. «Dans l'ensemble, les conducteurs sont en règle» a constaté le préfet.

«Le gouvernement a entendu les interrogations des commerces»


Alors que certaines communes ont choisi d'instaurer des arrêtés municipaux contrevenant au décret réglementant le confinement, la préfecture a attaqué devant le tribunal administratif les communes de Beaune, Is-sur-Tille, Meursault, Talant et Chevigny-Saint-Sauveur. De plus, le maire de Dijon a retiré un arrêté portant sur l'ouverture des librairies (lire notre article).

«Le gouvernement a le souci de répondre aux préoccupations des entreprises» a indiqué Fabien Sudry sur le dossier économique. Pour toute la France, le gouvernement a engagé 15 milliards afin de soutenir les entreprises concernées par une fermeture administrative.

«Le gouvernement a entendu les interrogations des commerces» a signalé le préfet. Les obligations de fermer les rayons des produits non essentiels dans les grandes surfaces sont donc vérifiées. Les démarche de vente à emporter sont encouragées. Ainsi, Fabien Sudry a cité l'initiative de Shop In Dijon (lire le communiqué). S'agissant des librairies, le gouvernement a décidé de prendre en charge le coût des frais de livraison à domicile.

Jean-Christophe Tardivon

La rectrice confirme «l'efficacité du protocole appliqué depuis la rentrée scolaire»


Appel aux renforts auprès des hôpitaux de Bourgogne-Franche-Comté