Recherche
> Côte d'Or > Côte d'Or
22/04/2020 14:41

CORONAVIRUS : Patrick Molinoz demande aux maires de ne pas «ajouter à la confusion» sur le port du masque

Le vice-président de l'AMF a demandé au préfet de la Côte-d'Or de relayer auprès du Premier ministre un courrier adressé aux maires. Patrick Molinoz cherche à tempérer les ardeurs des maires agissant individuellement pour généraliser dès à présent le port d'un masque barrière.
Masque ou pas masque ? Alors que les Français refusaient il y a peu de porter un masque pendant les épidémies de grippe (13.000 morts en 2018), les incertitudes concernant le nouveau coronavirus amènent de nombreuses personnes à tenter de se protéger ainsi. Au premier rang de la gestion du quotidien, des maires se positionnent en faveur du port généralisé du masque, d'autres tempèrent les demandes.

Pas d'urgence à l'achat de masques par les mairies


Le directeur général de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté n'a de cesse de rappeler l'importance des gestes barrières. Pierre Pribile voit la tendance actuelle du recours au masque en dehors de situation à risque comme «une amulette magique» censée protéger de l'épidémie. Le masque en plus des gestes barrières, «pourquoi pas», le masque seul, «certainement pas» (lire notre article).

Le risque est-il le même quand un soignant prend en charge un malade du Covid-19 présentant des symptômes graves ou quand un consommateur parcourt les rayons d'un supermarché ? Cela fera partie des questions auxquelles la population aura collectivement à répondre pour apprendre à vivre avec une circulation modérée du SARS-CoV-2 en France.

Lors de son point de situation du 17 avril dernier, le préfet de Bourgogne-Franche-Comté a évoqué rapidement les interrogations des maires sur la distribution à grande échelle et le port des différentes types de masques. Selon Bernard Schmeltz, «aussi longtemps que l'on est dans le confinement, la question de l'achat de masques n'est pas à se poser dans l'urgence». Le préfet conseillant donc aux maires de «prendre patience» en attant que la doctrine soit définie par les autorités sanitaires.

Ne pas agir «de manière désordonnée»


À son tour, Patrick Molinoz participe au débat. Le très actif maire PRG-Centre gauche de Venarey-Les Laumes est aussi vice-président de l'Association des Maires de France. Après avoir milité pour repousser la réunion des conseils municipaux dans la semaine du 16 mars dernier (lire le communiqué), il demande à présent aux  maires de ne pas «se précipiter» pour généraliser le port du masque. Une demande soutenue par Ludovic Rochette, président de l'AMF 21.

Pour l'élu de l'Auxois, les maires «prendront toute leur part dans la mise à disposition des masques (et le cas échéant des autres équipements)». Il lui apparaît néanmoins «déraisonnable, et même dangereux, d’agir individuellement et de manière désordonnée».

Le vice-président de l'AMF réagit à la démarche de ses collègues qui se positionnent pour la distribution de masques : «dans ces conditions toute communication annonçant que les maires vont distribuer des masques sans dire quand, à qui, comment et dans quelle conditions m’apparaît précipitée et dangereuse. Cela alimente une demande immédiate, voire une impatience légitime, de nos concitoyens à laquelle il est impossible de répondre». Il ajoute : «nous avons le devoir d’apaiser, de rassurer et de ne pas ajouter à la confusion qui est parfois grande. Il faut donc attendre que l’État nous donne, au plus vite, les règles que nous appliquerons avec tout le sérieux et le sens des responsabilités qui nous caractérisent».

Le maire de Beaune veut «mieux préparer le déconfinement»


Le maire de Beaune serait-il implicitement visé par les propos du préfet et la déclaration du vice-président de l'AMF ? Ces derniers jours, Alain Suguenot a plusieurs fois encouragé la fabrique solidaire de masques barrières, comme l'ont d'ailleurs fait de nombreux élus pour équiper des professionnels.

Dans un communiqué du 4 avril dernier, le maire de Beaune prenait cette fois appui sur la position de l'Académie Nationale de Médecine pour demander aux Beaunois de confectionner leur propre masque afin de «mieux préparer le déconfinement». Il voyait là un comportement «responsable», lançant à ceux qui disent le contraire qu'ils ne feraient pas «preuve de bon sens» (lire le communiqué).

Aujourd'hui, dans son courrier adressé à l'ensemble des maires, Patrick Molinoz s'aligne sur les propos du préfet : «avant d’agir il faut en effet connaître le cadre de l’action : il est donc indispensable que l’État nous communique une doctrine claire et précise qui définit précisément le rôle et les responsabilités de chacun». Une doctrine attendue par les élus ainsi que par l'ensemble de la population.

Jean-Christophe Tardivon

Courrier de Patrick Molinoz du 22 avril 2020 :