Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Côte d'Or > Côte d'Or
09/01/2024 19:52

CÔTE-D'OR : «Acheter de la drogue, c'est avoir du sang sur les mains», alerte le préfet Franck Robine

Lors de ses vœux aux forces de l'ordre, ce mardi 9 janvier, à Dijon, le préfet de la Côte-d'Or a effectué un focus sur la lutte contre le trafic de stupéfiants, «la priorité des priorités 2024».
Policiers, gendarmes, douaniers... plus de 150 agents des forces de sécurité intérieure étaient rassemblés à l'Hôtel de Police de Dijon, ce mardi 9 janvier 2024, pour écouter les vœux du préfet de la Côte-d'Or Franck Robine, «un geste de respect sincère».

À ses côtés, se trouvaient le général Sylvain Laniel, commandant la région de gendarmerie de Bourgogne-Franche-Comté, le commissaire divisionnaire Bruno Gallot, directeur interdépartemental de la Police nationale de la Côte-d'Or, et Sophie Bernert, directrice interrégionale des douanes de Bourgogne-Franche-Comté et de Centre-Val-de-Loire.


Participaient également les représentants des services de la préfecture, du groupement de gendarmerie de la Côte-d'Or, de l'école de gendarmerie de Dijon, de la police aux frontières, de la police judiciaire, de la sécurité publique, du renseignement territorial, de la compagnie républicaine de sécurité n°40 et de la délégation militaire départementale.

Indirectement, le représentant de l’État a délivré quelques messages à la population – mais aussi aux délinquants et aux criminels – en insistant sur les implications des différents trafics de stupéfiants après avoir effectué le bilan de l'année 2023.

Des policiers et des gendarmes ont été blessés en 2023


Le préfet de la Côte-d'Or débute son propos en exprimant sa «gratitude» envers les personnels des forces de sécurité intérieure et en rendant hommage à deux policiers, un gendarme et deux gendarmes réservistes blessés en 2023, parfois pour des interventions en dehors du temps de service.

«Être policier, être gendarme, être douanier, c'est faire le choix de servir son pays. C'est faire le choix de l'honneur, du devoir. C'est un métier permanent qui ne connaît pas de repos et qui est exposé», rappelle Franck Robine en saluant «l'engagement et le courage» de ces professionnels.

200 manifestations revendicatives en 2023, 14 arrêtés d'interdiction


Premier sujet abordé : le maintien de l'ordre. Gendarmes et policiers ont sécurisé plus de 200 manifestations (contre 117 en 2022) – «plus ou moins pacifiques, pas toujours déclarées, parfois ouvertement hostiles et, hélas, parfois délibérément violentes». «Je voudrais rendre hommage à votre professionnalisme», insiste le préfet.

«Je n'ai été amené à prendre que 14 arrêtés d'interdiction, et encore, seulement quelques uns ont été des arrêtés d'interdiction totale», relève-t-il. «Si nous sommes une grande démocratie, c'est aussi parce qu'il y a des policiers et des gendarmes pour permettre à la démocratie de s'exprimer.»

«L'utilisation de l'hélicoptère de la gendarmerie lors des violences urbaines a eu un impact certain», note le préfet qui se félicite ainsi du «dépassement des frontières traditionnelles de la gendarmerie et de la police».

Menace terroriste, création de brigades mobiles, appels au 17, sécurité de la place de la République, violences intrafamiliales...


«Dans un contexte de recrudescence de la menace [terroriste]», le préfet rappelle que 2023 a vu le passage au niveau «alerte attentat» du Plan Vigipirate. Ce qui lui permet de «remercier» les militaires de la Force Sentinelle et les agents des renseignements territoriaux.

Franck Robine réitère l'annonce de la création de deux brigades mobiles de gendarmerie, basées à Châtillon-sur-Seine et à Arc-sur-Tille (lire le communiqué).

Entre 2017 et 2022, à l'échelle nationale, 10.000 policiers et gendarmes ont été recrutés. Entre 2022 et 2027, 8.500 nouveaux agents devraient être enrôlés.

En 2023, en Côte-d'Or, le 17 a traité 170.432 appels.

L'action menée autour des problématiques de sécurité publique de la place de la République, à Dijon, a «porté ses fruits», analyse le préfet. «La délinquance a diminué globalement de 15,3%», se félicite-t-il.

Concernant la lutte contre les violences intrafamiliales, Franck Robine insiste sur «la présence des intervenants sociaux» aux côtés des policiers et des gendarmes pour accompagner les victimes.

27 millions d'euros de stupéfiants saisis en 2023


«La priorité des priorités 2024» sera la lutte contre les trafics de produits stupéfiants. En 2023, les différents services ont permis la saisie cumulée de 2,4 tonnes de stupéfiants, représentant une valeur de 27 millions d'euros (contre 21 millions d'euros en 2022). 492 personnes ont été interpellés (contre 260 en 2022).

«Je voudrai dire aux trafiquants que nous continuerons sans relâche», avertit le préfet. «Je le dis aussi aux jeunes qui sont leurrés par le mythe de l'argent facile. (…) Le trafic de drogue est un drame qui conduit à la violence, au meurtre et, pour les plus chanceux, à la prison.»

«Nous en avons parlé avec le directeur de l'agence régionale de santé, je souhaite faire davantage encore la prévention», signale Franck Robine.

«Les consommateurs doivent être une cible»


«Je le dis aussi aux consommateurs : acheter de la drogue, c'est avoir du sang sur les mains ! C'est enrichir des réseaux criminels qui exploitent et qui tuent», déclare avec gravité le représentant de l’État. «Les consommateurs doivent être une cible.»

En 2023, en Côte-d'Or, le nombre d'amendes forfaitaires délictuelles qui sanctionnent l'usage ou la possession de «petites quantités» de stupéfiants a bondi pour 1.028 procès verbaux (+144% par rapport à 2022).

En 2024, continueront le «pilonnage» des points de deal et les actions judiciaires sous l'autorité du procureur de la République (excusé ce jour).

Le préfet terminera son propos pour évoquer avec émotion «la mémoire de cette victime innocente», tuée à son domicile, le 26 novembre 2023, lors du mitraillage depuis l'extérieur d'un immeuble du quartier Stalingrad, à Dijon, abritant un point de deal. Dans cette affaire, six hommes ont été mis en examen (lire notre article).

Un centre de rétention des étrangers en situation irrégulière à Longvic en 2027


Concernant la lutte contre l'immigration irrégulière, depuis la Côte-d'Or, 177 étrangers ont été éloignés par la contrainte du territoire national (contre 81 en 2022) dans le cadre de plus de 1.000 mesures d'éloignement (+44% par rapport à 2022).

Un nouveau centre de rétention administrative (CRA) est prévu à Longvic, dans l'enceinte de l'ancienne basé aérienne 102. Le bâtiment de 140 places devrait être livré début 2027.

Le cahier des charges intégrant l'intervention des avocats et des magistrats à l'intérieur du CRA sera construit avec leurs représentants respectifs au cours de l'année 2024.

Actuellement, les CRA les plus proches sont situés à Lyon, Metz et Strasbourg, ce qui conduit les policiers à multiplier les escortes.

Comme l'expliquent les services de l’État, la rétention administrative permet de maintenir dans un lieu fermé comme un CRA un étranger qui fait l'objet d'une décision d'éloignement, dans l'attente de son renvoi forcé.

La rétention est décidée par l'administration. Elle peut être prolongée par le juge quand le départ immédiat de l'étranger est impossible. Elle est limitée à 90 jours (sauf en cas d'activités terroristes). L'étranger retenu dispose de certains droits et peut recevoir l'aide d'associations.

2024, une année riche en événements


Rien qu'en prenant en compte les événements annoncés, les agents des forces de sécurité intérieure côte-d'oriens seront amplement sollicités en 2024 : contribution à la sécurisation des Jeux olympiques et paralympiques au niveau national et, au niveau local, encadrement du passage du Relais de la Flamme olympique, de trois étapes du Tour de France ainsi que de la tenue du congrès mondial de l'Organisation internationale de la vigne et du vin.

«Les Côte-d'Oriens comptent sur vous pour les protéger, pour réprimer la délinquance, pour vivre en sécurité, pour continuer à vivre de façon paisible et agréable dans l'ensemble du département», conclut Franck Robine. «Soyez fiers de ce que vous faites, de ce que vous incarnez et soyez assurés de mon soutien entier et total. À vous tous, ainsi qu'à tous ceux qui vous sont chers, je vous souhaite une excellente et heureuse année 2024 !»

Jean-Christophe Tardivon

Bruno Gallot est le nouveau directeur interdépartemental de la police nationale de la Côte-d'Or


Le préfet Franck Robine instaure le «zéro refus» d'hébergement d'urgence durant la période de grand froid


Les acteurs de la sécurité civile se testent au cours d'un exercice attentat à Dijon










Infos-dijon.com - Mentions légales