Recherche
> Côte d'Or > Côte d'Or
22/06/2020 12:48

CÔTE-D'OR : Des travaux routiers pour «rentrer et sortir de la métropole dans les meilleures conditions possibles» selon François Sauvadet

D'un coût de 600.000 euros, le futur rond-point d'Asnières-lès-Dijon sur la D974 est très attendu par les habitants du village. À l'occasion du démarrage du chantier, le président du conseil départemental est revenu ce vendredi 19 juin sur son attention concernant les questions d'accès routier à la métropole dijonnaise.
Ces dix dernières années, le conseil départemental de la Côte-d'Or a mené plusieurs opérations de sécurisation du carrefour entre la D974 et la D104 à hauteur des communes d'Asnières-lès-Dijon et de Bellefond (réfection d'îlots, signalisation dynamique...). La circulation s'intensifiant puisque l'on compte 15.000 par jour dans le secteur, les maires ont souhaité que soit créé un rond-point.

Ce vendredi 19 juin 2020, c'est symboliquement le «premier coup de pioche» que vient donner François Sauvadet, président du conseil départemental de la Côte-d'Or. Ou plutôt un coup de pelleteuse en présence de Patrick Chapuis (vice-président du conseil départemental), de Ludovic Rochette (président de la communauté de communes Norge et Tille), de Patricia Gourmand (maire d'Asnières-lès-Dijon et conseillère départementale) et de Thierry Aviet (maire de Bellefond). Le groupe NGE étant représenté par Éric Troude (directeur régional adjoint) et Josselin Montel (chef de secteur).

«Le Département est en capacité d'aider les communes de la métropole»


«Cela montre l'importance du dialogue que l'on a avec les élus locaux» souligne François Sauvadet qui tient à ce que les conseils départementaux ne soient pas oubliés dans les échanges avec l'État alors que les communes et intercommunalités sont montés au créneau pendant le confinement. «Il y a un couple indissociable c'est maire-département, intercommunalité-département, notamment pour conduire les projets» ajoute-t-il en remerciant les maires d'Asnières-lès-Dijon et de Bellefond pour la sensibilisation menée à propos de la situation du carrefour D974/D104.

«La sécurité, c'est une priorité» martèle François Sauvadet. La D974 est un axe structurant du réseau routier départemental avec une forte fréquentation aux heures de pointe pour entrer et sortir de la métropole. La circulation entre les deux villages étaient donc compliqué, d'autant plus que certains habitants se déplacent volontiers à pied sur la D104 en traversant la D974.

«Je veux simplement que l'on puisse rentrer et sortir de la métropole dans les meilleures conditions possibles» indique François Sauvadet qui a demandé en 2018 aux services départementaux d'étudier tout particulièrement la situation des axes en question. «On voit bien que le Département est en capacité d'aider les communes là où il est compétent, y compris les communes de la métropole» insiste François Sauvadet, ajoutant que «l'aide aux communes sera sacralisée».

L'appel d'offres a été lancé pendant le confinement et c'est un des premiers chantiers à reprendre post-confinement. «Le service départemental, même confiné, a bien travaillé» lance le président pour féliciter des agents qui ajoute que «c'est très important pour l'activité et l'emploi, notamment des travaux public» (lire notre article sur la rencontre avec la FRTP).

Des travaux jusqu'au 15 septembre


Le coût de ce chantier avoisine 600.000 euros, il est pris en charge par le Département avec une participation de 60.000 euros des deux communes. La maîtrise d’œuvre des travaux est géré en interne par les services départementaux. Le chantier a démarré 15 juin et se déroulera jusqu'au 15 septembre afin de minimiser la gêne aux usagers de la route. Cet aspect a été intégré dès l'appel d'offres et a fait l'objet d'un critère spécifique d'évaluation des candidatures des entreprises.

Cela se concrétise par un phasage particulier des travaux. Lorsque des feux d'alternance seront installés, ils seront gérés manuellement par trois personnes pour s'adapter à la variation du trafic tout au long de la journée. La pose des enrobés se fera lors de deux nuits dans la deuxième quinzaine du mois d'août. L'accès à Asnières-lès-Dijon est toujours possible par la D104 mais une déviation a été installé pour rejoindre Bellefond.

Un chantier attendu de longue date


La suite du lancement officiel du chantier se déroule dans les nouveaux locaux de la mairie d'Asnières-lès-Dijon qui ouvrent au public ce lundi 22 juin et dont les travaux ont été financés par l’État, le conseil départemental et la communauté de communes Norge et Tille (pour un total d'environ 147.000 euros). «Une seule collectivité territoriale est à nos côtés, c'est le conseil départemental» souligne Patricia Gourmand.

La maire du village évoque un «chantier de longue date» tellement le rond-point en chantier était attendu par les habitants. Le gérant de Villaverde, qui jouxte la D974, est salué pour sa collaboration. La circulation sera maintenue pour ne pas pénaliser l'activité de la jardinerie dont la zone de chalandise va de Beaune à Langres (Haute-Marne). Pour Lionel Richardot, ces travaux représentent «un mal pour un bien» car «à partir du moment où il y a un rond-point, cela devrait améliorer la circulation donc les gens vont ralentir et mieux nous voir».

Nouvelle mairie, rond-point en chantier et arrivée de la fibre optique prévue pour la fin d'année font que Patricia Gourmand se félicite du développement de l'équipement de la commune en 2020. Une fois la fibre optique installée, la voirie sera refaite ce qui représente un budget 400.000 euros dont 90.000 euros de participation du Département (lire notre article sur la fibre optique).

À son tour, Thierry Aviet s'associe à la maire d'Asnières-lès-Dijon pour évoquer le conseil départemental comme «soutien principal des petites communes». Le maire de Bellefond salue «une fluidité qu'on ne retrouve nulle part ailleurs».

Mettant en avant la bonne entente des maires et des habitants d'Asnières-lès-Dijon et de Bellefond, Patricia Gourmand se réjouit d'avance de pouvoir de nouveau traverser la D974 : «on est deux petits territoires et on a toujours travaillé ensemble, on va redevenir communes jumelles, on va aller se voir plus facilement et en sécurité».

Jean-Christophe Tardivon

Un plan de relance départemental de 24 millions d'euros