Recherche
> Côte d'Or > Côte d'Or
07/06/2020 07:21

CÔTE-D’OR : Désinfection à l’ozone des salles de sport

Mettre en place les mesures sanitaires nécessaires pour la sécurité des sportifs en salle, sont les principaux objectifs des dirigeants depuis la réouverture des clubs de sport. Gestes barrières, gel hydroalcoolique à volonté, séparation des machines, spray rien n’est laissé au hasard pour faire face au Covid-19 
En Côte-d’Or, l’enseigne Keep Cool est allée encore plus loin en investissant dans des scans de désinfection à l’ozone et en responsabilisant ses adhérents. 
Avec le passage en Vert de la quasi-totalité de la France le 28 mai dernier, les amateurs de fonte ont d’un seul coup senti des picotements d’impatience dans leurs muscles. Les salles de sports allaient enfin pouvoir rouvrir dès le 2 juin notamment en Bourgogne Franche-Comté. Seulement en cette période de crise sanitaire, les habitudes des adhérents ont  été mises à rude épreuve.

Les contraintes


Pour rouvrir les salles, le Ministère des Sport a imposé de nombreuses obligations, comme un sens de circulation dans les salles, le contrôle du nombre de personnes, espacer les machines de façon à avoir la sécurité nécessaire d’entraînement entre chaque adhérent. Installer des plexiglass et imposer le port du masque ou des visières pour les coachs et personnels encadrants notamment.

En Côte-d’Or, Alexandre Prochasson, Gérant des salles de sport Keep Cool à Dijon, Quetigny et Beaune est allé encore plus loin  (Lire ICI la première interview)

Alexandre Prochasson : «Effectivement nous sommes allés encore plus loin avec une innovation propre à Keep Cool. Chaque personne venant en salle, a un spray de désinfection qui le suit durant tout son entrainement. Ce qui lui permet d’avoir au plus près le nécessaire pour nettoyer les machines avant et après utilisation. Nous avons ainsi voulu responsabiliser nos adhérents.»

Un scan de désinfection à l'ozone


«Cette mesure n’est pas du tout obligatoire, c’est une initiative personnelle qui me coûte quand même 40 000 euros pour mes trois clubs. Mais il faut ça. L’objectif est de rassurer au maximum mes équipes et bien sûr les adhérents. Le scan de désinfection à l’ozone permet de désinfecter l’ensemble des surfaces, des supports, des sols, l’air, les vestiaires, les douches, les casiers et tous les systèmes de climatisation. Chaque nuit, le scan se met en marche pour un traitement d’une durée de 4 heures. Chaque matin, à l’ouverture des trois clubs, il n’y a plus aucune bactérie.  Avec ce système nous voulons apporter un message très fort à nos adhérents en leur assurant un maximum de sécurité».  

Pas de créneaux horaires d’entrainement


«Oui, nous n’avons finalement pas opté pour cette solution de réserver son heure d’entrainement. Les contraintes auraient été trop importantes, mais nous surveillons le flux de personnes présentes dans nos clubs. A noter aussi que nos douches et nos vestiaires sont individuels, ce qui nous permet de les maintenir à la disposition de tous sans aucune restriction. En revanche nous les désinfections avec un produit virucide trois fois par jour. Enfin, il y a un peu moins de casiers ouverts»
 

Des résiliations et de nouveaux adhérents


«Nous nous attendons à quelques résiliations d’abonnements. Certaines personnes peuvent avoir des craintes. Nous avons des adhérents qui ont perdu des proches et qui n’ont pas envie de prendre de risque. Ce que nous comprenons. En revanche, cette période de confinement à faire naitre, chez d’autres, une âme de sportif, et nous savons que nous aurons de nouvelles inscriptions».

Confiant dans l’avenir


«Ce ne sera pas facile, il ne faut pas se leurrer. Nous avons fait le choix de ne faire aucun prélèvement auprès de nos adhérents pendant deux mois. Il n’est donc absolument rien rentrer dans nos caisses et nous attendons encore certaines aides de l’Etat, sans trop y croire. Nous sommes actuellement plus dans une optique de rassurer nos adhérents présents en salle plutôt que d’aller en chercher d’autres. Mais je reste confiant dans l’avenir. Mes 20 ans d’expérience dans le domaine de la remise en forme me permettent d’avoir le recul nécessaire pour faire face à cette crise. En tout cas je mise sur la rentrée de septembre avec l’espoir que chacun puisse reprendre une vie plus normale et surtout très sportive».
 
                                                                                                                                                                                 Norbert Banchet

                                                        

                                  Alexandre Prochasson et le scan de désinfection à l'ozone