Recherche
> Côte d'Or > Côte d'Or
19/02/2020 21:11

CÔTE-D’OR : Du numérique et de la gourmandise pour la saison 2020 au MuséoParc Alésia

Le site, situé à Alise-Sainte-Reine en Côte-d'Or, qui fait «revivre» la civilisation gallo-romaine débute une saison 2020 pleine de défis et d’ambitions. Les nouvelles technologies permettront aux visiteurs de (re)découvrir le MuséoParc et ses richesses plus ou moins enfouies et sans cesse à creuser. Focus sur les grandes orientations prises pour cette nouvelle saison.
En cette année 2020, le MuséoParc Alésia n’est qu’au début de sa 9ème saison. Officiellement ouverte le samedi 15 février, celle-ci se veut être une confirmation de la dynamique retrouvée sur le site, dont le président de la Société publique locale Marc Frot rappelle que la vocation du MuséoParc était de devenir un équipement structurant, que l’objectif en amont de l’ouverture en mars 2012 était «que l’Auxois se dote d’un site-référence pour toute une population locale».
C’est chose faite selon le président de la SPL, qui parle également d’«un équipement toujours en mouvement» et d’une année qui vise à donner un nouveau souffle au MuséoParc. «Une année-charnière» selon la présidente de Côte-d’Or Tourisme, Marie-Claire Bonnet-Vallet, qui souligne l’engagement du Conseil départemental de la Côte-d’Or dans la modernisation du musée.
Nous vous parlons alors du bilan de 2019 et des grandes orientations de cette saison 2020 au MuséoParc Alésia.

La barre des 80.000 visiteurs franchie en 2019


«2019, la 8ème saison du MuséoParc a prolongé la dynamique retrouvée de notre site. C’est vraiment un très bon cru», apprécie notamment Marc Frot. En ajoutant : «Alors que la fréquentation du site était tombée peut-on dire à 64.823 visiteurs en 2017, on a frôlé les 70.000 visiteurs en 2018 et on a franchi la barre de 80.000 visiteurs en 2019».

Sur ces plus de 80.000 personnes, 75% viennent de l’extérieur de la Côte-d’Or dont 15% de l’étranger. Le taux de satisfaction se situe autour de 90%. 80% des visiteurs viennent pour la première fois. 24% viennent en groupe.
Les représentants de la SPL voient en ces données de bons indicateurs et des potentialités pour accentuer le travail afin de fidéliser sans cesse de nouvelles personnes mais aussi la nécessité de réfléchir à des offres plus attractives pour les groupes.

Les 40.000 visiteurs pour l’exposition Bling-Bling sur le verre gaulois et les 8.000 visiteurs en deux semaines pour la reconstitution de la bataille d’Alésia en Playmobil font dire à Marc Frot que «les nouveautés trouvent aisément leur public, car les gens sont gourmands de ce qu’on peut leur proposer».

Refonte de la scénographie du musée, application 3D pour les vestiges... Le MuséoParc va vers l’immersif par le numérique


«Elle va être un ensemble de défis à relever», annonce Marie-Claire Bonnet-Vallet à propos de cette année 2020. En parlant du défi d’une scénographie «teintée d’obsolescence par le poids des années», la présidente de Côte-d’Or Tourisme fait savoir que celle-ci va être modernisée et donnera à terme «un nouveau parcours qui fera notamment la part belle à l’archéologie et à l’évolution des techniques». Avec des manipulations pour les visiteurs, de la réalité virtuelle... Le Conseil départemental de la Côte-d’Or y met deux millions d’euros pour une nouvelle scénographie à l’ouverture de la saison 2021, au mois de février de la même année.

Dès cette année, c’est un hologramme de Vercingétorix qui est visible sur le site grâce à un partenariat avec la société Orange (retrouvez notre article en cliquant ici).
Conséquence des travaux envisagés sur la scénographie, l’exposition permanente fermera ses portes après les Journées du Patrimoine 2020. Le tarif sera réduit à 6,50 euros.

Une valorisation des vestiges dans un premier temps, puis une restauration bâtiment par bâtiment, fera l’objet d’un programme «de 5 à 8 ans». «Les vestiges se laisseront découvrir sous un nouveau jour» tout de même dès cette saison puisqu’une application 3D est lancée. «La logique 2020 est de mettre un coup de projecteur sur les vestiges», insiste Michel Rouger, directeur général du MuséoParc Alésia.

L’application 3D permet de se retrouver à l’oppidum, la place publique, le «coeur de vie de l’Alésia gallo-romaine» mixant en l’occurrence le 2ème et 3ème siècle après J.-C. Conçue d’après un procédé de photogrammétrie ainsi que la documentation scientifique et technique de Conseil départemental, l’application a pour but d’accentuer le développement et la découverte sur deux points forts : le numérique et l’archéologie, via des jeux pour faire découvrir les métiers et les techniques de celle-ci.
Une version de rodage est proposée jusqu’à fin mars (délivrée à l'accueil sur les tablettes numériques), avant une version améliorée qui comprendra donc des jeux en plus et des langues supplémentaires (anglais, allemand, espagnol, néerlandais). Langue des signes et sous-titres sont prévus pour les personnes atteintes de handicap.

«Dans les cuisines d’Alésia»


C’est l’intitulé de l’exposition temporaire cette saison, du 4 avril au 30 novembre. «Notre objectif était de parler d’un thème qui nous touche tous, mais aussi de valoriser les collections riches en objets du quotidien… On se demande ce que les Gaulois et les Gallo-romains mangeaient, comment ils conservaient leurs aliments, comment étaient leurs cuisines… Il y a eu beaucoup de mythes là-dessus. Notre volonté est toujours de mieux expliquer et de démystifier l’antiquité», explique Mathilde Le Piolot-Ville, responsable de l’action culturelle au MuséoParc Alésia.

L’exposition permettra de montrer la diversité et l’évolution de la cuisine antique. Comment arrivaient les huitres alors que la mer n’était pas non plus à côté à l’époque ? Comment étaient transportés et conservés les aliments ? Les réponses tenteront d’être apportées tous ensemble au MuséoParc Alésia, où plusieurs animations et repas à partager sont prévus autour de cette exposition.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier et MuséoParc Alésia

À noter dans vos agendas


- Week-end inaugural pour tous à l’occasion de l’ouverture de l’exposition temporaire, les 4 et 5 avril. Pâtisserie, conférence sur les stéréotypes et habitudes alimentaires, atelier BD en partenariat avec Bamboo Editions et les auteurs de la BD «Les Petits Mythos» sont notamment au programme…
- Nuit européenne des musées, le 16 mai.
- 11ème édition des Journées nationales de l’archéologie, les 20 et 21 juin.
- Les Estivales, du 4 juillet au 30 août. Nouveauté : lancement du MuséoFab d’été sur six semaines, chacune étant consacrée à la fabrication d’objets, ustensiles ou oeuvres. D’autres ateliers seront à nouveau proposés sur cette période estivale.
- La guerre des Gaules «De Bello Gallico», les 11 et 12 juillet.
- Accueil du festival «Image sonore», le 23 juillet.
- Fantastic Picnic, le 13 septembre.
- Journées européennes du patrimoine, les 19 et 20 septembre.
- Les 24h de la BD, les 7 et 8 novembre.
- Clap de fin de saison, les 28 et 29 novembre.

Plus d’informations sur les événements au MuséoParc Alésia sont à retrouver via le lien suivant : https://www.alesia.com/.