Recherche
POUR JOINDRE INFOS-DIJON
redaction.infosdijon@gmail.com (à privilégier)
SMS et MMS au 07 86 17 77 12
> Côte d'Or > Côte d'Or
02/12/2020 15:54

CÔTE-D’OR : La CFDT en soutien au collectif «Pas de Bébés à la consigne» appelle à une cyber-manifestation

Les organisations syndicales et associations exigent une amélioration de la qualité d’accueil dans le domaine de la petite enfance et appellent à une cyber-manifestation ce jeudi 3 décembre, «dans l’objectif de bloquer la boîte courriel du secrétariat d’État à la Famille».

Les syndicats CFDT Interco et Santé-Sociaux de Côte-d’Or, la Fédération Nationale des Éducateurs de Jeunes Enfants de Côte-d’Or, l’association locale des éducateurs de jeunes enfants de Côte D’Or soutiennent le collectif « Pas de Bébés à la consigne ».

Pourquoi le 3 décembre 2020, même masqués, les professionnels de la petite enfance continueront d'élever leur voix pour la qualité de l'accueil ?

Voilà deux ans que la réforme des modes d’accueil a été lancée, suivie de près par les professionnels de la Petite Enfance qui se sont mobilisés à plusieurs reprises pour dénoncer le risque de dégradation de leurs conditions de travail et des conditions de vie des enfants en collectivité !?Les principaux points de la réforme voulue par le gouvernement viennent d’être dévoilés par voie de presse. Plusieurs mesures ne répondent toujours pas à une véritable qualité d’accueil.

La CFDT et le collectif continuent d'exiger :

    •    Des taux d’encadrement revus à la hausse, un adulte pour cinq enfants en EAJE, amenant les professionnels à mieux articuler leurs missions d’éveil, d’observation, de soutien à la parentalité, entre autres,
    •    La reconnaissance des temps de réunions, documentation, rencontres avec les parents et partenaires,
    •    Un ratio personnels diplômés maintenu et reconnaissance au niveau BAC pour les auxiliaires de puériculture (ouvrant l’accès à la catégorie B dans la fonction publique),
    •    La reconnaissance du rôle des assistantes maternelles, avec des contrats de travail unifiés et un véritable déroulement de carrière,
    •    Le respect des « dix grands principes pour grandir », énoncés par la Charte nationale pour l’accueil de la petite enfance.
    •    Un accueil en surnombre limité à 110% des inscrits en EAJE.
    •    Un effectif de 10 enfants maximum dans les micro-crèches.
    •    L’élévation globale des niveaux de qualification des professionnels.
    •    Pour les assistantes maternelles qui le souhaitent, un soutien financier leur permettant de se limiter à l’accueil de 3 enfants.
    •    L’alignement du coût restant aux familles sur la base du quotient familial, quel que soit le mode d’accueil.
    •    Une surface de 7m2 minimum par enfant, garantie sur tout le territoire.

Rappelons que le Président de la République, M. MACRON, lançait en septembre 2019, la commission des « 1000 premiers jours » (dispositif pour accompagner les parents pendant les 1000 premiers jours de vie leur enfant) dont le suivi des travaux a été confié à M. Adrien TAQUET, secrétaire d’état à l’Enfance et aux Familles auprès du ministre des Solidarités et de la Santé.

A sa demande, une commission d’experts lui a remis un rapport, préconisant pour les modes d’accueil des mesures rejoignant celles de « Pas de Bébés à la consigne » !

Alors, pourquoi vouloir maintenir des mesures qui ne sont pas en adéquation avec la qualité d’accueil ? Alors que M. Taquet affirmait à l’époque de son secrétariat d’état à la Protection de l’Enfance, vouloir « Surinvestir cette période de la Petite Enfance où tout se joue » en soutenant cette offre « des 1000 premiers jours » Alors oui, revendiquons une réelle politique publique de la Petite Enfance pour la dignité et les droits des enfants en référence avec la Charte national d’accueil du jeune enfant, elle-même référence des groupes de travail pour cette réforme !

Nous réaffirmons qu’investir dans la Petite Enfance, c’est œuvrer pour l’égalité des chances, c’est investir pour l’avenir !
C’est pourquoi la CFDT appelle les personnels de la petite enfance, à des actions de mobilisation, dont la grève. Le collectif « pas de bébés à la consigne » et la CFDT appellent les professionnels à se mobiliser différemment dans l’objectif de bloquer la boîte courriel du secrétariat d’État à la Famille.

Le 3 décembre 2020 sera la jour de notre première cyber-manifestation.

Sylvain Razzano, secrétaire général du syndicat CFDT Interco 21
Christine Pelletier, secrétaire générale du syndicat CFDT Santé-sociaux 21
Anne Mathey, présidente pour le bureau de la FNEJE 21

Communiqué