Recherche
POUR JOINDRE INFOS-DIJON
redaction.infosdijon@gmail.com (à privilégier)
SMS et MMS au 07 86 17 77 12
> Côte d'Or > Côte d'Or
11/10/2020 03:23

CÔTE-D’OR : Les jeunes, acteurs de la sécurité

Cette approche était déclinée cette semaine dans plusieurs établissements scolaires à l’occasion des Rencontres de la Sécurité. Exemple au collège «La Champagne» à Brochon en Côte-d’Or où s’est rendu le préfet Fabien Sudry notamment.

Elles sont organisées depuis 2008. Depuis 2012, ce sont les Rencontres de la Sécurité. À l’initiative du ministère de l’Intérieur et déclinées par les services de l’État sur le territoire, en métropole et en outre-mer, elles visent à faire se rencontrer les acteurs de la sécurité et la population.

Si la crise sanitaire a fait que les événements pour le grand public ont dû être annulés, les interventions en milieu scolaire ont été maintenues. C’était le cas au collège «La Champagne», à Brochon, jeudi 8 octobre.
Dans une classe de 6ème, Marc Latif, représentant de Transdev, projetait une vidéo alertant notamment sur l’angle mort et le danger de traverser devant un bus en ne voyant pas si une voiture est en train de le dépasser. Sur une autre séquence, les risques d’une montée dans le car par bousculades étaient ciblés.
Il fallait ensuite pour les jeunes collégiens passer au plus concret et évacuer un bus en moins de 15 secondes… «13 secondes, c’est bon !», lançait Marc Latif, qui venait quelques minutes plus tôt d’expliquer aux jeunes la procédure d’évacuation et les gestes à respecter en suivant afin que tout le monde puisse sortir rapidement mais sans précipitation ou affolement.

Parler et donner l’esprit de la sécurité

Dans une autre salle de l’établissement, l’association de prévention routière avait installé un simulateur pour sensibiliser à la conduite d’un deux-roues, sur une route où il fallait non seulement faire attention à sa propre conduite mais aussi être vigilant aux violations et erreurs d’autrui.

À l’étage, l’adjudant Renard de la Gendarmerie alertait sur les dangers d’internet… De l’autre côté, ce sont les pompiers qui se tenaient à disposition pour échanger sur du matériel porté sur des opérations de secours, démonstrations à l’appui. Et la Protection civile de Côte-d’Or s’était déplacée avec toute une flotte de véhicule de secours dont la composition ainsi que l’utilité étaient détaillées aux jeunes, en mettant l'accent sur les actions assurées durant la crise sanitaire.

Ces Rencontres permettaient selon Fabien Sudry, préfet de la Côte-d’Or et préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté, de «donner l’esprit de la sécurité» avec la volonté de rendre d’ores et déjà les jeunes acteurs de celle-ci tout en mettant en avant des métiers passionnants, dont la vocation des acteurs est de «protéger la population». L’occasion pour le général Edouard Hubscher, commandant la région de Gendarmerie de Bourgogne-Franche-Comté, d’insister sur «des métiers qui ont un sens, qui donnent du sens à l’existence».
Plusieurs thématiques «au coeur de l’action» étaient à valoriser : la police de sécurité du quotidien, l’engagement, la citoyenneté, sans oublier la mobilisation des forces de sécurité face à la crise sanitaire.

En Côte-d’Or cette année, ce sont près de 1.500 élèves (plus de 50 classes, 19 établissements scolaires du second degré) qui ont été sensibilisés aux sécurités civile, routière et intérieure. Pascale Coq, directrice académique des services de l’Education Nationale de Côte-d’Or, avait fait le déplacement à Brochon.

Jeunes et engagés


Lors des ateliers, les exemples d’engagement de jeunes étaient mis en avant. «Se lancer pour être jeune sapeur pompier, c’est possible entre 12 et 14 ans. Le but est de former des jeunes sur quatre ans avant le passage du brevet national du Jeune sapeur pompier. Une évaluation est à passer tous les ans pour monter en grade, et l’obtention de l’examen au bout des quatre ans permet de devenir pompier volontaire», a récapitulé le sergent Bastien Darroux, pompier volontaire au centre d’incendie et de secours de Gevrey-Chambertin, responsable de la section des JSP.

«En voyant ma grande soeur s’engager, j’ai voulu me rendre utile aussi. Une journée comme ça me permet de transmettre ce que j’ai appris, comme les gestes de premiers secours que je ne savais pas faire avant...», nous a dit quant à elle Elisa Véfond, lycéenne dijonnaise en seconde à Charles de Gaulle et engagée dans la Protection Civile de Côte-d’Or, où elle entame sa deuxième année parmi les cadets et pourra devenir secouriste dès l’année prochaine.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier