Recherche
> Côte d'Or > Côte d'Or
03/06/2020 05:57

CÔTE-D'OR : «On s'est engagé dans cette rentrée avec enthousiasme et confiance» a déclaré François Sauvadet

Aux côtés de la rectrice de l'Académie de Dijon, le président du conseil départemental de la Côte-d'Or a visité le collège Roland-Dorgelès à Longvic à l'occasion de la reprise des cours. Dans certains collèges, ce sont près de la moitié des élèves de 6ème qui ont été rescolarisés.
«Il faut vraiment rassurer les parents pour que les enfants retrouvent le chemin de l'école» tel était le mot d'ordre de François Sauvadet en ce jour de rentrée des collégiens. Le président du conseil départemental avait choisi le collège Roland-Dorgelès à Longvic ce 2 juin 2020 pour rencontrer l'équipe éducative ainsi que les agents départementaux et les remercier de leur implication en cette période de crise sanitaire.

Nathalie Albert-Moretti, rectrice de l'Académie de Dijon, et Pascale Coq, directrice académique des services de l’Éducation Nationale (DASEN), ont été accueillies par Martine Tabellion, principale qui effectue sa deuxième année dans ce collège. Composaient aussi la délégation Catherine Louis, vice-président du conseil départemental en charge de l'éducation, et Céline Tonot, conseillère départemental d'opposition.

Entre 30% et 50% d'élèves de 6ème rescolarisés


Le président du Département a donc fait le point sur l'attribution de masques au collège (lire notre article) et sur les différentes mesures sanitaires comme l'instauration de sens de circulation ou encore l'interdiction d'accès aux espaces favorisant les contacts, à présent largement entourés de Rubalyse. Au réfectoire, les tables sont espacées et les espacements sont matérialisés au sol pour accéder à la grande pièce.

Les élèves sont 15 maximum par classe avec un mètre entre les tables. En marge d'un cours de mathématiques, François Sauvadet a échangé avec des élèves de 6ème qui ont majoritairement déclaré avoir choisi de rentrer. Dans ce groupe-classe principalement constitué de filles seuls quelques élèves ont indiqué avoir dû reprendre les cours du fait des obligations professionnelles de leurs parents. Ensuite, dans une classe d'ULIS (unités localisées pour l'inclusion scolaire), le constat a été fait que les enfants étaient encore peu avec deux enseignantes encadrant deux élèves.

Dans la Côte-d'Or, selon les établissements, ce sont entre 30% et 50% des collégiens de 6ème qui ont été rescolarisés à l'occasion de cette rentrée scolaire post-confinement. «Il faut que les jeunes retrouvent le chemin du collège après ces deux mois et demi de confinement» a martelé François Sauvadet.

Les agents «au rendez-vous du service public de l'éducation»


Les conditions de confinement inquiétaient le président de la collectivité dotée des principales compétences sociales. François Sauvadet s'est dit attentif à la problématique des violences intrafamiliales amplifiées par ce confinement (lire notre article). «Ayez confiance» a lancé le président à l'adresse des parents.

Pour renforcer les équipes des agents techniques, le Département a procédé à 65 recrutements de contractuels. Sur les 450 agents des collèges, 85 n'ont pas pu être présents. Le président s'est dit «fier» des agents de la collectivité qui ont été «au rendez-vous du service public de l'éducation» : «je remercie tous ceux qui ont permis cette rentrée, on s'est engagé avec enthousiasme et confiance».

Une organisation «rigoureuse et appliquée» dans les collèges


Pour sa part Nathalie Albert-Moretti a remercié «très chaleureusement» le président du Département et ses équipes pour la préparation de cette reprise de cours. «La belle synergie» visible au collège Roland-Dorgelès a été constaté dans l'ensemble des collèges de Côte-d'Or. Pour la rectrice, il était fondamental pour les élèves de «renouer le lien avec l'école, renouer un lien social et retrouver leurs enseignants».

L'objectif du rectorat est que «tous les élèves retrouvent un lien avec leur établissement, fut-il modeste» et cela «sans mettre en danger les enfants». Nathalie Albert-Moretti a salué l'organisation «rigoureuse et appliquée» des mesures sanitaires au collège Roland-Dorgelès.

«Appliquer scrupuleusement les recommandations qui sont faites par l'exécutif»


Revenant sur un bilan du confinement, François Sauvadet a salué le défi de la continuité pédagogique relevé par les enseignants. Le président du Département en a profité pour souligner «les choix stratégiques faits en matière de déploiement du très haut débit» (lire notre article). Sans dire que «c'était parfait partout, ça a tenu».

L'élu UDI a défendu le protocole sanitaire : «on ne peut pas tout vouloir, l’Éducation nationale a imaginé toutes les situations dans lesquelles on devait se placer pour se protéger au mieux, ça a été perçu comme une contrainte, c'est aussi une garantie pour les parents que les choses se passent dans de bonnes conditions». Des propos qui viennent en écho à ceux de François Rebsamen qui a récemment protesté contre «les protocoles inapplicables» (lire notre article).

Pour autant, François Sauvadet a dit «comprendre les expressions des élus locaux qui estimaient qu'on leur en demandait beaucoup pour rassurer». Le président du Département s'est fixé la règle «d'appliquer scrupuleusement les recommandations qui sont faites par l'exécutif par rapport à la prise de risque de la pandémie» et s'est adressé aux maires : «s'ils sont des difficultés, qu'ils n'hésitent pas à nous saisir, nous avons des équipes qui peuvent les accompagner».

Après un entretien avec les présidentes des groupes politiques du conseil départemental, un plan de soutien sera annoncé la semaine prochaine. Il contiendra «un accompagnement spécifique pour ceux qui vont engager des travaux pour faire face à cette situation qui risque de durer un peu».

Jean-Christophe Tardivon