Recherche
> Côte d'Or > Côte d'Or
10/04/2020 17:37

CÔTE-D’OR : Près de 170 agents des forces de l'ordre mobilisés pour faire respecter le confinement ce week-end de Pâques

Le préfet de la Côte-d'Or a tenu à saluer «l'esprit civique» des Côte-d'Oriens qui respectent le confinement. Pour autant, gendarmes et policiers, ainsi que des renforts, seront à pied d’œuvre pour vérifier les justificatifs de déplacement.
C'est une forme de satisfecit que le préfet de la Côte-d'Or a adressé à la population lors d'un point de situation ce vendredi 10 avril 2020 : «une très grande majorité de nos concitoyens se comportent de manière sérieuse». Néanmoins, si Bernard Schmeltz salue «l'esprit civique» des Côte-d'Oriens, à la veille d'un week-end pascal attendu comme ensoleillé, il a préféré prendre les devants.

«Il faut, plus que jamais rester dans le confinement tel qu'il a été défini» a insisté le préfet. C'est à dire ne pas sortir en famille, ne pas sortir à plus d'un kilomètre autour de chez soi, sortir uniquement selon les motifs de l'attestation de déplacement. «Oui ,le confinement est globalement respecté, merci aux concitoyens, mais il faut maintenir cette discipline» a-t-il souligné.

«Se relâcher, c'est remettre du carburant dans l'incendie de l'épidémie»


Les effets d'un relâchement dans le confinement pourrait avoir de graves conséquences sanitaires comme l'a rappelé le directeur général de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté, Pierre Pribile. «L'effet, c'est que le virus circule de nouveau plus vite», ce qui induirait «plus de gens à l'hôpital» et «plus de gens en réanimation».

En résumé, «se relâcher, c'est remettre du carburant dans l'incendie de l'épidémie» alors qu'il entre encore chaque jour de nouveaux patients en réanimation du fait du Covid-19.

Une attention particulière au centre-ville de Dijon


En tout, ce sont près de 170 agents des forces de l'ordre qui seront mobilisés ce week-end dans toute la Côte-d'Or. Les gendarmes constitueront le plus grand nombre avec 140 militaires de l'escadron départemental de sécurité routière, des unités territoriales et des gendarmes mobiles. Ils pourront être appuyés par l'hélicoptère de la gendarmerie.

Les policiers de Beaune et de la métropole dijonnaise ne seront pas en reste pour effectuer des contrôles de jour comme de nuit. Ils recevront le renfort des réservistes volontaires de la Police Nationale. Sept à huit patrouilles circuleront sur la voie publique. À Dijon, une attention toute particulière sera portée au centre-ville et aux axes habituels de promenade comme le lac Kir.

Jean-Christophe Tardivon