Recherche
> Côte d'Or > Côte d'Or
11/06/2020 19:33

CÔTE-D’OR : «Tous les marchés seront maintenus», annonce François Sauvadet en soutien aux Travaux publics

Lors d’une conférence de presse tenue ce jeudi 11 juin avec les premiers représentants de la Fédération régionale des Travaux Publics, dont son président Vincent Martin, le président du Conseil départemental de la Côte-d’Or a annoncé des maintiens d’investissements et des mesures pour accompagner la relance de l’activité dans le secteur.
En amont d’une session extraordinaire annoncée lundi 15 juin et consacrée à la présentation et à l’adoption en assemblée départementale d’un plan de soutien aux territoires, aux activités et aux associations, le président de la collectivité territoriale tenait à faire un focus sur les mesures de soutien au secteur des Travaux publics, «car ils représentent deux millions d’emplois en France, 11.000 en Bourgogne-Franche-Comté, dont 23% des emplois se trouvent en Côte-d’Or».
L’autre donnée importante soulignée en guise d’introduction à cette conférence de presse est que «l’activité des TP dépend à 70% de la commande publique».

«Pas d’interruption totale» durant le confinement


Selon François Sauvadet, il était d’abord important de respecter la décision des entreprises de stopper leurs activités «pour protéger leurs salariés». Mais ce n’est pas pour autant qu’il y a eu une interruption totale. Le président du Département de la Côte-d’Or l’assure en faisant remarquer que «les factures des prestataires ont été payées le plus tôt possible» mais aussi que deux commissions d’appels d’offres dématérialisées se sont tenues.
«Nous avons maintenu toutes les équipes sur nos routes», ajoute-il en parallèle, en précisant aussi que les différentes études d’avant travaux pouvant être faites l’ont été.

Routes, très haut débit, aide à la trésorerie, eau et assainissement…

Le Département dit maintenir et accentuer ses engagements


Concernant les annonces de soutien plus parlantes faites ce jeudi après-midi, elles sont les suivantes. Sur les routes : «10 millions d’euros de travaux pour les couches de roulement + 1 million pour ce qui est de la voirie communale». Sur le déploiement du très haut débit : «Nous avons évidemment pris du retard du fait du confinement, mais les 25 millions d’euros annoncés en 2020 le sont toujours». Sur le potentiel d’embauche : «Le Département suspend le respect de la clause d’insertion sur les marchés publics jusqu’au 31 décembre 2020 et permet on le rappelle aux personnes bénéficiaires du RSA de pouvoir cumuler ce revenu avec un emploi». Sur l’aide à la trésorerie : «Le taux d’avance, pour les entreprises qui en font la demande, passe à 40% pour les marchés de plus de 250.000 euros». Quant aux surcoûts pour les entreprises liés à la sécurisation des salariés et au respect des mesures sanitaires : «Les situations seront examinées au cas par cas pour d’éventuelles aides, même si les entreprises chiffreront cette sécurisation dans leurs réponses aux appels d’offres. Le Département sera d’ailleurs attentif aux attributions de marchés et à ce qu’il n’y ait pas de dumping sur les conditions de sécurité».

«Crise ou pas crise, tous les marchés seront maintenus», a déclaré le président du Département. En osant même se projeter en 2021, dans une année pourtant élective à l’échelon du Département, et déclarer : «Le même niveau d’investissement de la part de la collectivité sera renouvelé l’année prochaine, soit 100 millions d’investissement. Le Département n’est aujourd’hui qu’à trois ans et demi d’endettement alors que le seuil d’alerte est à 10 ans. On peut se le permettre grâce à notre gestion de diminution de l’endettement sur les dernières années».

Pour en revenir plus particulièrement au soutien manifesté aux Travaux publics, François Sauvadet a aussi rappelé que 33 millions d’euros sont engagés cette année sur la voirie départementale.

Enfin, c’est en tant que président du comité de bassin Seine-Normandie qu’il souligne que le forcing a été fait pour que le plan de relance sur l’eau par le gouvernement soit activé dès aujourd’hui plutôt qu’en septembre. 80 millions d’euros seront ainsi investis par le comité de bassin cité, avec le message aux agences de l’eau et autres syndicats du genre que «c’est le moment pour lancer des travaux et en faire profiter la spécificité des canalisateurs dans le secteur des TP».

«Il ne faudrait pas que les services se disent début juillet :

c’est bon, tout est installé, on part en vacances»


Pour Vincent Martin, président de la Fédération régionale des Travaux publics de Bourgogne-Franche-Comté - accompagné ce jeudi de son secrétaire général Jean-Pierre Dauge -, les conditions en Côte-d’Or sont réunies pour la relance. La reprise s’est amorcée le 20 avril et se poursuit. Mais le président de la FRTP insiste sur l’enjeu aujourd’hui : «Le vrai sujet, ce sont les municipales. On commence à ressentir les effets des premières installations dans les collectivités avec une hausse de 30% des appels d’offres, mais il ne faudrait pas que les services se disent début juillet : c’est bon, tout est installé, on part en vacances. La rapidité de la mise en place et de l’efficacité des services qui le seront va être primordiale pour pouvoir sortir les dossiers».

En parlant du soutien du Département de la Côte-d’Or, Vincent Martin apprécie une volonté politique et le fait que ce soit pour le moment la seule collectivité à avoir répondu favorablement à la demande de la FRTP de suspendre la clause d’insertion sur les marchés publics.
Sur les autres points évoqués, Vincent Martin mesure «l’effet levier» du Département ainsi que du comité de bassin Seine-Normandie pour les canalisateurs, «le secteur le plus à la traîne des TP (30% de fuites en moyenne dans les canalisations selon les études)».

La FRTP défend son secteur et n’occulte pas des lendemains difficiles. «Avec les reports de charges et le PGE, la vraie crise, économique, se verra en fin d’année», dit franchement Vincent Martin. D’où l’importance d’accélérer sur cette reprise, sur cette relance de l’activité. Si les prévisions se traduisent par environ 2.000 embauches dans les TP d’ici 2 à 3 ans en Bourgogne-Franche-Comté, «elles sont assujetties à un bon niveau de commandes publiques», insiste le président de la FRTP.

Plus largement, le Département de la Côte-d’Or donne rendez-vous lundi pour la présentation de son plan de soutien, pour la relance économique et sociale. François Sauvadet avait aussi à ses côtés ce jeudi Marc Frot, son vice-président délégué notamment à l'aménagement du territoire.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier

«Plus on aura d'activité, plus on arrivera à amortir les surcoûts» envisage Vincent Martin
Retrouvez notre article en cliquant ici