Recherche
POUR JOINDRE INFOS-DIJON
redaction.infosdijon@gmail.com (à privilégier)
SMS et MMS au 07 86 17 77 12
> Côte d'Or > Côte d'Or
16/01/2021 10:52

CÔTE-D'OR : Un an de vigies citoyennes pour demander «la reconversion du CEA de Valduc»

Alors que la France a adhéré au Traité de Non-Prolifération des armes nucléaires, un collectif considère que l'installation au CEA de Valduc d'un ensemble de trois accélérateurs d’électrons pour radiographier l’explosion du premier étage des bombes nucléaires viole ce traité.

Communiqué du collectif Bourgogne Franche-Comté pour l'abolition des armes nucléaires du 15 janvier 2021 :

CEA-Valduc : Une année de vigies citoyennes

Trois lanceurs d’alerte dijonnais en procès

Ce 15 janvier 2021 à Dijon s’est tenue la 12ème vigie citoyenne concernant l’arme nucléaire et la reconversion du CEA de Valduc. Objectif : interpeller chaque mois, près de Valduc ou à Dijon, la Direction du CEA, le personnel et les citoyens sur les risques des armes nucléaires, leur coût démesuré (37 milliards sur 5 ans !) et leur illégalité : la France a adhéré en 1992 au Traité de Non-prolifération (TNP), les citoyens demandent qu'elle respecte ses engagements, dont l'article 6 qui stipule : « Chacune des Parties au Traité s'engage à poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces relatives à la cessation de la course aux armements nucléaires à une date rapprochée et au désarmement nucléaire et sur un traité de désarmement général et complet sous un contrôle international strict et efficace. »

Des veilleurs au centre de Dijon

La vigie citoyenne, place St Bernard à Dijon, a réuni une vingtaine de lanceurs d’alerte.

Les armes nucléaires interdites à partir du 22 janvier 2021
Les armes nucléaires occidentales, totalement inefficaces contre le terrorisme, sont également inutilisables contre des puissances nucléaires, sauf à provoquer une riposte immédiate, et n’empêchent en aucune façon la Russie de contrôler peu à peu la circulation maritime en Arctique ni la Chine de dominer peu à peu l’Asie du Sud-Est. La réponse face à ces menaces n’est pas un bluff nucléaire qui ne trompe personne et menace tout le monde : c’est une politique européenne de sécurité dynamique et même offensive sur le respect des droits humains, impliquant notamment les sanctions économiques et le soutien actif aux organisations démocratiques qui résistent à la dictature ou au nationalisme.

La France et la Grande-Bretagne sont aujourd’hui les deux États les mieux placés pour initier un mouvement de désarmement des 9 puissances nucléaires. Or, dans le cadre du traité franco-britannique ‘Teutatès’ signé le 2 novembre 2010, et malgré le Brexit, le programme ‘Epure’ du site CEA-DAM de Valduc se réalise avec les Anglais en violation de l’article 6 du TNP. Il a pour but d’installer au CEA-Valduc un ensemble de 3 accélérateurs d’électrons pour radiographier l’explosion du premier étage des bombes nucléaires.

Le Traité d’interdiction des armes nucléaires (TIAN), adopté en juillet 2017 par 122 États à l’ONU, entre en vigueur le 22 janvier 2021 : l’interdiction des armes nucléaires sera la nouvelle norme du droit international. Selon les termes du Traité, il sera illégal pour les États-parties de « mettre au point, tester, produire, acquérir, posséder, stocker, utiliser ou menacer d’utiliser des armes nucléaires ». Le TIAN comporte des obligations positives (déclarations, garanties, limination, vérification, retrait, mesures d’application nationale, assistance aux victimes et remise en état de l’environnement, coopération et assistance internationales, universalité) pour permettre la mise en œuvre de l’interdiction des armes nucléaires et leur élimination progressive.

La France, qui ne veut pas adhérer à ce traité malgré l’avis de ses propres citoyens, sera de plus en plus considérée comme un État-voyou qui se met en dehors des règles de la communauté internationale. En refusant ce traité, ses responsables politiques favorisent une accoutumance aux risques nucléaires : prolifération, erreurs humaines, défaillances techniques, cyberattaques, etc. Un non-sens pour un État qui se veut "responsable", qui souhaite renforcer la sécurité internationale et garantir la préservation de la biodiversité et de l’environnement ...

Soutien aux trois lanceurs d’alerte dijonnais

Trois citoyens, Jacques Bourgoin, Jean-Marc Convers (membre des Amis de la Terre - Côte d’Or) et Étienne Godinot (membre du Mouvement pour une Alternative Non-violente - Côte d’Or), sont poursuivis pour « intrusion en réunion dans l'enceinte d'une installation civile abritant des matières nucléaires, en l’espèce être entré (s) dans l’enceinte du CEA Valduc malgré la présence de panneaux indiquant qu’il s’agissait d’une propriété privée ».

En réalité, ils sont entrés en voiture le 9 juillet 2020 dans une zone d’accès libre du CEA-Valduc pour y déployer une banderole "Reconversion du site CEA de Valduc".

Venez les soutenir à leur procès le 12 février 2021 à 14 h devant le Tribunal correctionnel de Dijon.

Les coupables dans cette affaire sont-ils des lanceurs d’alerte non-violents au sujet du péril nucléaire qui menace l’humanité, ou les gouvernants qui perfectionnent à grands frais une nouvelle ligne Maginot nucléaire en violation des engagements de leur pays ?

Les 8 ans d'actions non-violentes et vigies menées par le ‘Collectif Bourgogne Franche Comté pour l’abolition des armes nucléaires’ s’inscrivent dans le cadre d' ICAN, 'Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires’ (International Campaign to Abolish Nuclear Weapons), prix Nobel de la paix 2017, et dans la suite de l’interdiction internationale des armes biologiques (1972), des armes chimiques (1993), des mines antipersonnel (1997), et des bombes à sous-munitions (2008).

L’historique des actions à DIJON et VALDUC depuis 2014, la présentation du procès et des 3 inculpés et un modèle de lettre de soutien sont sur le site d' Abolition des armes nucléaires. Un diaporama sur l’inefficacité et les dangers des armes nucléaires est sur www.irnc.org.

Prochains rendez-vous, rejoignez-nous !
- DIJON : Vendredi 22 janvier, célébrons l'entrée en vigueur du Traité d'interdiction des armes nucléaires.
- Samedi 6 février Vigie citoyenne.
- Vendredi 12 février, soutien au 3 dijonnais à 14 h devant le Tribunal 13 Bd Clémenceau.
- BESANÇON : Mercredi 3 février, plantation par la Ville d’un ginkgo biloba pour le désarmement nucléaire.

Le collectif Bourgogne Franche-Comté pour l'abolition des armes nucléaires

http://abolitiondesarmesnucleaires.org
abolitiondesarmesnucleaires@orange.fr
T. 06 14 24 86 96