Recherche
> Côte d'Or > Côte d'Or
10/05/2020 07:07

COTE-D’OR : Un scan pour désinfecter des salles de sport

Alors que la date de réouverture des salles de sport n’est pas encore connue, les dirigeants se préparent à accueillir leurs adhérents. En Côte-d’Or l’enseigne Keep Cool vient d’investir dans un scan de désinfection.
Pour Infos-Dijon, Alexandre Prochasson Gérant des clubs Keep Cool à Dijon, Quetigny et Beaune, nous présente ce scan et les mesures sanitaires mises en place pour rassurer les adhérents.  
Dans l’annonce du plan de déconfinement présenter le jeudi 7 mai par le Premier Ministre Edouard Philippe, les salles de sport ont eu la confirmation de leur fermeture jusqu’au 2 juin. Mais dans les zones dites, rouge, le monde du sport en salle redoute que cette mesure soit prolongée si les régions ne passent pas au vert. La Bourgogne, et par conséquent la Côte-d’Or sont directement concernés.

A Dijon


La quarantaine de salles de sport, sur Dijon Métropole est depuis le 17 mars en stand-by. Du jour au lendemain, les adhérents se sont retrouvés à faire du sport au milieu de leur salon, loin de la fonte et autres tapis de course. Malgré tout, derrière les machines à l’arrêt, les dirigeants travaillent à la mise en place d'un protocole sanitaire strict avec l’espoir de rouvrir les salles début juin. 

Alexandre Prochasson, Gérant des salles de sport Keep Cool à Dijon, Quetigny et  Beaune fait tout d’abord le point sur la situation économique.

                                                                           
                                                                 Alexandre Prochasson Gérant Keep Cool Côte-d'or

Alexandre Prochasson : «Depuis le début du confinement, tout le personnel et notamment les coachs sont au chômage partiel et payés à 100%. Cette mesure nous semblait importante parce que si on veut avoir une équipe motivée lors de la reprise, il faut savoir les aider à passer cette période délicate. Mais on attend toujours les aides de l’Etat. Du côté des propriétaires de nos sites, puisque nous sommes locataires, deux sur trois ont annulé les loyers. Le troisième a reporté le paiement»  

Vous avez eu des résiliations d’abonnements ?


«Avant tout je voudrais préciser que nous avons suspendu tous les prélèvements, ce qui a été très apprécié par nos adhérents, et nous a évité d’être incendié sur les réseaux sociaux. Au niveau des résiliations, à fin avril, il y en avait trois fois moins qu’en période d’activité normale. Mais on attend la réouverture. Là, on risque peut-être d’avoir des départs à cause du chômage partiel qu’auront subit nos adhérents. Parce que pour certains, 30€ par mois c’est 30€. Et puis les seniors auront peut-être une certaine crainte à revenir en salle»    
 

Vous préparez la réouverture ?


«Bien sûr. Mais on ne sait pas trop comment nous préparer, puisque nous n’avons rien d’officiel ni de date. Mais on y pense tous les jours. Notre enseigne nationale étudie un plan de reprise. Dans ce qui va forcément être demandé il y aura  la distanciation sociale avec au minimum de 1,50 mètre entre chaque machine. Mais nos salles ne sont pas calibrées pour ce dispositif. Pour éviter une suppression de machines, on va proposer d’installer une séparation physique avec un panneau en plastique qui pourra compartimenter les activités. Un système que l’on devra aussi installer au niveau de l’espace cardio»  
 

Vous envisagez de mettre en place des créneaux horaires d’entrainement


«C’est effectivement à l’étude. Pour éviter que les adhérents ne se croisent on pense à la possibilité de réserver son créneau d’entrainement via une application. Il pourrait par exemple y avoir 30 personnes dans la salle de 9h à 11h, 30 autres les deux heures suivantes et ainsi de suite toute la journée. Et puis pour les salles de cours en vidéo ce sera deux personnes maximum, au lieu de trois ou quatre».

Les douches et vestiaires condamnés


«Dans le premier plan présenté au Gouvernement, les douches sont effectivement condamnées. Alors ça par contre je ne suis pas très pour cette option. Autant celui qui vient faire son sport le matin peut prendre sa douche chez lui, que celui qui vient entre midi et deux, je ne le vois pas repartir au bureau sans être passé par la douche. Et en plus, on parle aussi de fermer les vestiaires. Ce qui fait une double contrainte au niveau de l’hygiène. Mais bon on attend la confirmation, rien n’est encore acté».

De nouvelles mesures sanitaires


«On va installer plusieurs distributeurs de gel hydroalcoolique au sein de nos clubs. On a changé nos savons pour des savons anti-bactériens. Des solutions désinfectantes seront à disposition dans nos sanitaires. On garde nos pulvérisateurs, des produits virucides avec la norme EN14 476, pour nettoyer nos machines. Pour les douches, on prévoit trois ou quatre désinfections par jour. Sans oublier les rouleaux de papier. Si on ne prévoit pas le port du masque obligatoire pour nos adhérents, nos équipes, coachs et personnels d’accueil auront des masques. J’ai aussi acheté des visières au cas où»  

Des scans de désinfection


«J’ai signé pour des scans de désinfection pour mes trois clubs à Dijon, Quetigny et Beaune. Ils vont permettre de désinfecter entièrement les sites pendant quatre heures, c’est-à-dire, les murs, les sols, les machines, les vestiaires, les douches ou encore les groupes de ventilation. Chaque matin à l’ouverture des clubs, il n’y aura plus aucune bactérie. Cette mesure n’est pas du tout obligatoire, c’est une initiative personnelle qui me coûte quand même 40 000€ pour mes trois clubs. Mais il faut ça. L’objectif est de rassurer au maximum mes équipes et bien sûr les adhérents»

Une charte de bonne conduite


«On va donc faire le maximum pour accueillir nos adhérents dans les meilleures conditions sanitaires possibles. Tout sera mis en œuvre. En contrepartie, nous allons demander à chacun de nos adhérents de signer une charte de bonne conduite. Elle est encore à l’étude mais ça passera notamment par le respect des distances de sécurité, le nettoyage des machines, l’utilisation du gel hydroalcoolique à l’entrée. Bref, rien d’exceptionnel, mais c’est un moyen de responsabiliser nos adhérents et de mettre un point d'honneur à respecter encore plus les gestes barrières pour la sécurité de tous»  
 
                                                                                                                                                                               Norbert Banchet


Photos : Keep Cool