Recherche
POUR JOINDRE INFOS-DIJON
redaction.infosdijon@gmail.com (à privilégier)
SMS et MMS au 07 86 17 77 12
> Côte d'Or > Côte d'Or
17/12/2020 13:31

DÉPARTEMENT : La majorité expose un budget solide et prudentiel «pour agir à long terme»

Ces lundi 14 et mardi 15 décembre 2020, c’était l’heure de l’examen du budget primitif 2021 du Département de la Côte-d’Or. Le président François Sauvadet et sa majorité ont présenté et voté pour un budget de 617,54 millions d’euros.

En pleine crise sanitaire, le budget 2021 du Département de la Côte-d’Or allait forcément être impacté. Autrement dit, les orientations budgétaires débattues il y a un mois en avaient d’ailleurs donné la tendance, ce budget allait être marqué par un soutien aux «victimes» du contexte sanitaire mais aussi économique engendré par l’épidémie.
«Ce budget intervient dans un contexte sanitaire qui reste très tendu dans la Région et nous en mesurons chaque jour les conséquences sur la vie de nos compatriotes», a insisté François Sauvadet en introduction, en soulignant quelques propos plus tard que l’accompagnement, le soutien et la protection des plus fragiles est une priorité, cela en ayant en parallèle des mots de reconnaissance envers les 2.700 agents du Conseil départemental de la Côte-d’Or.

«La trajectoire budgétaire nous permettra de faire face à la crise sociale»


300 millions d’euros pour les solidarités et l’action sociale, c’est selon le président du Département le signe que la collectivité réaffirme son rôle de chef de file des solidarités, auprès des concitoyens dans la difficulté.
«Et je l’ai dit et nous le réaffirmons, nous pratiquons le juste droit : ceux qui sont dans la difficulté doivent être aidés, mais nous lutterons, comme nous l’avons toujours fait, contre les fraudes, car elles existent, comme le montrent de nombreux rapports», a ajouté François Sauvadet. En déclarant ensuite pour insister sur l’orientation prise : «La trajectoire budgétaire nous permettra de faire face à la crise sociale, mais aussi d’aider ceux qui sont en perte d’autonomie, de protéger les enfants et les personnes âgées, ceux qui vivent le handicap : nous assumerons toutes nos missions sociales».

Soutien à l’activité et l’emploi


Un des autres volets du budget 2021 est l’investissement, certes moins important que l’action sociale mais «sans précédent» a souligné François Sauvadet : 110 millions d’euros. Des priorités ont été données dans ses propos liminaires : «Notre volonté, c’est de soutenir l’activité et l’emploi aujourd’hui et d’investir pour les stratégies du futur. Nous allons consacrer en 2021 près de 30 millions d’euros pour le développement de la fibre à domicile. L’objectif est de construire avant la fin de l’année 55.000 prises (20.000 en 2020 + 35.000 en 2021). Deuxième priorité : les routes et infrastructures. Nous investirons 22,3 millions d’euros. Plus de 27 millions d’euros si on ajoute la voirie communale. Notre priorité sur les routes, c’est la sécurité et je pense à toutes les entreprises du BTP et à leur carnet de commande. Troisième priorité : l’aide aux communes et intercommunalités. C’est un engagement solide de 23 millions d’euros qui sera poursuivi, parce que c’est en soutenant les projets des collectivités que l’on maintient la vie dans les campagnes et qu’on soutient nos artisans. 4ème priorité : l’éducation et nos collégiens. Là encore, un effort de 15,8 millions d’euros sera engagé pour préparer l’avenir et donner à notre jeunesse toutes les clefs de la réussite éducative et de l’épanouissement dans la société. Parmi les grandes opérations : la reconstruction du collège Roland Dorgelès de Longvic, mais aussi la mise en place du nouveau tarif de la cantine scolaire, fortement diminué (2 € le repas complet dans les collèges publics et une baisse de -1,74 € dans les collèges privés). Sans compter les aides à l’agriculture, à l’eau et au logement : sujets cruciaux, bien entendu».

Pour François Sauvadet et sa majorité, le budget présenté est solide et montre que le Département a toute sa place telle une collectivité de proximité. Mentionnant «près de 18 millions d’euros» pour le SDIS de Côte-d’Or ou bien le maintien d’aides aux associations sportives et culturelles, le président du Conseil départemental insiste sur les engagements pris, «qui seront tenus».

«Nous serons la collectivité de proximité de nos territoires»


Au cours de la session de l’examen du budget, le président du Département s’est à plusieurs reprises appuyé sur l’accord de méthode signé récemment par les Départements de France avec le Premier Ministre. «Un accord de méthode qui réaffirme le rôle des Départements comme une des clefs du redressement français», retient notamment François Sauvadet. Cela pour faire part d’une conviction que le couple État-Département représente un axe immédiat d’avenir (contrats de relance, transition énergétique, contrat de plan État-Région) mais aussi pour déclarer : «Nous serons plus encore que par le passé, la collectivité de proximité de nos territoires. Nous exercerons toutes nos compétences et serons volontaires pour toutes les expérimentations en matière d’insertion, d’éducation et en matière de transition écologique et de logement. Nous avons commencé en acceptant par exemple de reprendre, en accord avec l’agglomération dijonnaise, la mission sociale assurée par Dijon et Chenôve pour les bénéficiaires du RSA ou encore avec l’État, la prise en compte du handicap et de l’enfance protégée».

Solidarité et stratégies d’avenir pour ne pas s’enfoncer dans la crise et prendre du retard sur des projets structurants, c’est en substance ce qu’a exposé la majorité départementale durant ces deux jours de session. Avec plusieurs appuis au propos du président.

«C’est un budget respectueux de nos engagements»


Selon François-Xavier Dugourd, «ce budget et ce bilan préfigurent la prochaine mandature, nous en sommes convaincus. C’est un budget résilient mais aussi un budget d’action et cohérent. Un budget qui permet, malgré la baisse des recettes et la hausse des dépenses, de soutenir tous les acteurs du département qui en ont besoin, pour tout le tissu économique et social, alors même que l’Etat procède à une tutelle déguisée et recentralise une partie de l’action publique. Le Département est le premier investisseur public de la Côte-d’Or, dans des projets structurants et pour le cadre de vie. C’est un budget respectueux de nos engagements pris en mars 2015». Ludovic Rochette a ensuite implicitement salué la prudence du Département dans un contexte qui va durer et qui sera marqué par d’autres chocs.

«Personne ne peut contester que nous avons aujourd’hui besoin des Départements», a ajouté celui qui est aussi président de l’Association des maires de France pour la Côte-d’Or. L’occasion pour François Sauvadet de marteler que «les socialistes souhaitaient la suppression des Départements». Le président n’a cessé de le réaffirmer lors de ce début de semaine : le Département de la Côte-d’Or est au rendez-vous, tout en se laissant des marges de manoeuvre pour qu’il puisse agir à long terme. Avec une confiance non dissimulée en vue de l’année électorale qui vient.

Rapporteur de ce budget, Patrick Chapuis l’a présenté en détails. Il est de 617,4 millions d’euros, dont 300 millions d’euros pour les solidarités et l’action sociale et 110 millions d’euros pour l’investissement. Un budget voté également favorablement par Dominique Michel.

Lors de cette session, plusieurs voeux ont été déposés par la majorité : appel à la préservation des Climats de Bourgogne ; réouverture des lieux de culture ainsi que des restaurants et des débits de boissons ; transfert des gestionnaires de collège au Département.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier


Le budget 2021 en détails


François Sauvadet annonce «300 millions d’euros pour les solidarités»


L’opposition, pour «une autre vision de la Côte-d’Or», vote contre le budget


Ça coince sur la LiNo entre majorité et opposition


Majorité et opposition tournent autour du rond-point de la LiNo