Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Côte d'Or > Côte d'Or
22/04/2021 14:26

DÉPARTEMENTALES : Les Républicains Agnès Livera et Axel Sibert candidats sur le canton Dijon 2

C’est ce jeudi 22 avril que la candidature a été officialisée. Candidats dans l’optique de s’inscrire dans la majorité départementale actuelle, ils s’engagent, avec leurs remplaçants Valérie Nicole et François Clément, dans leur première campagne en tête d’affiche avec l’envie de «protéger les habitants et agir pour eux». La question de la sécurité est revenue dans les axes de travail.
C’est naturellement à la permanence des Républicains de Côte-d’Or, 1 rue de la Houblonnière à Dijon, que l’équipe candidate s’est présentée. Les deux titulaires et les deux remplaçants sont Républicains. Agnès Livera et Axel Sibert sont candidats à des postes de conseillers départementaux pour l’union de la Droite et du Centre, autrement dit pour la majorité départementale actuelle.

Agnès Livera, 62 ans, 2 enfants, a «toujours vécu à Dijon» où elle est née. Professionnellement, elle a connu le secteur privé en travaillant notamment dans l’agroalimentaire, avant de devenir chef de cabinet de Jean-François Bazin (président du Conseil régional de Bourgogne de 1993 à 1998) puis attachée parlementaire de Bernard Depierre (député de la 1ère circonscription de Côte-d’Or de 2007 à 2012). Elle est aujourd’hui assistante du directeur du Centre hospitalier La Chartreuse à Dijon.

La voilà engagée «de l’autre côté du miroir». Avec une envie : «S’engager pour les autres. Rencontrer les habitants et écouter leurs besoins, de la naissance au grand âge», comme le permettent les compétences du Département.

«Tirer bénéfice de la dynamique du Département»


Sa remplaçante est Valérie Nicole, 55 ans, 2 enfants, née à Dijon avant d’aller faire ses études à Paris et à Marseille et de travailler dans l’industrie pharmaceutique ainsi qu’en laboratoire. Elle s’est par ailleurs consacrée au sport de haut niveau, en équitation et au volley-ball.
Petite-fille et fille de commerçants dijonnais, Valérie Nicole est aujourd’hui propriétaire et gérante de deux instituts de beauté, comptant 10 salariés. Elle part du principe suivant pour justifier son engagement : «Si mon département va bien, je vais bien. Je compte apporter mes compétences logistiques au binôme titulaire».

Axel Sibert, 28 ans, est «animé par l’envie de défendre un canton au coeur de Dijon, doté énormément d’infrastructures sportives et culturelles» qu’il trouve également très diversifié au niveau de l’habitat et dans lequel il habite depuis dix ans. Il est conseiller municipal d’opposition à Dijon, dans le groupe de la Droite, du Centre et des Indépendants «Agir ensemble pour Dijon».
Résidant dans le quartier Maladière, le candidat à un poste de conseiller départemental de l’union de la Droite et du Centre affirme qu’«il y a plus à faire pour tirer le meilleur parti du Département, pour tirer bénéfice de la dynamique du Département» et en l’occurrence de l’action de la majorité départementale en place actuellement. Celle-ci incarne, selon Axel Sibert, le respect de l’État et des valeurs républicaines, celui des droits et des devoirs de chacun mais aussi la défense des libertés individuelles.

Excusé ce jeudi, François Clément est en poste dans une start-up dijonnaise. Il était co-listier d’Emmanuel Bichot lors des dernières élections municipales à Dijon.

«On va sortir de cette crise grâce à l’action du Département»


Pour ce qui est du programme du binôme, le premier chapitre sera consacré à «protéger les habitants et agir pour eux» durant la crise. Et pour ces candidats, le Département fait beaucoup pour les classes moyennes.

«On va sortir de cette crise grâce à l’action du Département. On a pu voir ce qu’est une politique pour tous, comme par exemple sur le tarif de la restauration scolaire (abaissé à 2 euros le repas pour tous les collégiens de Côte-d’Or). La collectivité a multiplié par dix l’aide aux banques alimentaires et aux associations étudiantes», retient notamment Axel Sibert, qui considère que la majorité départementale parle par son action.
Les Côte-d’Oriens, le Département se doit de les «protéger et assurer leur sécurité tout au long de la vie», insiste le candidat titulaire sur Dijon 2, en assurant que les aides aux familles, face aux aléas de la vie, à la précarité, au handicap, seront maintenues si la majorité sortante est renouvelée.

Alors que François-Xavier Dugourd, premier vice-président du Conseil départemental de la Côte-d'Or et candidat républicain sur Dijon 1 a répondu à la socialiste Nathalie Koenders (retrouvez notre article en cliquant ici), pour réaffirmer que le Département peut s’occuper des questions de sécurité, Axel Sibert a persisté ce jeudi : «C’est notre responsabilité de sécuriser les collèges. On veut sanctuariser ces établissements, pour qu’ils soient des endroits sûrs pour les collégiens, les professeurs, les personnels. Le Département va déployer la vidéo-protection mais aussi financer des portiques aux entrées des collèges, comme l’a fait Laurent Wauquiez (président de la Région) en Rhône-Alpes pour les lycées. La collectivité peut aussi aider les communes à équiper la police municipale, ou encore les sapeurs pompiers par l’achat de drones afin de leur faciliter la tâche lors d’opérations».

Sur le canton Dijon 2, les collèges concernés sont Carnot, Roupnel et Saint-Michel.

Axel Sibert persiste sur la sécurité


Sur le canton de Dijon 2, les candidats Républicains interpellent la municipalité de Dijon sur l’insécurité. «C’est une montée crescendo et ça s’étale doucement», constate Valérie Nicole. Et Axel Sibert déclare : «Sur cette question, il ne faut pas être dans le déni et ne pas rejeter toutes les fautes sur l’État. La politique d’urbanisation de la ville de Dijon a créé des ghettos. Nous voulons des caméras de surveillance devant les collèges et plus d’action de la part de la Police municipale. On doit tous avoir collectivement conscience de ce problème de sécurité. La ville a la responsabilité de cette sécurité et de la tranquillité publique».
Les quartiers Drapeau et Junot, «où les habitants par sentiment d'insécurité ne pouvaient plus dormir cet été», ont été cités lors de la conférence de presse.

Etat, Ville, Métropole, Région ou Département ? Les candidats de l’union de la Droite et du Centre sur Dijon appellent à dépasser ces limites, pour une réflexion globale et efficace sur la question de la sécurité.

Dans un autre registre, celui de la préservation de l’environnement et de la biodiversité, les candidats annoncent des accompagnements du Département pour la plantation d’arbres en ville ou encore pour la préservation des ressources en eau. L’approvisionnement local des cantines de collèges est mis en avant, de même que la marque 100 % Côte-d’Or.

La préservation des savoir-faire a également été abordée, en parlant des commerces. «C’est au coeur de la politique menée par François Sauvadet. Les commerçants et artisans ont encore besoin de nous». Dans la crise et dans le cadre de la relance selon les candidats. «Le Département sera un partenaire de cette relance».

Pour chacun des membres de l’équipe, cette campagne en tête d’affiche est une première. Collaborateur des élus de la Droite et du Centre au Conseil Régional de Bourgogne-Franche-Comté, secrétaire départemental adjoint de la fédération des Républicains de Côte-d’Or et directeur de campagne d’Emmanuel Bichot à l’époque des élections cantonales, Axel Sibert montre un enthousiasme à se lancer en tant que candidat titulaire dans une campagne «atypique» mais qui doit «être menée en proximité».

Le canton Dijon 2 est le plus peuplé de la Côte-d’Or avec plus de 28.000 habitants. Il comprend les quartiers Centre-ville, République, Clemenceau, Maladière, Drapeau, Junot et Varennes.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier




Agnès Livera

Axel Sibert

Valérie Nicole

Infos-dijon.com - Mentions légales