Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Côte d'Or > Côte d'Or
05/05/2021 20:06
3938 lectures

DÉPARTEMENTALES : Martine Eap-Dupin et François Sauvadet projettent «une Côte-d'Or d'équilibre entre ville et campagne» en se présentant sur le canton de Semur-en-Auxois

Le binôme a présenté sa candidature dans l'Auxois-Morvan ce mercredi 5 mai. Au-delà du canton, le fait que le président sortant sollicite de nouveau les suffrages donne une dimension départementale à la campagne. François Sauvadet a rappelé son engagement dans «un combat de valeurs» face à l'extrême-droite.
Élu sortant, président en exercice du conseil départemental de la Côte-d'Or, François Sauvadet se représente en binôme avec Martine Eap-Dupin sur le canton de Semur-en-Auxois.

Sous la bannière La Côte-d'Or passionnément, il appelle à dépasser les jeux des appareils politiques et fait de son bilan un élément central pour solliciter les électeurs, notamment en mettant en avant l'action conduite ces derniers mois durant la crise sanitaire.

À la suite du redécoupage de 2014, le canton de Semur-en-Auxois rassemble 88 communes constituant la communauté de communes des Terres d'Auxois et la communauté de communes de Saulieu. Il comprend 21.000 habitants.


Lors des élections de 2015, Martine Eap-Dupin et François Sauvadet sont arrivés très largement en tête au premier tour face à un binôme du Front National et un binôme du Parti Socialiste. Ils ont été élus au second tour avec 69,66% des suffrages contre 30,34% accordés au FN.

Des soutiens symbolisant l'attachement à l'Auxois-Morvan


Pour ces élections les deux sortants se représentent, sous la bannière La Côte-d'Or passionnément. Martine Eap-Dupin (LR) est conseillère départementale sortante et maire de Précy-sous-Thil. Sa remplaçante est Martine Mazillier (divers droite), maire de Saulieu. François Sauvadet (UDI) est président sortant du conseil départemental. Son remplaçant est Jean-Claude Pernette (sans étiquette), premier adjoint au maire de Semur-en-Auxois.

La présentation du binôme et des remplaçants, ce mercredi 5 mai 2021 à Semur-en-Auxois, se fait en présence de Catherine Sadon (divers droite), maire de Semur-en-Auxois, de Bernard Paut, maire de Vitteaux (UDI), de Jean-Michel Pétréau (sans étiquette), président de la communauté de communes des Terres d'Auxois, qui préside le comité de soutien, et d'Éric Baulot, mandataire financier et adjoint au maire de Semur-en-Auxois délégué aux finances. En affichant ces remplaçants et soutiens, les candidats entendent marquer leur attachement à «chaque ancien chef-lieu de canton».

«C'est un combat pour la reconnaissance de la ruralité»


«Nous voulons une Côte-d'Or d'équilibre entre ville et campagne», déclare tout de go François Sauvadet pour qui «chaque commune compte, chaque habitant compte». «C'est un combat pour la qualité de la vie et la reconnaissance de la ruralité parce que nous pensons profondément que c'est une chance pour l'avenir», ajoute-t-il.

La crise sanitaire a modifié le rapport à la ruralité de l'ensemble de la population et des changements de société se dessinent : recours au télétravail, aspiration à une qualité de vie et retour au local. Dans ce contexte, le candidat entend prolonger la politique menée durant la mandature : «on a fait un choix, celui continuer à investir massivement dans nos territoires, de développer l'emploi et de rester attractif». À ce sujet, François Sauvadet analyse que «les départements qui seront attractifs seront ceux qui auront l'accès au très haut débit partout en tous lieux».

Alors que «la précarité a augmenté, notamment chez les jeunes», le candidat entend mener «un combat pour la solidarité» pour «protéger [les Côte-d'Oriens] face à la pandémie et ses conséquences», doublé d'«un combat pour l'accès à la santé». «Nous soutenons notre hôpital de Semur-en-Auxois», martèle François Sauvadet avant de donner pour exemple le sauvetage de l'Institut de Vignes, une entité socio-éducative intervenant dans le champ de la protection de l'enfance.

«Nous continuerons à soutenir l'agriculture dans sa démarche à haute valeur environnementale», lance le candidat qui rappelle les démarches en faveur des produits locaux au travers de la marque 100% Côte-d'Or ou de l'approvisionnement des collèges. «L'agriculture est une chance», scande-t-il.

«Que les jeunes soient fiers de nos territoires»


S'affichant très combatif, François Sauvadet revendique de défendre «les libertés locales face à la technocratie» en évoquant le rétablissement d'une limite de vitesse à 90 km/h sur certaines routes départementales car «dans le monde rural, on a besoin de la voiture». «Le président des Forces de Progrès a voté contre cette mesure», signale-t-il.

L'orateur fait le lien entre cette mesure et la transition écologique en la souhaitant «adaptée à ce que vivent nos compatriotes», précisant ne pas être «pour une écologie de la contrainte» mais «pour une écologie qui s'ouvre aux réalités territoriales et qui fixe des objectifs atteignables».

Se faisant plus précis sur le bilan de l'action départementale sur le canton, l'élu sortant signale que 25 millions d'euros ont été investis sur le canton en six ans. L'objectif étant que «les jeunes soient fiers de nos territoires». 250 agents travaillent sur le canton. L'on dénombre 153 sapeurs-pompiers volontaires alors que plusieurs centres d'incendie et de secours ont été rénovés durant la mandature.

«Je n'ai pas envie de voir les clés du département confiées à la Ville de Dijon»


«J'entends les mécontentements. (…) Je n'ai pas envie de voir les clés du département confiées à la Ville de Dijon surtout dans le contexte actuel où chaque Côte-d'Orien, là où il habite doit se sentir soutenu et considéré. J'appelle à la mobilisation dès le 20 [juin]», déclare François Sauvadet. «Je ne souhaite pas un modèle métropolitain dans lequel il y a d'un côté la métropole, de l'autre côté le reste de la Côte-d'Or. Il y a une Côte-d'Or, elle est une et indivisible», insiste-t-il.

Le centriste revendique mener «une petite révolution en matière d'aménagement du territoires» et contribuer «à projeter dans le 21ème siècle, ce que l'on a reçu en héritage». Et d'ajouter : «le projet est de continuer à protéger les Côte-d'Oriens et de continuer à investir dans les stratégies d'avenir».

«Préserver notre environnement avec toutes ses composantes»


Faisant à son tour un bilan, Martine Eap-Dupin considère avoir tenu les engagements de la mandature qui se termine en matière de «solidarités humaines et de solidarités territoriales». La candidate revendique à son tour des valeurs «humanistes» et «de proximité» ainsi que «la défense de l'intérêt général pour le plus grand nombre».

Pour l'avenir, «nous allons continuer de travailler pour préserver notre environnement avec toutes ses composantes», projette-t-elle en évoquant les paysages, l'agriculture et l'eau. «Nous nous sommes engagés pour que chaque habitant ait de l'eau en qualité, en quantité en préservant nos ressources qui deviennent un bien précieux», déclare-t-elle.

«Ce qu'on dit à Dijon, il faut venir l'exprimer devant les maires»


«Chaque commune est une communauté de vie. (…) Il a fallu deux crises pour s'en rendre compte. (…) Le Département s'est révélé comme étant la collectivité de la vie», estime François Sauvadet.

La gestion de la crise sanitaire est donc mise en avant par l'élu sortant au moment de faire le bilan de la mandature : «la crise a bouleversé tous les repères, un crise profonde qui a frappé toutes les familles dans leurs chairs. Il y a eu des milliers de morts, des personnes qui se sont retrouvées seules».

Augmentation des précarités, des violences intra familiales... «on est au cœur de toutes ces questions-là», souligne François Sauvadet qui revendique avoir mis en place «un plan de soutien un des plus importants de France pour un département de cette échelle. (…) On a multiplié par dix l'aide alimentaire». Le président de la collectivité remercie les 2.700 agents «très engagés durant la pandémie».

Le centriste a une pensée pour les chefs d'entreprise dont les établissements sont fermés : «pour certains d'entre eux la situation est dramatique, (…) on sera là pour les soutenir». «Le gouvernement a été au rendez-vous pour le soutien à l'activité économique» mais «la conséquence de cette pandémie, on va l'avoir en crise sociale et économique», analyse-t-il.

«Je resterai président de ce Département jusqu'au dernier jour», assure l'élu sortant. Et de lancer aux candidats des Forces de progrès social et écologique : «ce qu'on dit à Dijon, il faut venir l'exprimer devant les maires».

Lors de la session du 31 mai prochain, il sera proposé de prolonger les aides en cours jusqu'au 31 décembre. Sur un budget de 560 millions d'euros, 32 millions d'euros ont été mobilisés pour le pacte de solidarité. La prolongation à voter est estimée à 20 millions d'euros.

«C'est un combat de valeurs»


«Tout n'est pas permis en politique pour gagner», rappelle François Sauvadet en écho à son communiqué dénonçant l'accord entre Gilles Platret, candidat des Républicains aux élections régionales de Bourgogne-Franche-Comté, et certains membres de Debout La France (lire le communiqué).

«J'ai toujours combattu l'extrême-droite parce que c'est mon histoire, parce que c'est ma vie. Je ne comprends pas que l'on puisse marauder sur les terres de l'extrême-droite qui n'apporteront que des drames. J'invite chacun à relire notre histoire», déclare le centriste. Face à «un peuple qui exprime sa colère», François Sauvadet souhaite «offrir un avenir aux gens» et à «à apaiser les peurs».

«C'est un combat de valeurs», affirme François Sauvadet alors que les alliances de ces élections sèment parfois le trouble auprès des électeurs. «Ce que je souhaite, dans le département et particulièrement dans notre canton, c'est que tous ceux qui se reconnaissent dans notre action se retrouvent et se rassemblent», lance le centriste qui refuse de «rentrer dans des jeux d'appareil».

«Quand tant de gens souffrent, j'appelle tout le monde à un esprit de responsabilité : quelque soit les engagements des uns et des autres dans les régionales ou dans leur formation politique, je les appelle au dépassement. (…) Il y en a qui sont sur les listes En Marche, il y en a qui sont sur d'autres listes. Ils ont fait leur choix, je le respecte. Pour ma part, j'ai fait le choix d'être 100% Côte-d'Or. (…) Tous ceux qui adhèrent au projet que je porte, je les appelle à voter massivement d'où qu'ils viennent. (…) C'est l'esprit d'équipe que je veux pour la Côte-d'Or», explique François Sauvadet.

Une clarification qui était attendue alors que Ludovic Rochette et Catherine Sadon figurent sur la liste de Denis Thuriot, candidat de la majorité présidentielle pour les élections régionales.

Une tournée de soutien aux autres candidats de la même bannière


En ce qui concerne l'agenda, dès le 10 mai, les candidats débuteront la campagne en allant à la rencontre des 88 maires du canton avant d'organiser des événements en fonction des indications gouvernementales.

Le programme de La Côte-d'Or passionnément devrait être prochainement annoncé dans un document de huit pages, via un site web et les réseaux sociaux. Le binôme envisage également de se déplacer pour soutenir les autres candidats évoluant sous la même bannière.

Jean-Christophe Tardivon






















Infos-dijon.com - Mentions légales