Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Côte d'Or > Côte d'Or
30/08/2021 19:29

DÉPARTEMENTS DE FRANCE : «J’appelle de mes voeux un nouvel élan de vraie décentralisation», lance François Sauvadet

Récemment désigné président de l’Assemblée des Départements de France, François Sauvadet livre, ce lundi 30 août, son ambition en tant que représentant des élus de collectivités territoriales devant avoir toute leur place dans une dynamique de décentralisation à accentuer.
C’est le 27 juillet 2021 que François Sauvadet a été élu président de l’Assemblée des Départements de France, pour la mandature 2021-2028. Ayant succédé l’élu divers droite Dominique Bussereau, l’élu centriste entend redonner de la force aux Départements et demande plus de reconnaissance pour ces collectivités territoriales dont l’action en proximité a pris tout son sens durant la crise. Entretien.

En quoi consiste le rôle d’un président de l’Assemblée des Départements de France ?

«Cette association regroupe les présidents des Départements de France et est chargée de défendre finalement la conception qu’on a de la République et du rôle des Départements. Avec les crises que la France a traversées, celle des Gilets jaunes puis la pandémie, on a vu combien le Département avait retrouvé toute sa vigueur, combien il est utile au quotidien, entre des grandes Régions qui apparaissent bien lointaines et des Métropoles repliées qui signifient la fin d’un modèle.


«Porter le message que les Départements veulent jouer un rôle premier face aux crises»


Le Département, c’est l’espace qui répond à l’enjeu de proximité. J’ai été élu pour porter le message que les Départements veulent jouer un rôle premier face aux crises, aux mutations sociologiques : le télétravail, l’aspiration à la qualité de vie. Un nouveau modèle est en train de naître dont on ne mesure pas encore toute l’ampleur.

Le Département doit revenir au coeur de la République française et c’est mon rôle de porter cela.»

Quelles sont les échéances importantes à venir pour l’ADF ?

«Après m’être entretenu par téléphone avec le Premier Ministre, je dois le rencontrer prochainement. Et nous aurons un congrès début décembre auquel j’inviterai d’ailleurs à participer tous les conseillers départementaux de France. Les dates et le lieu précis ne sont pas encore déterminés. Une assemblée générale de l’ADF se tiendra le 8 septembre pour en décider notamment.

Ce ne sera pas un congrès sur la défensive. On est là pour dire la place que nous voulons occuper dans la démocratie française et les compétences que nous sommes en mesure d’assumer pour mettre un terme à certains dysfonctionnements qui ont vu le jour ces derniers mois dans la gestion de la crise.»

Aujourd’hui, qu’est-ce qui fait selon vous la force d’un Département ?

«C’est d’abord la relation de proximité. On le voit ici (en Côte-d’Or), tout le monde connait son conseiller départemental. Demandez qui est conseiller régional, demandez qui est élu dans les grandes villes. Il y a un besoin de proximité, une soif de proximité, de réponse concrète que l’on doit apporter.

«Le Département est la collectivité des premières solidarités»


Le Département est la collectivité des premières solidarités selon ses compétences en matière de solidarités humaines, mais c’est aussi la première des solidarités territoriales. Équiper en fibre optique l’ensemble du territoire, qui l’a fait ? Le Département de la Côte-d’Or et d’autres. Lorsqu’il a fallu commander des masques, qui a pu le faire ? Les Régions certes également, mais qu’est-ce qu’il s’est passé quand il a fallu les distribuer ?

Les Départements sont présents partout aujourd’hui. En Côte-d’Or, pourquoi nous avons réussi à apporter des réponses concrètes à des milliers de personnes extrêmement rapidement ? C’est parce que nous sommes partout sur le territoire. C’est une force considérable dans un grand pays comme la France, qui n’est pas encore suffisamment décentralisé. J’appelle de voeux un nouvel élan de décentralisation, mais de vraie décentralisation, qui redonne du corpus aux mesures, pour de l’efficience dans la démocratie française.

On est par exemple en capacité de nous occuper pleinement de nos collèges sans avoir des gestionnaires qui relèvent de l’Education nationale, ou bien d’assurer des missions mal assurées par l’ARS (Agence Régionale de Santé) aujourd’hui.»

En tant que président de l’ADF, sera-t-il difficile de faire se conjuguer toutes les opinions politiques ?

«Nous sommes une associations dans laquelle il y a un fait majoritaire. Autrement dit, 71 présidents de Départements sont de la Droite, du Centre et des Indépendants, et 31 se réclament de la Gauche. Il y a bien un fait majoritaire mais nous sommes en même temps une association pluraliste.

Il y a des divergences c’est normal et il y a même des diversités de situations, entre les Départements qui se trouvent sur le littoral, à la montagne, les Départements franciliens, les Départements du sud. Tout cela est très différent mais ce qui nous rassemble, c’est la capacité à faire.

Le travail que nous avons devant nous est de rechercher la convergence et faire de cette reconnaissance de la diversité une nouvelle chance pour la France. On souffre de vouloir décider de manière unilatérale, alors que celle-ci doit être adaptée aux territoires. Nous sommes - l’ADF et les Départements - la bonne structure du 21ème siècle.»

Propos recueillis par Alix Berthier
Photo : Jean-Christophe Tardivon

François Sauvadet a été élu président de l'Assemblée des Départements de France



Infos-dijon.com - Mentions légales