Recherche
POUR JOINDRE INFOS-DIJON
redaction.infosdijon@gmail.com (à privilégier)
SMS et MMS au 07 86 17 77 12
> Côte d'Or > Côte d'Or
17/09/2020 19:52

DIJON : François Sauvadet lance la première boulangerie labellisée «100% Côte-d'Or»

Le président du conseil départemental a salué la première labellisation «savoir-faire 100% Côte-d'Or» accordée à une boulangerie dans le département. C'était ce mercredi 16 septembre dans le quartier République à Dijon. L'artisan David Nogueira utilise des farines issues de blés de qualité produits en Côte-d'Or pour faire «du bon et du beau pain»
La boulangerie Pimousse était à l'honneur ce mercredi 16 septembre 2020 pour devenir la première boulangerie labellisée «100% Côte-d’Or». L'artisan est David Nogueira, co-président avec Bruno Liégeon de  l’Union Départementale des Artisans Boulangers et Boulangers-Pâtissiers de la Côte-d’Or. La filière professionnelle s'implique dans l'approvisionnement en farines issues d'une production locale.

Le président du conseil départemental de la Côte-d'Or, François Sauvadet (UDI), a participe à ce lancement en compagnie des conseillers départementaux Danielle Darfeuille, Marc Frot, Ludovic Rochette et Nathalie Koenders ainsi que du président de la chambre d'agriculture de Côte-d'Or, Vincent Lavier.

Cette inauguration s’inscrit dans le cadre du partenariat entre le Département, la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de Côte-d’Or et la Chambre d’Agriculture pour le déploiement de la marque «Savoir-faire 100% Côte-d’Or - le Département» visant à mettre en valeur des savoir-faire artisanaux de la Côte-d’Or.

«L'idée est de d'abord valoriser les savoir-faire locaux»


Un pain artisanal en forme de C a été le premier produit à avoir inauguré la marque avec, entre
autres, une recette spécifique élaborée par l’Union Départementale des Artisans Boulangers et Boulangers-Pâtissiers de la Côte-d’Or. Ce pain a été présenté à la Foire internationale gastronomique de Dijon en 2019. À ce titre, François Sauvadet a salué «l'engagement des artisans boulangers».

Le conseil départemental est propriétaire de la marque. Un cahier des charges a été établi avec la chambre d'agriculture de la Côte-d'Or qui revendique une haute valeur environnementale pour les matières premières agricoles. Pour obtenir cette marque, la boulangerie doit s'engager à s'approvisionner en blés issus de la Côte-d'Or.

«C'est une marque qui appartient aux Côte-d'Oriens et c'est à eux qu'il appartient de la faire vivre. C'est par leur acte de consommation qu'ils vont pouvoir apporter leur contribution à une certaine idée de ce que nous avons en partage, c'est à dire que ce n'est pas la peine d'aller chercher très loin ce que l'on peut avoir à disposition. Si l'on veut que, demain, il y ait de la valeur ajoutée dans nos territoires, il faut encourager ce que l'on appelle les circuits locaux, la traçabilité» a déclaré François Sauvadet.

«L'idée est de d'abord valoriser les savoir-faire locaux, les produits et les producteurs, ce qui apporte de la valeur ajoutée au territoire. (…) En achetant Côte-d'Or, les consommateurs savent ce qu'ils vont avoir dans leur assiette, ils savent qu'ils vont soutenir notre économie et nos territoires» a insisté le président du Département.

Le vin bourgogne côte-d'or, le pain, le fromage, des légumes... le nombre de produits recevant la marque 100% Côte-d'Or s'accroît au point qu'un menu idoine peut être proposé mensuellement dans les collèges du département (lire le communiqué) dont près 30% de l'approvisionnement est constitué de produits locaux. La balle est à présent dans le camp des restaurateurs pour faire de même.

«On peut faire de l'innovation à partir des savoir-faire traditionnels»


Pour l'union départemental des boulangers, Bruno Liégeon a dit sa fierté d'avoir «mis en route cette filière» et annonce que la profession fera en sorte d'étendre la production 100% Côte-d'Or à l'ensemble des pains et viennoiseries.  Selon François Sauvadet, «on peut faire de l'innovation à partir des savoir-faire traditionnels».

Prenant à son tour la parole, Vincent Lavier a rappelé que la Côte-d'Or a «des productions de grande qualité» dont «une tradition de blés de qualité (...), en l'absence de rendements importants, on a privilégié la qualité pour essayer de mieux valoriser ce que l'on fait». La transformation locale donne «plus de sens à l'acte de production du monde agricole» a-t-il souligné.

Le président de la chambre départementale d'agriculture a d'ailleurs invité les jeunes qui veulent s'installer à «casser les codes» en contribuant à inventer un nouveau modèle car «le monde agricole peut participer, au moins en partie, aux problèmes que connaît la planète».

«On arrive à faire du bon et du beau pain»


Après avoir guidé François Sauvadet au sein du fournil pour une démonstration de la cuisson de baguettes, le boulanger David Nogueira a indiqué s'approvisionner en blés issus de la Côte-d'Or auprès de la minoterie Cetre située aux Maillys. Avec cette farine, le boulanger a constaté «une plus grande tenue, on arrive à faire du bon et du beau pain».

Parmi les réalisation de la boulangerie Pimousse, les produits estampillés 100% Côte-d'Or sont la baguette normale (95 centimes), le gros pain, le pain en forme de C (1,30 euros), la baguette Pimousse, les croissants (95 centimes), les pains au chocolat et les pâtisseries. Le boulanger a tenu à signaler que malgré cet approvisionnement local, les prix étaient stables.

Jean-Christophe Tardivon