Recherche
POUR JOINDRE INFOS-DIJON
redaction.infosdijon@gmail.com (à privilégier)
SMS et MMS au 07 86 17 77 12
> Côte d'Or > Côte d'Or
12/06/2020 03:27

ÉDUCATION : Le dispositif 2S2C, pour favoriser le retour en présentiel et la continuité de l’accueil à l’école

Un des volets du retour à l’école, dans sa dimension notamment socialisatrice, le dispositif 2S2C permet une certaine continuité de l’accueil à l’école sur toute la semaine. Mais ce n’est pas sans investissement de la part des communes. Exemple à Arc-sur-Tille, où la rectrice de l’académie de Dijon Nathalie Albert-Moretti s’est rendue ce jeudi 11 juin.

Le dispositif 2S2C - Sport, santé, culture et civisme - est, par décret du 4 mai 2020, l’un des volets de la rentrée scolaire post-confinement. Il doit permettre d’accueillir les élèves pour leur assurer une certaine continuité à l’école tout au long de la semaine.
Dans les écoles maternelle et élémentaire d’Arc-sur-Tille en Côte-d’Or, le dispositif est décliné depuis le premier jour de cette rentrée scolaire post-confinement.

La commune a mis les moyens pour pouvoir assurer cet accueil complémentaire à la reprise disons normale des cours en classe.
«On alterne le sport et des activités culturelles et citoyennes. Par exemple, les enfants qui n’ont pas cours le jeudi sont accueillis dans le dispositif, là aussi sur la base du volontariat des parents», résume Pierre-Guy Aimetti, responsable Enfance-Jeunesse au service des sports à la Ville d’Arc-sur-Tille.
L’’accueil s’articule entre un temps autour des tables, un temps en activité sportive au gymnase et un temps de sortie.

«20.000 euros par mois en plus à la charge de la commune» d’Arc-sur-Tille

Si le site scolaire d'Arc-sur-Tille peut profiter de locaux et d’équipements concentrés permettant de répartir les différents groupes d’élèves, de les étaler dans le respect des mesures sanitaires, la mise en place du dispositif occasionne des dépenses supplémentaires pour la commune. Une vingtaine d’encadrants, éducateurs diplômés du service municipal et vacataires, plus 6 agents d’entretien pour la désinfection régulière des locaux et du matériel, sont mobilisés par jour, non seulement pour le temps méridien autour de la restauration scolaire mais aussi pour assurer la tenue et le fonctionnement du dispositif.

La commune d’Arc-sur-Tille en est aujourd’hui à 145 élèves sur 170 de retour en présentiel (85%) à l’école élémentaire et 78 élèves sur 104 (75%) à l’école maternelle. Avec donc une nécessité d’encadrement importante dans le contexte sanitaire actuel.
Selon Patrick Morelière, maire d’Arc-sur-Tille - accompagné ce jeudi matin de son adjointe déléguée à l’éducation Carine Ehrardt et ayant salué Anne et Véronique Lambert, les deux directrices des établissements, ainsi que leurs équipes -, il faut compter «20.000 euros par mois en plus à la charge de la commune» (sur un budget global de fonctionnement annuel de 2 millions d'euros).
«L'effort doit être fait» selon le maire, «au nom de la responsabilité et du rôle des collectivités dans la participation à la relance d’une dynamique plus générale». C'est aussi une question d'«investissement pour la jeunesse, pour laquelle on ne doit même pas se poser la question de combien ça coûte».

Jocelyne Manzoni, inspectrice de l’éducation nationale sur la circonscription, ne cache pas que cet accueil, complémentaire à la reprise de l’école dans son volet éducation et enseignement, représente «un réel coût pour les communes».
Les conventions passées entre l’Etat avec les établissements peuvent se traduire par la mise à disposition de moyens humains. Concernant les écoles d’Arc-sur-Tille, dont la collectivité locale a on l’a dit mis les moyens d’encadrement adéquats dès la semaine du 11 mai, il s’agit d’un défraiement de 110 euros par groupe et par jour.

«Ça permet aux enfants de retrouver une socialisation à l’école et en même temps, disons-le, de rassurer les parents retournant au travail, en leur montrant que l’on peut mettre leurs enfants entre des mains responsables, dans la sécurité sanitaire sans pour autant négliger les besoins pédagogiques et de socialisation», dit Jocelyne Manzoni.

8 écoles engagées à Dijon


En Côte-d’Or, 11 conventions sont signées avec autant de communes. 34 écoles sont concernées. Le dispositif a d’ailleurs été lancé ce jeudi 11 juin dans trois écoles élémentaires de Dijon (Eiffel, Lallemand et Victor Hugo) et le sera le lundi 15 juin dans cinq écoles maternelles (Montchapet, Voltaire, Château de Pouilly, Larrey et Darcy).
Le peu de mises en place du dispositif est expliqué par l’IEN de circonscription par le fait en effet que toute l’articulation 2S2C nécessite de pouvoir compiler à la fois «extension» des locaux et efforts supplémentaires sur les ressources humaines.

À Arc-sur-Tille, le site scolaire s’y prête on l’a dit, avec notamment la proximité d’une salle polyvalente et d’un gymnase, mais la volonté municipale d’assurer le dispositif 2S2C est bien soulignée.
Rectrice de l’académie de Dijon, Nathalie Albert-Moretti insiste sur le fait que les conditions sont réunies et que celles-ci expliquent les taux de retour en présentiel «exemplaires» (alors qu'il est de seulement 35% dans le 1er degré sur toute l’académie de Dijon).

«Le dispositif 2S2C suppose à chaque maire d’être vraiment pro-actif»


«Le dispositif 2S2C suppose à chaque maire d’être vraiment pro-actif. Il se met en place petit à petit et l’objectif est évidemment d’augmenter le taux des élèves en présentiel d’ici à la fin de cette année. On travaille à développer cette complémentarité», a déclaré la rectrice, avec à ses côtés Pascale Coq, directrice académique des services de l’Éducation Nationale en Côte-d’Or.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier