Recherche
> Côte d'Or > Côte d'Or
25/07/2020 13:27

ÉDUCATION : Les colos apprenantes renouvellent les séjours de vacances

Cirque, astronomie, découverte de la nature ou tout simplement moments au calme, les activités sont variées au centre de vacances Les Primprenelles. Il s'agit là d'un exemple en Côte-d'Or des Vacances apprenantes lancées par l’Éducation nationale pour établir post-confinement une passerelle avec la rentrée scolaire de septembre.
Depuis mars 2020, les longues périodes de confinement puis de déconfinement progressif ont bouleversé le quotidien des enfants et limité leur accès aux activités éducatives, sportives et culturelles. Dans ce contexte, le gouvernement a lancé en juin dernier le plan «Vacances apprenantes» devant permettre à plus de 250.000 jeunes de toute la France de bénéficier de loisirs éducatifs durant la période estivale sous la forme de colonies de vacances – les «colos apprenantes» – ou d’accueil de loisirs sans hébergement.

Les colos apprenantes sont des séjours de vacances avec hébergement d’au moins 5 jours, accueillant des mineurs de 3 à 17 ans et qui font l’objet d’une labellisation et d’un financement par l’État permettant de garantir la qualité des activités éducatives proposées aux enfants.

Dans cadre, l’État apporte aux collectivités «un soutien financier inédit de 400 euros par jeune et par semaine» comme le souligne la préfecture de la Côte-d'Or. Pour l'ensemble du département, les aides de l’État aux treize colonies apprenantes représentent près de 380.000 euros dont 240.000 euros pour les enfants de quartiers prioritaire au titre de la politique de la ville. 600 enfants sont ainsi concernés à l'échelle du département.

Des séjours à partir de 4 euros pour les familles plus modestes


Dans la Côte-d'Or, le centre de vacances Les Pimprenelles participe aux colos apprenantes. Situé à Chaux, près de Nuits-Saint-Georges, il appartient aux Pionniers de France et accueille des enfants de 6 à 13 ans habitant de Chenôve.

La municipalité de Chenôve fait le constat que beaucoup d'enfants ont été privés, durant plusieurs semaines, d'échanges en présentiel avec leurs enseignants et leurs camarades. «La période des vacances d'été doit donc être un moment privilégié pour que les jeunes renouent des liens sociaux avec d'autres jeunes de leur âge mais aussi des adultes» indique la Ville de Chenôve

Pour cet été 2020, la Ville de Chenôve a élaboré une offre complète d'activités et de loisirs qu'elle a appelé «Vacances pour tous» et qui a reçu le label «Vacances apprenantes» du ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse. La commune bénéficie ainsi d'un accompagnement financier de la part de Direction départementale de la cohésion sociale (à hauteur de 104.000 euros) et de subventions de la Direction régionales aux affaires culturelles (20.000 euros) et au titre des Accueils de loisirs sans hébergement (115.000 euros).

Ces aides budgétaires contribuent à l'effort de la Ville de Chenôve d’harmonisation de sa grille tarifaire en tenant compte des quotients familiaux afin «que ces vacances ludiques et éducatives soient accessibles au plus grand nombre». La Ville donne l'exemple d'un reste à charge de 12 euros pour un camp de trois jours aux Pimprenelles (hébergement, repas et activités compris). Même, l'aide de la CAF pour les plus modestes pour abaisser ce reste à charge jusqu'à 4 euros.

Dépayser les enfants à quelques kilomètres de chez eux


Le programme de ces vacances ludiques et éducatives est varié. Pour les familles et les enfants qui le souhaitent un soutien scolaire est proposé ; un temps qui devrait «également permettre de redonner quelques règles d'apprentissage, de socialisation et de remotiver les enfants dans la perspective de la rentrée de septembre» explique la Ville de Chenôve.

L'objectif est d'offrir la possibilité aux enfants de sortir de leur environnement immédiat, de les dépayser en restant à quelques kilomètres de leur ville. Ils peuvent ainsi pratiquer en pleine nature des activités sportives, culturelles ou encore scientifiques.

Pour mettre en œuvre son programme, la Ville de Chenôve a loué pour l'été les Pimprenelles. Le centre de vacances permet d'accéder à une offre complémentaire de loisirs, avec une composante culturelle importante, pour des activités à la journée ou lors de séjours allant jusqu'à cinq jours. Le site vient s'ajouter à la base d'équitation située à quelques kilomètres de là, à Ternant, proposant des stages avec ou sans hébergement.

La piste aux étoiles sur les hauteurs de Nuits-Saint-Georges


Le centre de vacances Les Pimprenelles situé à Chaux accueille des enfants habitant Chenôve pour des séjours de trois à cinq jours. Pour les nuitées, le bâtiment est complété par une grande tente installée dans le parc arboré.

Deux fois dans la semaine, les Pimprenelles reçoivent aussi à la journée une vingtaine d'enfants inscrits dans les trois centres de loisirs cheneveliers. L'aller-retour se faisant rapidement entre les hauteurs de Nuits-Saint-Georges et la périphérie de Dijon.

Les animateurs veillent à ce que les deux groupes ne se croisent pas pour éviter le brassage des enfants dans le cadre des mesures sanitaires. Une attention particulière est portée à l'hygiène des mains et tous les adultes portent un masque dans l'enceinte du centre. De plus, les locaux sont désinfectés régulièrement.

Pour renforcer les apprentissages ludiques de cet été 2020 tout en préparant la rentrée scolaire de septembre, la Ville de Chenôve a fait installer un chapiteau dans le parc du centre et a proposé une résidence artistique à la compagnie de cirque Rikiki gérée par Axel Sarrot. Les enfants travailleront ainsi tout particulièrement les aspects de motricité.

À d'autres moments seront proposés des ateliers scientifiques comme une initiation à l'astronomie avec la Société Astronomique de Bourgogne afin de varier les activités mais aussi les postures. Ces ateliers placent les élèves dans des situations proches de celles connues à l'école mais dont ils ont été éloignés durant le confinement. Il s'agit ainsi de les rapprocher progressivement de l'univers scolaire avec, de surcroît, pour les familles qui le souhaitent, des temps de soutien.

«On fait beaucoup d'activités dans la nature»


Dans la semaine du 20 au 26 juillet, dix enfants sont accueillis aux Primprenelles pour un séjour. Le centre de vacances peut accueillir jusqu'à 14 enfants dans le respect des règles sanitaires. De petits groupes permettent «de faire un travail individuel avec les enfants, de se concentrer sur leurs demandes et préparer de grosses activités» explique Anthony Dubuisson, directeur des Pimprenelles.

Les âges des enfants font qu'il est parfois délicat de leur proposer d'effectuer un séjour de plusieurs nuitées en dehors du domicile et sans la famille aussi, les séjours à la journée permettent-ils de découvrir le centre de vacances et de donner l'envie de revenir plus longuement. C'est déjà le cas pour un enfant venu une journée en tout début d'été et présent pour cinq jours cette semaine.

Anthony Dubuisson détaille une journée type d'un séjour aux Primprenelles : lever à partir de 7h30 jusqu'à 9h, petit-déjeuner, hygiène, activités de 9h30 à 11h30, déjeuner, temps de calme, activités de 14h30 jusqu'à 16h30, temps libre, hygiène, dîner et veillée jusqu'à 22h. «On fait beaucoup d'activités dans la nature» explique le directeur, «on leur apprend tout ce qu'il y a dans la forêt, ils font des cabanes

Les enfants passant une seule journée arrivent eux de Chenôve vers 10h30 et suivent les activités prévues par les animateurs habituels du centre de loisirs. Ils sont en autonomie tout en ayant, eux aussi, accès au chapiteau pour deux heures de cirque. Les animations à l'extérieur sont privilégiées compte tenu du parc arboré – une grande salle offre une solution de repli en cas de pluie – afin de passer de bonnes vacances en toutes circonstances.

Jean-Christophe Tardivon

La colonie de vacances, un antidote au communautarisme selon le préfet