Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Côte d'Or > Côte d'Or
12/01/2023 14:12
4507 lectures

ÉNERGIE : «L'inquiétude est totale», signale l'hôtelier Médéric Fauchille

Vice-président de l'UMIH 21, Médéric Fauchille gère deux établissements à Beaune. Venant de renouveler un contrat d'électricité avec EDF, il a déclaré, ce jeudi 12 janvier, n'avoir pourtant aucune visibilité sur les charges d'énergie en 2023.
Ce jeudi 12 janvier 2023, à Dijon, s'est déroulée la cérémonie des vœux de la fédération de Côte-d'Or de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (UMIH 21) au cours de laquelle le président Patrick Jacquier a partagé son inquiétude devant la hausse du coût de l'énergie : «nos fonds de commerce sont en péril».

En marge de la cérémonie, Médéric Fauchille, vice-président chargé de l'hôtellerie indépendante et gérant de quatre établissements dont l'Hôtel Mercure et le Greet Hôtel à Beaune, a apporté son éclairage sur l'augmentation de ces charges.


Avec respectivement 40 et 15 salariés, les deux entreprises en question correspondent à des PME et se retrouvent au-delà des critères gouvernementaux pour bénéficier du prix moyen garanti de 280 euros par MWh.

«J'ai fait des budgets à vue»


«On ne sait toujours pas à l'instant T combien nous allons payer d'électricité cette année», a alerté celui qui a renouvelé son contrat d'approvisionnement en électricité auprès d'EDF au 1er janvier dernier. «C'est un truc de dingue ! J'ai fait des budgets à vue, sans savoir. L'inquiétude est totale.»

«Cela représente entre 5 et 10 euros potentiellement par chambre de prix à additionner pour le client si on veut simplement assumer cette charge», a-t-il ajouté. Et de prévenir : «cela ne va pas être une surprise de voir les prix de l'hôtellerie exploser».

«Former à l'économie d'énergie nos salariés sans oublier d'éduquer les clients»


«La situation nous oblige à drastiquement rechercher des sources d'économies d'énergie», a signalé Médéric Fauchille. «On respecte les mesures gouvernementales : 19 degrés dans notre établissement – certains clients assis à table vont trouver cela un peu juste donc on adapte au moment du service –, des enseignes et des façades éteintes à partir de minuit donc l'établissement n'est plus visible alors que les clients arrivent potentiellement 24 heures sur 24, les rénovations sont obligatoires – quand on en a les moyens post-Covid – pour passer en 100% LED, pour mettre des moyens de détection de mouvement de l'ensemble de l'éclairage qui resterait allumé et former à l'économie d'énergie nos salariés sans oublier d'éduquer les clients.»

Propos recueillis par Jean-Christophe Tardivon

«Nos fonds de commerce sont en péril», alerte Patrick Jacquier dans le secteur de l'hôtellerie-restauration


Les bars de nuit de la place de la République à Dijon envisagent d'évoluer en discothèques


«Il ne doit pas y avoir une entreprise qui reste sans assistance», assure Franck Robine au sujet de la hausse du coût de l'énergie


Le dispositif gouvernemental pour accompagner les entreprises face aux hausses des prix de l’électricité et du gaz



Infos-dijon.com - Mentions légales