> Côte d'Or > Côte d'Or
28/07/2020 20:47

EXPOSITION : Au coeur du chaudron gaulois avec le MuséoParc Alésia

Avant des travaux qui vont complètement transformer l'exposition permanente durant l'hiver prochain, le centre d'interprétation de la bataille d'Alésia présente une exposition temporaire qui emmène «Dans les cuisines d'Alésia» jusqu'au 30 novembre.
Constatant un réel engouement pour les animations portant sur l'alimentation de l'Antiquité, l'équipe du centre d'interprétation a eu l'idée de concevoir une exposition sur les questions culinaires en s'appuyant uniquement sur les nombreuses découvertes archéologiques faites sur le site d'Alésia.

Après quelques tracas liés à la crise sanitaire, l'exposition est bel et bien accessible au public moyennant quelques précautions très contemporaines. Par exemple, du gel hydroalcoolique est proposé à proximité des écrans tactiles pour les jeux interactifs. Les visites top chrono se font en petits groupes. Le port du masque est obligatoire.

«On n'a pas retrouvé de listes de courses ni de livres de cuisine»


Les Gaulois n'ont pas laissé de traces écrites. «On n'a pas retrouvé de listes de courses ni de livres de cuisine» indique avec humour Michel Rouger, directeur du MuséoParc Alésia. Néanmoins, les récits romains et grecs apportent des témoignages sur la vie en Gaule qui sont corroborés par les découvertes archéologiques.

Cette exposition sur les cuisines d'Alésia est conçue par Mathilde Le Piolot-Ville et Maud Goldscheider avec le conseil scientifique de Fabienne Creuzenet de l'Université de Bourgogne. La scénographie est signée par Marion Golmard et les dessins par Héloïse Chochois.

Les collections présentées relèvent principalement de l'époque gallo-romaine. Les objets archéologiques, malgré les siècles qui nous séparent de leurs usagers, permettent d'apporter des réponses très concrètes sur l'alimentation des Gaulois, des Romains et de l'hybridation qui en a résulté. Quels aliments consommaient les Gallo-Romains ? Comment étaient-ils conservés ? Comment étaient préparés les plats ? De quelle façon se déroulaient les repas ?

L'alliance du chaudron gaulois et du mortier romain


On estime la population d'Alésia à 5.000 habitants. Il y avait sans doute plusieurs quartiers d'habitation et de nombreuses maisons où l'on préparait la cuisine, une activité liée à chaque famille. Le foyer et son chaudron occupant la pièce centrale. Plusieurs chaudrons ont donc été retrouvés dans les fouilles et l'exposition en présente quatre.

Le chaudron gaulois suspendu à une crémaillère le mortier romain étant alors des instruments indispensables à ce qui est devenue la cuisine gallo-romaine. «Les deux cultures ont gardé ce qui marchait bien dans l'une et dans l'autre» souligne Michel Rouger.

Certains noyaux de fruits ont pu être conservés jusqu'à leur découverte car ils avaient été carbonisés en étant à proximité d'un foyer. Quand aux arêtes de poisson, leur présence est due à la minutie et au regard acéré des archéologues travaillant sur le site d'Alésia. Bien sûr, des ossements de vertébrés retrouvés dans les fossés d'offrandes des banques gaulois sont aussi mis en valeur pour évoquer la variété du régime alimentaire. De la vaisselle de table est exposée pour imaginer le décorum des repas de la haute société avec des pots en terre cuite et même quelques carafe en verre.

Un dernier espace fait le lien avec la Bourgogne d'aujourd'hui en présentant des productions d'entreprises locales. Les anis de Flavigny rappellent que la graine d'anis voyageait déjà durant l'Antiquité. Pour la sucrosité, les Romains connaissaient un équivalent des pains d'épices Mulot & Petitjean. «Le chaudron gaulois était l'ancêtre de la cocotte-minute de SEB» s'enthousiasme le directeur du MuséoParc Alésia.

Refonte complète de l'exposition permanente


Toujours accessible cet été, l'exposition temporaire fermera début novembre pour des travaux portés par le conseil départemental de la Côte-d'Or représentant un budget de 2,3 millions d'euros.

Après un cycle de dix ans, la scénographie sera complètement revue d'ici avril 2021 par l'agence Clémence Farrell pour une exposition évoquant encore plus la dimension gallo-romaine d'Alésia. La fameuse entrée des guerriers gaulois et romains sera donc remplacée et les collections du musée municipal d'Alise-Sainte-Reine retrouveront un public.

Jean-Christophe Tardivon

Informations pratiques

«Dans les cuisines d'Alésia»
Jusqu'au 30 novembre

Animations MuséoFab et Estivales tout l'été
Week-end Pax Romana les 14 et 15 août
Fantastic Picnic le 13 septembre
Journées européennes du patrimoine les 19 et 20 septembre

Horaires
En juillet et août : de 10h à 19h
En septembre et octobre  : de 10h à 18h
En novembre et décembre : de 10h à 17h

Tarifs indicatifs (hors Estivales)
8 € pour un adulte,
10 € avec les vestiges
4,50 € pour les juniors,
6 € avec les vestiges
Tarifs scolaires et groupes sur le site internet