Recherche
POUR JOINDRE INFOS-DIJON
redaction.infosdijon@gmail.com (à privilégier)
SMS et MMS au 07 86 17 77 12
> Côte d'Or > Côte d'Or
20/09/2020 20:05

JOURNÉES DU PATRIMOINE : La Tour de Saussy bénéficie de l'éclairage de la Mission Stéphane Bern

Située en milieu rural, la tour de Saussy a attiré des visiteurs en pays de Saint-Seine ce samedi 19 septembre. Les défenseurs du premier château d'eau de France ont bénéficié d'espaces favorables aux promenades et de l'intérêt pour le choix en Côte-d'Or de la mission de Stéphane Bern sur le patrimoine en péril.

En 2018, «une vingtaine d'habitants du village se lamentaient de voir leur tour se dégrader». Ils créent alors l'Association pour la Sauvegarde et l'Aménagement de la Tour de Saussy (ASATS) comme le raconte le président de l'association, André Béal. Aujourd'hui, l'association compte 70 adhérents dont environ la moitié des adultes parmi les 104 habitants du village.

Pour ces Journées européennes du Patrimoine, les visiteurs ont pu découvrir un stand d'accueil aux couleurs du Pays de Saint-Seine avec des informations, une buvette et des souvenirs. Des visites guidées étaient aussi proposées ainsi qu'une chasse au trésor pour les enfants, sans oublier des promenades dans la calèche de Céline et Toscane. Ce samedi 19 septembre 2020, le site a notamment reçu la visite de la conseillère départementale Patricia Gourmand manifestant ainsi l'intérêt du Département.
La tour de Saussy est considérée comme le premier château d'eau de France, qui plus est doté d'une pompe relevante animée par une éolienne située au sommet. Elle a été construite en 1879 par Paul Bredin, un industriel lyonnais, afin d'alimenter son château destiné à recevoir ses amis pratiquant la chasse à courre. D'une hauteur de 25 mètres, il s'agit d'un tronc conique dont les murs à la base font 2,70 mètres d'épaisseur. La citerne d'eau a une capacité de 70.000 litres. Le château d'eau a ainsi fonctionné une trentaine d'années.

«Entrer dans une autre dimension» grâce à la Mission Stéphane Bern


Dès sa création, l'ASATS est entrée en contact avec la Fondation du Patrimoine afin de mettre en avant un bâtiment relevant des innovations de l'architecture industrielle du XIXème siècle. À l'automne 2018, la fondation a ouvert le site à souscription. Ainsi, les donateurs peuvent à la fois bénéficier des avantages fiscaux afférents et flécher leur don en direction de la tour de Saussy.

La tour appartient aujourd'hui à un particulier qui a en hérité en dédommagement de dettes laissées par l'ancienne propriétaire du château de Saussy détruit en 1998 par un incendie qu'elle avait provoqué. Ce propriétaire a cédé un bail emphytéotique à l'ASATS.

L'urgence pour l'association est de pouvoir procéder à la sécurisation de la tour qui pourrait être détériorée par une tempête voire provoquer des dégâts ou des blessées par des chutes d'éléments. Si le parement extérieur pose quelque souci, «l'intérieur est nickel» souligne André Béal.

Ensuite, il s'agit de réaliser une étude préalable et un diagnostic d'architecte afin d'envisager les travaux de restauration à effectuer. «Notre sélection à la Mission Bern nous a fait pousser un 'ouf' de soulagement car ça va nous permettre d'entrer dans une autre dimension» indique André Béal. Reconnaissance départementale, reconnaissance nationale et retombées financières sont à présent attendues.

Une prouesse technique du XIXème siècle


«La Fondation du Patrimoine s'intéresse à tous les patrimoines» signale Stéphane Ménégon, chargé de mission de la fondation. «C'est un patrimoine architectural parce que le bâtiment impressionne par sa puissance et la qualité de la maçonnerie mais c'est avant tout une prouesse technique» signale-t-il à propos de ce château d'eau situé en milieu rural.

En 2018, devant l'intérêt du dossier, la Fondation du Patrimoine a donc apporté son aide en matière d'ingénierie de projet. La fondation a indiqué à l'association des architectes du patrimoine et l'ASATS a sélectionné un duo côte-d'orien : Fabien Drubigny et Isabelle Blondin. D'ici la fin de l'année, la fondation accompagnera l'association en vue d'affiner son plan de financement et connaître ainsi ses besoins.

Les retombées de l'offre de jeux Mission Patrimoine


En 2020, après proposition par la Fondation du Patrimoine, la Mission Stéphane Bern a retenu la tour de Saussy parmi les cent sites qui constituent un maillage du territoire national. Il y a un site par département et un site dit «emblématique» par région (retrouver les sites départementaux en Bourgogne-Franche-Comté).

Au lancement du Loto du Patrimoine, en 2018, c'est un site de Côte-d'Or qui a été choisi comme emblème : le château de Bussy-Rabutin. Cette année, le site emblématique de la Bourgogne-Franche-Comté est le plus ancien temple protestant de France, à Montbéliard, dans le Doubs.

Les financements qui seront apportés à la tour de Saussy proviendront en partie de l'offre Mission Patrimoine 2020 de la Française des Jeux : tickets à gratter illiko de 15 euros et cinq tirages du Loto dont le dernier a eu lieu ce 19 septembre durant les Journées européennes du Patrimoine. En 2019, FDJ a reversé 25 millions d'euros (lire le communiqué).

Les sites emblématiques reçoivent des fonds importants. Par exemple, le temple Saint-Martin à Montbéliard reçoit cette année 500.000 euros. En 2018, le château de Bussy-Rabutin a reçu 200.000 euros. Les sites départementaux reçoivent des financements pouvant aller jusqu'à quelques dizaines de milliers d'euros. Le montant définitif sera attribué au début de l'année 2021 en fonction de l'engouement de la population pour le Loto du Patrimoine 2020.

Des retombées locales


Une dimension économique est associée à la démarche de la Fondation du Patrimoine et de la Mission Stéphane Bern puisque les travaux effectués sur les différents sites patrimoniaux partout en France seront commandités auprès d'entreprises locales. En 2019, en Bourgogne-Franche-Comté, la Fondation du Patrimoine a réalisé 350 opérations de sauvegarde apportant 2,8 millions d'euros sur les 30 millions d'euros correspondant aux travaux engagés et permettant de créer 900 emplois.

À Saussy, la première phase de sécurisation, réalisée en 2019, a coûté 1.700 euros. La seconde phase qui commencera dès la fin septembre est estimée à 7.000 euros. Dans les deux cas, l'association puise dans ses fonds propres.

«Le patrimoine, c'est peut-être l'avenir»


En dehors du Loto du Patrimoine, il reste possible d'effectuer un don à la tour de Saussy au travers de la Fondation du Patrimoine. «Nos mécènes donnent 20, 50, 80 euros et c'est en faisant de petits dons qu'au final, cela représente des sommes importantes» indique Stéphane Ménégon.

Du côté de la fondation, on attire l'attention sur l'actualité des problématiques soulevées par les sites patrimoniaux : «on a l'impression que le patrimoine c'est quelque d'ancien, mais ces vieilles pierres nous interrogent sur des questions contemporaines. Ici, c'est la gestion de l'eau. À d'autres endroits, cela va être l'isolation des bâtiments. Quand on regarde un bâti ancien, une vieille ferme n'est jamais construite par hasard : l'orientation, le fait de faire pousser des arbres pour protéger des vents dominants, c'est quelque chose que l'on a complètement oublié. Quand on étudie le bâti ancien, on se pose des questions qui reviennent au goût du jour. Le patrimoine, c'est peut-être l'avenir».

Jean-Christophe Tardivon