Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Côte d'Or > Côte d'Or
20/06/2022 04:19
5903 lectures

LÉGISLATIVES : René Lioret envisage la «normalisation» du Rassemblement National

Le délégué départemental du parti de Marine Le Pen considère qu'«il y a de belles opportunités pour les années à venir», en songeant notamment aux municipales de 2026.
Le délégué départemental du Rassemblement National réagit ce dimanche 19 juin 2022 à sa propre défaite sur la cinquième circonscription ainsi qu'à celle de Jean-Marc Ponelle sur la quatrième.

«Nous sommes éliminés. Mon collègue sur la quatrième circonscription avec tout de même 40% des voix, ce qui est exceptionnel sur une circonscription où nous n'avions même pas figuré au deuxième tour il y a cinq ans et face à un candidat des Républicains qui est en place depuis des années.»

«En ce qui me concerne, en me qualifiant avec 10.000 voix, c'est une progression de 3.000 voix par rapport à il y a cinq ans. Là, je réalise 17.000 voix, c'est une progression de 7.000 voix par rapport au [premier] tour. Donc le Rassemblement National n'est plus qu'à 3.000 voix de Monsieur Paris qui gagne cette élection.»


Un vote Rassemblement National «certains pour la première fois»


«La progression en voix, c'est important parce que les électeurs ont mis un bulletin Rassemblement National, peut-être certains pour la première fois. Je pense aux électeurs du capitaine [Hervé] Moreau qui avait rejoint ma candidature mais aussi des électeurs LR qui ont eu à choisir entre le candidat LaRem et moi et qui ont voté pour moi, peut-être aussi des [électeurs] d’Éric Zemmour.»

«La cinquième circonscription de Côte-d'Or sera perçue comme un coup de tonnerre et peut-être déjà un premier pas vers une normalisation de notre parti. Un parti qui ne voit pas d'ennemi à droite sur cette circonscription. (…) Il y a de belles opportunités pour les années à venir.»

«On peut cranter pour les municipales, on peut préparer les prochaines élections législatives dès à présent. Cinq ans, c'est très court. Le succès vient surtout des échanges. Je suis prêt à parler avec tout le monde. Je n'ai pas d'ambition politique particulière, je veux seulement que la société française soit mieux gérée et que les Français soient plus heureux.»

«Nous sommes le premier parti d'opposition»


Au niveau national, «on multiplie par dix le nombre de députés. 90 députés, c'est 30 de plus qu'il n'en faut pour voter une motion de censure. Pour proposer des référendums d'initiative partagée, il faut 185 députés et sénateurs. Quand on a déjà 90 députés Rassemblement National, on a fait la moitié du chemin. Il faudra parler avec d'autres si on veut sanctionner le gouvernement.»

«Je pense qu'il faut revoir complètement notre système électoral.»

«La NUPES, n'est pas un parti politique. C'est un conglomérat de partis, on pourrait presque dire un cartel de partis politiques. Dès demain, ces partis vont retrouver leur originalité. (…) Ils sont en désaccord sur des points extrêmement importants. (…) Nous sommes le premier parti d'opposition.»

Propos recueillis par Jean-Christophe Tardivon

Les enseignements du second tour des législatives en Côte-d'Or


14 députés pour Ensemble, 6 pour LR, 5 pour le RN et 2 pour la NUPES élus en Bourgogne-Franche-Comté


La NUPES arrive en tête à Dijon lors des élections législatives



Infos-dijon.com - Mentions légales