Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Côte d'Or > Côte d'Or
31/05/2024 03:59
6585 lectures

NUMÉRIQUE : François Sauvadet annonce la création d'un «cloud souverain» départemental

Intelligence artificielle, informatique en nuage et réseau local à très haut débit... Ces enjeux de souveraineté numérique étaient au cœur de la conférence-débat proposée aux maires, ce jeudi 30 mai, à Arceau.
«La Côte-d'Or est déterminée à être au rendez-vous de l'avenir malgré les difficultés du temps présent», a déclaré le président du conseil départemental.
La traditionnelle Rencontre des maires de Côte-d'Or, organisée par le conseil départemental, ce jeudi 30 mai 2024, à Arceau, a fait l'objet d'annonces par le président de la collectivité François Sauvadet (UDI).

Le 11 mars dernier, a été présenté le nouveau bâtiment en cours de construction dans le quartier de la Toison d'or, à Dijon, qui vise à «faire coïncider l'exigence du service public avec la qualité de vie au travail» des agents du Département (lire notre article).


Ce jeudi, le président du Département a donné des indications sur l'évolution du service public en matière de numérique, notamment en ce qui concerne les maires mais également pour l'ensemble des habitants.

En particulier, le centriste a insisté sur la «révolution» technique de l'intelligence artificielle et a annoncé la création d'un «cloud souverain» dont le Département sera propriétaire.

En marge de la conférence, François Sauvadet a répondu aux questions d'Infos Dijon.

«Il faut préparer l'avenir»


Pourquoi le Département s'empare-t-il de sujets ayant trait à la filière numérique ?

François Sauvadet : «Il y a un enjeu considérable. On est face à des défis énormes. Il y a les problèmes du quotidien, de financement et tous les Départements connaissent de lourdes difficultés avec une explosion de la dépense sociale, suite à la précarité, aux crises qu'on a traversées, celle que l'on a encore aujourd'hui, avec le coût d'énergie, le coût de l'alimentation, mais, en même temps, il faut préparer l'avenir.»

«À quoi aspirent les gens ? C'est de pouvoir avoir les services de proximité pour leur permettre de vivre là où ils ont choisi de vivre avec un monde en plein bouleversement, notamment l'arrivée du télétravail.»

Le Département compte «organiser» les données des communes, les traiter par intelligence artificielle et les «protéger» dans un cloud lui appartenant


«Nous avons décidé de pas laisser le choix de l'avenir d'autres, notamment à des opérateurs privés, Google et autres, donc on a décidé de travailler ensemble à ce que toutes les données que nous avons en partage, nous puissions nous-mêmes les mettre en mouvement pour leur permettre de prendre des décisions.  Je l'ai proposé aux maires ce soir, ils ont eu un grand enthousiasme.»

«Très concrètement, on a connu des inondations lourdes. On peut modéliser tout cela pour permettre aux maires, aux services de secours et à nos propres services de pouvoir intervenir prioritairement dans les endroits où on aura déceler qu'il là un risque plus particulier en cas  de désordre climatique.»

«On peut gérer l'eau, l'électricité l'énergie, beaucoup mieux que nous le faisons en maîtrisant la donnée. Or, chaque commune ne pourra par le faire donc on a décidé de créer un cloud souverain. C'est à dire que l'on va récupérer leurs données, en fonction de ce que les maires souhaiteront, on va les organiser par l'intelligence artificielle, les protéger dans un cloud souverain que l'on va installer à Beaune parce que nous avons là-bas des locaux adaptés, qui sera un vrai cloud, c'est-à-dire un endroit de protection de données [NDLR : le cloud est une méthode de stockage de données recourant à l'informatique en nuage, c'est à dire à des sites de serveurs connectés appelés data centers], et puis on leur restituera la donnée qui leur sera accessible et qu'ils restitueront à la population comme ils le souhaiteront.»

«On est en train de franchir une étape énorme pour préparer les 10-15 ans qui sont devant nous, en mettant à la disposition des maires tous les outils de l'intelligence artificielle. On est en train de vivre une révolution, soit on la subit, soit on s'y prépare, soit on l'organise nous-mêmes.»

«À nous d'organiser la donnée pour la proposer aux habitants, aux visiteurs et aux touristes»


Vous avez signalé aux maires que la maîtrise de la donnée constituait un pouvoir. Est-ce un enjeu de souveraineté pour une collectivité ?

François Sauvadet : «On voit bien le débat, au plan international, concernant la maîtrise des données de Google. Aujourd'hui, vous cherchez une information sur tel ou tel produit commercial, par exemple un salon de jardin, vous allez avoir sur Google tous les salons de jardin de la planète qui vont apparaître.»

«Dans le management de nos services, nous avons des données considérables : des données géographiques, des données architecturales ou encore des données touristiques. Est-ce qu'on va laisser à des opérateurs du genre Trip Advisor ou d'autres le monopole de tout cela ? Non !»

«On a toute la donnée, à nous de l'organiser pour la proposer aux habitants, aux visiteurs et aux touristes. C'est une révolution qui concernera tous les secteurs de la vie. La Côte-d'Or est déterminée à être au rendez-vous de l'avenir malgré les difficultés du temps présent.»

«C'est notre devoir. Qu'est-ce qu'on va offrir à nos enfants demain dans un monde en tel bouleversement ? J'ai ouvert une voie d'avenir. Je suis très heureux d'ailleurs parce que j'ai observé qu'il y avait un grand intérêt parmi les 600 maires qui étaient là. Déjà, une quinzaine de maires sont prêts à s'engager pour faire des boucles numériques [NDLR : un réseau fibré local pouvant être déconnecté d'Internet en cas de cyberattaque] pour la gestion de leurs fluides, de leur eau.»

«On va commencer avec eux et, l'an prochain, on aura la première restitution de l'expérimentation que nous avons engagée. On y travaille depuis des années, même, on a fait beaucoup d'efforts. Dans tous nos collèges dans le département, on va être capable de maîtriser la moindre fuite ou le moindre robinet ouvert dans un collège pour éviter les fuites.»

«On est capable d'aller très au-delà. Il faudra le faire en préservant les libertés individuelles, c'est un enjeu national et international.»

Propos recueillis par
Jean-Christophe Tardivon

«Celui qui maîtrise l'eau et la donnée a le pouvoir pour demain», résume François Sauvadet



Infos-dijon.com - Mentions légales