Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Côte d'Or > Côte d'Or
29/04/2021 17:41

RÉGIONALES : Le Rassemblement National dévoile les premiers colistiers côte-d'oriens

Plusieurs colistiers ont été annoncés ce jeudi 29 avril dont une étudiante. «Nous sommes engagés pour les nouvelles générations, pour que la Bourgogne-Franche-Comté soit une région prospère», a revendiqué Julien Odoul. Le candidat a également commenté les événements de campagne de listes concurrentes.
Le Rassemblement National fait un pas en avant ce jeudi 29 avril 2021 en annonçant les premiers noms des Côte-d'Oriens qui seront sur la liste conduite par Julien Odoul pour les élections régionales en Bourgogne-Franche-Comté les 20 et 27 juin prochains.

La stratégie du parti de Marine Le Pen est de mener de front les campagnes pour les départementales et les régionales afin de maximiser l'engagement des candidats.

«Madame Dufay part en croisade contre le Rassemblement National»


Alors que la présidente sortante du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a officialisé sa candidature, Julien Odoul rappelle sa lecture de ce début de campagne de Marie-Guite Dufay (PS) : «faire barrage au Rassemblement National, c'est totalement déconnecté des enjeux actuels, des souffrances de nos compatriotes qui attendraient mieux de la part de celle qui a présidé le conseil régional depuis la fusion» (lire le communiqué).


«Madame Dufay part en croisade contre le Rassemblement National» mais «nous ne faisons pas campagne contre Madame Dufay», déclare Julien Odoul même s'il se dit «à mille lieux des politiques qu'elle a mis en œuvre depuis cinq ans. Le candidat préfère rappeler ses propositions sur la sécurité (lire notre article) et sur le fait que la Région devienne un «bouclier social».

«La majorité des électeurs de Debout La France rejoignent le Rassemblement National»


«Monsieur Platret joue au bal masqué», s'amuse Julien Odoul, «il pense qu'en mettant un masque patriote, un masque souverainiste, il va pouvoir capter des électeurs du Rassemblement National». Le candidat des Républicains a effectivement annoncé que seraient colistiers des membres de Debout La France, le parti de Nicolas Dupont-Aignan qui avait soutenu Marine Le Pen en 2017 avant de prendre ses distances.

«Il y a un problème de cohérence, un problème de conviction qui est évident», analyse Julien Odoul qui évoque «l'alliance de la carpe et du lapin» avec des adhérents de Debout La France «soi-disant souverainistes», des «gens qui se revendiquent contre l'immigration», des «macronistes bon teint» d'Agir la droite constructive, des centristes et des «LR qui ont soutenu Macron». «Quelle peut être la politique de gens aussi différents sur le papier ?», fait-il mine de s'interroger.

«Nous sommes dans la cohérence, dans la conviction» avec «un rassemblement sans reniement, sans marchandage» a beau jeu de déclarer la tête de liste qui a passé un accord avec l'Avenir Français (lire notre article). Et de reprendre l'antienne de Jean-Marie Le Pen : «j'appelle ses électeurs, préférez l'original à la copie, (…) votez pour la seule liste qui peut battre la gauche». «Il sera au pied du mur au soir du premier tour : est-ce qu'il va soutenir notre liste au second tour s'il est en tête ?» lance Julien Odoul qui envisage de «discuter» si jamais c'était le cas.

Concernant les électeurs de Debout La France, Julien Odoul est confiant : «la majorité des électeurs de Debout La France rejoignent le Rassemblement National, il n'y a  aucun problème». Pour sa part, Jean-Philippe Tanguy, coordinateur national de l'Avenir Français avait précédemment estimé qu'il n'y avait plus «aucune différence essentielle de programme et de valeurs entre DLF et le RN» (lire le communiqué).

Le candidat appelle surtout à «lutter contre l'abstention» : «c'est un des derniers pouvoirs que l'on a. Nos électeurs, s'ils vont voter, nous font gagner. Cette victoire est tout à fait possible. On est peut être à l'aube d'un moment historique. Le contexte actuel est extrêmement favorable».

«Une justice sociale avec des contreparties justes»


Avec les premiers noms de la liste en Côte-d'Or, Julien Odoul veut «impulser le renouvellement des générations, des profils. L'objectif est de permettre à notre liste d'avoir toutes les compétences pour gérer la collectivité. (…) Nous avons vocation à représenter toutes les sociologies, tous les secteurs d'activité».

Après Olivier Damien, ancien commissaire divisionnaire de la Police nationale, un nouvel atout apparaît, dans le champ social cette fois, en la personne de Dominique Bourgois, actuellement retraité et président bénévole depuis 2016 du comité régional d'Action Logement, qui revendique «une justice sociale avec des contreparties justes».

Dominique Bourgois a 65 ans, ancien dirigeant d'entreprises «d'envergure nationale», il siège au tribunal de commerce de Dijon après avoir été élu de la CCI de Saône-et-Loire et de la CCI régionale. Il est également administrateur de Grand Dijon Habitat et membre du MEDEF 21.

Sa présence sur la liste du Rassemblement National reflète «un engagement ancien» : «tout au long de ma vie professionnelle, j'ai eu l'occasion de montrer mon attachement à la France, à sa souveraineté». Le colistier évoque son parcours : engagé volontaire durant dix ans dans l'armée, cadre du corps national des préfectures ayant officié dans la défense civile et économique ou encore dans le contentieux des étrangers avant une carrière dans le privé.

Par le passé, Dominique Bourgois a été conseiller municipal de Saint-Nom-la-Bretèche (Yvelines) avec l'étiquette divers droite. «Le Rassemblement National est au perron du pouvoir, il ne lui reste plus qu'à franchir la porte», estime aujourd'hui le colistier, «il y en face un front uni qui continue un combat d'arrière garde pour sauvegarder ce qui peut l'être» dans «une France qui se consume, qui est fracturée», arrivant «au bout d'un système usé».

«Je pense pouvoir représenter les femmes mais également les étudiants»


Mélanie Fortier a 23 ans, est étudiante en Langues étrangères appliquées à l'université de Bourgogne. Son engagement politique date d'il y a quelques mois : «j'ai rejoint le RN pour plusieurs raisons notamment la hausse de l'insécurité dans la région et particulièrement en ce qui concerne les femmes qui vivent avec ce sentiment d'insécurité permanent et, pour moi, le RN est le seul parti qui s'intéresse vraiment aux causes de cette insécurité». «Je pense pouvoir représenter les femmes mais également les étudiants car, en tant qu'étudiantes, mes préoccupations se portent sur la condition de vie des étudiants», ajoute la colistière.

Après cette présentation, Julien Odoul reprend rapidement la parole pour assurer que «les étudiants, c'est une catégorie à part entière, c'est un groupe à part dans la société avec des codes, avec un mode de vie, avec des difficultés qui sont partagées (…) et notamment les plus précaires qui ont étés impactés». Le candidat voit là «un vécu qui mérite d'être porté au sein du conseil régional».

«Au Rassemblement National, nous sommes le parti de la jeunesse», revendique Julien Odoul, «le parti qui a fait élire la plus jeune députée de la République, le plus jeune sénateur de la République. Le parti qui avait la tête de liste aux européennes la plus jeune. Nous faisons confiance aux jeunes». «Nous sommes engagés pour les nouvelles générations, pour que la Bourgogne-Franche-Comté soit une région prospère, qui attire les jeunes et qui permette à nos jeunes de s'épanouir», poursuit-il.

«Une équipe véritablement renouvelée» pour les départementales


Colistier en Côte-d'Or pour ces régionales, René Lioret est le délégué départemental du Rassemblement National. Il a ainsi préparé également les élections départementales. Alors que la Côte-d'Or compte 23 cantons, le RN présentera 21 binômes «avec toutes les professions» : ouvriers, artisans, avocats, soignants et même des policiers en activité.

Sur les 42 candidats, 10 ont entre 21 et 24 ans. Même s'il y a quelques noms qui ont participé à la campagne de 2015, il s'agit d'«une équipe véritablement renouvelée», selon René Lioret.

Parmi les premiers noms, Dominique Bourgois est candidat à Brazey-en-Plaine, Mélanie Fortier à Chevigny-Saint-Sauveur, David Tréca à Longvic, Jérémy Dameron et Grâce Jourdier à Semur-en-Auxois ainsi que Shafic El Sibai à Chenôve.

Jean-Christophe Tardivon


















Infos-dijon.com - Mentions légales