Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Côte d'Or > Côte d'Or
23/05/2021 18:57

RÉGIONALES : «On est la génération qui va vivre les 6° d'écart entre la naissance et la fin de vie», alerte un jeune colistier de Stéphanie Modde

Après une annonce de l'ensemble de la liste régionale en visioconférence le 8 mai dernier, une partie des colistiers en Côte-d'Or se sont présentés ce samedi 22 mai.
Après un accident de vélo qui l'a tenue éloignée quelques temps des actions de campagne, Stéphanie Modde se relance à mobilité réduite mais sans perdre en détermination.

Ce samedi 22 mai 2021, ses colistiers de Côte-d'Or se sont présentés tour à tour dans une ambiance joyeuse tandis que la tête de liste a dit quelques mots au sujet des absents.

Jean-Christophe Tardivon

«Mettons en place les moyens pour que chaque jeune puisse réussir», propose Stéphanie Modde



«Les écologistes ne recherchent pas le problème mais la solution», affirme Stéphanie Modde



Âgée de 52 ans, Stéphanie Modde a été conseillère régionale de 2004 à 2010, siégeant dans la majorité du socialiste François Patriat. En 2015, la liste écologiste n'est pas qualifiée pour les second tour. Élue conseillère municipale à Dijon en 2008 dans la majorité du socialiste François Rebsamen, elle devient adjointe au maire en 2014. Prenant ses distances avec le PS, Stéphanie Modde préside un groupe d'«opposition constructive» depuis les élections municipales de 2020.
 

Fabien Robert, âgé de 48 ans, est originaire de la plaine de Saône et habite Dijon «depuis plus de vingt ans». Il est en couple avec une psychologue et a une fille étudiante. Le foyer a progressivement vu arriver trois chiens et sept chats. Fabien Robert préside depuis onze ans l'association de défense de la cause animale Combactive. Engagé au sein de l'Alliance écologiste indépendante, il est à présent codélégué régional de Cap Écologie après la fusion avec Cap 21. Il siège dans le groupe des Écologistes et citoyens au conseil municipal de Dijon.

Le colistier fustige les «détracteurs politiques» de la colonisation du loup qui n'ont «aucune compétence, qui n'ont rien compris du tout et qui veulent juste abattre le plus possible de faune sauvage pour un électorat potentiel qu'ils n'auront certainement même pas». Selon lui, «la sécurité, dont certains font leurs choux gras, se trouve certes dans les rues, mais ce n'est pas dans les compétences de la Région, mais aussi, et surtout, dans nos assiettes, dans l'air que nous respirons, dans l'eau que nous buvons».

Carole Bernhard, âgée de 45 ans, est une militante EELV très active depuis plusieurs années. Elle est conseillère municipale d'opposition à Beaune depuis 2014. Étant professeure des écoles, Stéphanie Modde en profite pour saluer «les enseignants qui font classe courageusement».


Laurent Monnot, âgé de 52 ans, est originaire de Chalon-sur-Saône et réside à Dijon depuis vint ans. Hydrologue de formation, il est ingénieur technique dans le domaine de l'environnement. Pour ce militant EELV, «l'écologie, c'est pas du marketing, ce n'est pas pour verdir un programme ; l'écologie, c'est notre colonne vertébrale». Après une «première victoire» faisant de l'écologie une «préoccupation majeure», le colistier souhaite «une victoire sur le plan politiques».


Myriam Chaouni, âgée de 49 ans, est enseignante en lycée et en gestion des entreprises à l'IUT de Dijon et également référente décrochage scolaire. Elle est adjointe au maire de Villers-la-Faye en charge des travaux et administratrice du SICECO. Myriam Chaouni a adhéré à EELV pour «porter au seins des petits territoire ruraux le message qu'il était possible d'aborder la transition agricole et de cultiver autrement».


Michel Haberstrau, âgé de 57 ans, est enseignant et directeur d'un centre de formation pour les métiers de l'agroalimentaire. Effectuant «un choix de vie pour vivre dans un univers apaisé et proche de la nature», il a quitté la région parisienne il y a trente ans pour habiter Dijon. Aujourd'hui, il constate que Dijon «se densifie et se bétonnise» alors que d'autres territoires régionaux «se désertifient». Cofondateur de l’Éveil au goût, association qui se donne comme objectif de travailler sur l'éducation alimentaire. Il est adhérent EELV depuis un an.

Aurore Lagneau, âgée de 38 ans, est sophrologue. Nouvelle adhérente Génération Écologie, elle s'implique dans l'association Forestiers du Monde.


Philippe Schmitt, âgé de 59 ans, est originaire de Franche-Comté. Après avoir milité à Ras l'Front, il s'est engagé chez les Verts à la suite du second tour opposant Jacques Chirac à Jean-Marie Le Pen. Il se souvient de ses manifestations demandant la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim quand il avait 17 ans.

Depuis 2008, il est conseiller municipal de Quetigny ; aujourd'hui adjoint au maire, il porte les sujets de l'urbanisme, du patrimoine et du développement soutenable. «On travaille beaucoup avec des projets initiés par la Région», signale-t-il en donnant comme exemple une haie bocagère financée par le conseil régional.


Jean-François Notebaert, âgé de 50 ans, est enseignant-chercheur à l'université de Bourgogne, il a écrit un livre sur le green washing (ou écoblanchiment). Un temps élu municipal des Verts à Fourchambault dans la Nièvre, il considère aujourd'hui que «le fruit est mûr, il faut qu'on puisse le cueillir et réussir tous ensemble à gagner des combats».


Sonia Fisel, âgée de 61 ans, est artiste-plasticienne après une formation au sein de l'école des Beaux-arts de Paris ainsi qu'un master des métiers de la culture.

Originaire de Paris, elle a choisit la Bourgogne «en commençant par le Morvan». En Côte-d'Or, elle a créé des ateliers innovants dans le champ de la grande exclusion pour «donner un autre angle à l'art» car «l'art peut faire partie de ce qui sert d'accroche à ce qui n'ont plus rien». Avec des SDF ou des personnes marginalisées, elle conçoit des expositions à partir d'objets considérés comme des déchets. «On se préoccupe des précarités, chacun a droit à une nouvelle vie», signale Stéphanie Modde ajoutant que «la culture est essentielle, on sanctuarise des budgets pour que la Bourgogne-Franche-Comté puisse aider ce secteur». Sonia Fisel est adhérente Cap Écologie.


Jean Rapenne, âgé de 67 ans, est marié et père de quatre enfants. Originaire de Besançon, il vit depuis douze ans en Côte-d'Or où il a été cofondateur des Amis de la Terre. Il dirige un groupe financier dans le domaine de l'énergie qui s'adresse à des collectivités, à des coopératives ou à des agriculteurs.

Par le passé, il a été militant au PSU, proche de Huguette Bouchardot. Il a quitté le PS en 1990 pour rejoindre Corinne Lepage dont il a été son attaché parlementaire à Bruxelles. Jean Rapenne a été un des artisans du rapprochement permettant de constituer le pôle écologiste. «Il faut absolument faire en sorte que cette Région reste républicaine», assène-t-il en songeant déjà à un «barrage» face au Rassemblement National.

Dominique Darphin, âgé de 63 ans, est à la retraite, ancien responsable bois-énergie de l'ONF. Il milite chez Cap Écologie.


Arthur Stell, âgé de 27 ans, est originaire de «Ch'nôve» mais a grandi au port du Canal «où il a fait les 400 coups». Il est passé par Sciences Po Strasbourg avant de faire des études en santé-environnement. Il signale s'être intéressé à la politique en 2015 lors d'«une vague bleu marine tendance un peu brune».

«C'est les écologistes qui feront la transition écologique», estime-t-il, «c'est à l'agenda depuis les années 1970 et on a l'impression de pas avancer». «On est la génération qui, peut-être, va vivre les 6° d'écart entre la naissance et la fin de vie», alerte celui qui a participé à des marches pour le climat, en référence à un des scénarios du GIEC concernant la hausse de température moyenne globale possible à l'horizon 2100, par rapport aux niveaux préindustriels.

Marie Sokolovitch (sans étiquette), réside dans un écohameau dans la vallée de l'Ouche et est formatrice sur la gestion non violente des conflits.

Floriane Collin (sans étiquette) est étudiant en master de philosophie. Elle est engagée dans les marches pour le climat.

Abdessalem Riabi, réside à Longivc, dirige un hôtel-restaurant. Il milite à Génération Écologie.

Stéphanie Afflard (sans étiquette), âgée de 49 ans, est responsable hygiène et sécurité.




Infos-dijon.com - Mentions légales