Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Côte d'Or > Côte d'Or
07/12/2021 03:17

SANTÉ AU TRAVAIL : La «culture de la prévention» exposée par la députée Carole Grandjean à l’AIST 21

À l’invitation du député Didier Martin, Carole Grandjean, députée de Meurthe-et-Moselle et co-auteure de la loi sur la santé au travail, est venue en présenter les avancées à l’AIST 21 le vendredi 3 décembre. La prévention ainsi que les liens entre santé au travail et santé publique tendent à être renforcés.
Responsable du texte de la loi sur la santé au travail à l’Assemblée nationale, Didier Martin, député de la première circonscription de la Côte-d’Or, souligne qu’il est important de partager le contenu de cette loi, promulguée le 2 août 2021, publiée au Journal officiel le 3 août et devant être mise en application suivant plusieurs décrets et règlements. Selon le député, il s’agit d’«affirmer la qualité des services interprofessionnels de santé au travail, de les tirer vers le haut».

En ce sens, il a convié Carole Grandjean à une table-ronde à l’AIST 21, dont le siège est situé au parc Valmy à Dijon. La députée de la première circonscription de Meurthe-et-Moselle est co-auteure et co-rapporteure de la loi avec Charlotte Parmentier-Lecocq, députée de la 6ème circonscription du Nord.


Auprès de médecins du travail, infirmiers, psychologues, préventeurs de l’Association interprofessionnelle de santé au travail de Côte-d’Or, Carole Grandjean est venue présenter les avancées de la loi vendredi 3 décembre 2021.

Renforcer la prévention en santé au travail


«Elle a pour principal objectif de passer d’une culture de la réparation à une culture de la prévention», a-t-elle introduit, en ajoutant que l’intérêt d’un tel texte est notamment de lever un certain nombre d’obstacles afin de renforcer la prévention en santé au travail.

L’une des avancées est de permettre au médecin du travail d’avoir accès au dossier médical du patient, avec son accord. La participation des médecins du travail aux communautés professionnelles territoriales de santé est également encouragée.

«On a vraiment voulu lever les verrous du cloisonnement de la santé publique par rapport à la santé au travail», poursuit la co-rapporteure de la loi, qui souligne les enjeux suivants : la lutte contre la désinsertion professionnelle, l’aménagement de postes pour éviter l’inaptitude ; le renforcement de la visibilité du médecin du travail ; l’harmonisation d’une offre-socle de services dans les différentes AIST ; la certification qualité des services ; l’universalisation de la santé au travail pour les salariés mais aussi les intérimaires, les indépendants, les chefs d’entreprises ; la définition d’offres spécifiques, notamment dans le domaine des particuliers employeurs.

«Cette loi est un modèle de justice sociale. Le capital humain n’est pas un capital négociable», affirme Carole Grandjean. Pour Fadila Khattabi, députée de la troisième circonscription de la Côte-d’Or et présidente de la commission des affaires sociales à l’Assemblée nationale, le texte était une priorité, «pour répondre aux enjeux de prévention, maillon faible de la santé au travail sur laquelle il y avait de nombreux trous dans la raquette».

Un suivi individuel «plus cohérent»


Directrice de l’AIST 21, Christine Taddei salue les dispositions de la loi, en retenant «de bonnes avancées, notamment sur les compétences délivrées aux infirmiers de l’Association». Le socle-minimum de services permettra selon elle de «rendre plus cohérent le suivi individuel en santé au travail».

L’AIST 21 accompagne 125.000 salariés de 11.500 entreprises en Côte-d’Or de tous les secteurs, sauf agriculture et BTP. 83 % d’entre elles comptent moins de dix salariés «et n’ont très souvent pas la capacité d’avoir des services de santé au travail dans l’entreprise», fait remarquer la directrice de l’AIST 21.

Carole Grandjean insiste sur le fait que la démarche est aussi d’«accompagner un changement de regard». En lançant : «On a le défi de donner les outils aux professionnels qui sont compétents pour le faire d’être dans un démarche de prévention et de coopération avec les acteurs de la santé publique».

Alix Berthier
Photo : Alix Berthier




Infos-dijon.com - Mentions légales